Familles WISER (von) - LINANGE-WESTERBOURG (de) - RUEIL de RUZÉ (Alsace) - LECLERC (Paris) - BOUCHERAT - GODEFROY (de) (Paris) - PARFAIT, PARFAICT (Paris) - CHASTELAIN (Paris, Beaujolais) - LIQUET (Angers) - DROUET (Angers)

Des corrections ou compléments ? mel lemarois - Vous êtes libre de piocher dans ces travaux. En échange je vous demande de citer vos sources et dans la mesure du possible de partager également vos travaux.

La page d'origine est https://www.lemarois.com/jlm/data/j12bwiser.html

Sommaire:


WISER (von)

A partir de Wikipedia Allemand:
I. Eustachius WISER d'où
II. Christoph WISER
III. Rudolf II anobli 1598
...
I. Gottfried von WISER +1693 hofrat à Neuburg d'où 5 fils
II. Franz-Melchior von WISER °1651 +1702 x? 18.2.1675 Maria-Walburga MÜLLER °7.7.1651 fille de Nikolaus MÜLLER et Cordula N. (+10.1.1681), de Neuburg [source: Verhandlungen des Historischen Verein für Oberpfalz und Regensburg, Volumes 23-24, 1865 page 287

(Demande en réintégrande de la terre d'Oberbronne en Basse Alsace, adressée au Régent et à son Conseil de la Régence par Ferdinand-André, comte de Wiser, au nom et comme représentant sa femme et sa belle-soeur, filles du comte de Linange-Westerbourg, général de cavalerie de S. M. I., lequel avait été dépouillé de cette terre au profit des princesse de Hessen-Hombourg et baronne de Sinclaire, soeurs, et aussi nées comtesses de Linange-Westerbourg.) [Texte imprimé] (Paris) : de l'imp. de la veuve Guillery, (1718) factum: BNF FOL- FM- 17294

Katalog der Elsass-lothringischen Abteilung...
Par Kaiserliche Universitäts- und Landesbibliothek in Strassburg, Ernst Marckwald, Ferdinand Mentz, Ludwig Wilhelm, Mühl'sche familienstiftung, Strassburg
Publié par E., Selbstverlag der Bibliothek, 1929
Notes sur l'article: v.3 pt.2:



LINANGE-WESTERBOURG (de)

voir: Eduard Brinckmeier, Karl Emich Graf zu Leiningen-Westerburg, Genealogische Geschichte des uradeligen, reichsgräflichen und reichsfürstlichen, standesherrlichen, erlauchten Hauses Leiningen und Leiningen-Westerburg: nach archivalischen, handschriftlichen und gedruckten Quellen bearbeitet, Volume 2, 1891

- Georges-Charles-Louis de LINANGE-WESTERBOURG +4.5.1726 x Marguerite-Christine-Auguste DANNESKIOLD °17.4.1694 +9.7.1761 fille de Ulric-Frédéric comte de GULDENLAW, fils naturel du roi Frédéric de Danemark et Antoinette-Auguste d'OLDEMBOURG

38004 – Factum pour dame Sophie-Sibille princesse douairiere de Hessenhombourg, née comtesse de Linange-Westerbourg, et dame Ester-Julienne comtess de Linange-Westerbourg sa soeur, .. deffenderesse. Contre Messire Christophe-Christian, et George comtes de Linange-Westerbourg, demandeurs en cassation d'Arrest du Conseil Souverain d'Alsace. Et encore contre dame Charlotte-Amalie comtesse de Linance, .. et damoiselle Marie-Anne-Louise comtesse de Linange sa belle soeur. Deffenderesse, etc.

RUEIL de RUZÉ (Alsace)

Source: Epitaphier du Vieux Paris t XI, notice 5045 (Saint-Paul, chapelle Chastelain) - Emile Campardon et Alexandre Tuetey, Inventaire des registres des insinuations du châtelet de Paris, règnes de François Ier et de Henri II (1539-1559), 1906 – La Chesnaye des Bois (Boucherat) - F. Greffet et V Brouselle, documents du minutier central des Notaires de Paris, inventaires apres déces 1547-1560) – AN Base Arno 1551 - AN XIX 3452 dossier 40 généalogie Ruzé - Notes Robert Descimon – http://www8.informatik.uni-erlangen.de/cgi-bin/stoyan/wwp/LANG=engl/?1 - base Pierfit (Sisyphe), Heraldique et Généalogie 1992, p 51 – Jougla de Morena – Révérend, t VI – Intermédiaire des Chercheurs et des Curieux 1938, 362-3 – Isabelle Bonnot-Rambaud, Hérétique ou saint?, 1984 (sur Claude de Rueil) - Gilles Ménage, Vitae Petri Aerodii et Guillelmi Menagii, 1675 – Alexandre Tuetey, Inventaire analytique des livres de couleur et bannières du Châtelet de Paris, 1899. La Faculté de décret de l'Université de Paris au XVe siècle (Volume 3).


voir: Clairambault, extraits des registres du châtelet
voir: Jeanne Gourlin, Claude de Rueil, évêque d'Angers, mémoire de maîtrise, Angers, 1983 - SAO 1871/73 p 59 – Mémoires de la société académique(...) de l'oise – base Cindoc
Ruzé: cf Blanchard, catalogue des consr parlement de Paris Cat 32-3 – Chanoine Hubert, généalogie orléanaise, B Orléans t2, 268 – LMC – Généalogie des principales familles établis à Paris, BN Fr NA 2056 – Fr 32356 – E Everat Geraud de Champflour et les d'Effiat Clermont-Fd, 1928 – Mémoire de la société canadienne Francaise 1977, 140(3 – Saffroy 49461
+ ouvrages récents sur la Touraine

voir:
- iad Marie de BESANCON (iad LXIV-11 f°590 9.11.1611) x1. Israel de RUEIL +av1605 éc sr de la Grange-Menessier en Brie x2. Balthazard de GOUYN sr de la Cour-Senlis

selon Gilles Ménage « il est aussi à remarquer que les de Rueil viennent, par les femmes, de la Maison de VARICARVILLE »

Il y a un doute sur « Marie Ruzé » épouse de Jean de Rueil et mère de Claude de Rueil (source: Gilles Ménage). En effet, il y a également une Marie Ruzé épouse de Aimon Boucherat.

I. Jean de RUEIL seigneur de Beaumontel, de la Grange-Menessier, de Montebise et des Marais x? Marie RUZÉ [selon Gilles Ménage elle était soeur de Guillaume Ruzé evesque d'Angers et de Martin Ruzé seigneur de Beaulieu, de Chilly, de Lonjumeau, de la Prezaye et de Champeaux, secrétaire d'Estat, et de Françoise Ruzé femme de N. Coëffier seigneur d'Effiat grand père d'Antoine COEFFIER-RUZÉ seigneur d'Effiat maréchal de France, tous avait pour père Jan RUZÉ conseiller au parlement de Paris et Catherine BRICONNET, Martin RUZÉ secrétaire destat, substitua ses biens à Antoine Coeiffier seigneur d'Effiat maréchal de France, et à Martin de Rueil ses petits neveux, à la charge de porter son nom et ses armes et à leurs descendans de masle en masle, à l'exclusion des filles] d'où
II. Claude de RUEIL +av1581 sgr des Maretz près Argenteuil et Beauvilliers en Beauvaisis [alias seigneur des Marais et de Beaumontel], avocat au parlement 1567, président de la cour des monnoies à Paris ca1576, 1577 (rente pc 3.1.1667 et 22.6.1667 XXIII-32) quittance LIX.1-9.3.1576). Sa veuve fait un inventaire pc 6.4.1581 XXXIII-194 des titres dépendant de la succession de son mari, dont une grande partie concerne la seigneurie du Marais, et étant en une maison du cloître Saint-Benoît-le-Bien-Tourné x 1566 Marie BOUCHERAT / LE BOUCHERAT ca1588 fille de Aimon/Edmond BOUCHERAT/BOUCHARAT avocat général au parlement de Paris et Marie RUZÉ [selon Gilles Ménage, Marie Boucherat serait soeur d'Aimond Boucherat avocat général du parlement de Paris] d'où 7 enfants mineurs
1. Claude de RUEIL °v1573 [+20.1.1649 Angers (49) source: gazette de France vol 3, 1768, ou +20.7.1649 selon La tribune des arts] écuyer sgr des Marais; conseiller aumônier et prédicateur ordinaire du Roi, abbé d'Ivernaulx / Yverneau et grand archidiacre de Tours, prieur commendataire de Saint-Eloi-lez-Lonjumeau, ordre du Val des Ecoliers militant sous la règle de Saint-Augustin (cité in actes XXIII R 248 1.4.1614 – fichier AN), possède un bien à Pont et Crancey source AD Aube fonds Chandon) en 1625; archidiacre de Tours, évêque de Bayonne (15.11.1621 à 45 ans) puis évêque d'Angers (1628-1649), il possède le fief de Prézaye et y tenait souvent résidence. « C'était un familier de la région d'Angers, puisqu'il y avait été élevé chez son oncle Guillaume de Ruzé ». Il testa en 1648. Il fut enterré dans la cathédrale d'Angers [cf sa statue in Philippe de Buyster (1595-1688) catalogue raisonnée par ordre chronologique, Statue gisante du cardinal Claude de Rueil, cathédrale d’Angers, Maine-et-Loire (http://www.latribunedelart.com/philippe-de-buyster-1595-1688---catalogue-raisonne-par-ordre-chronologique-3eme-partie-article002059.html)
2. Martin qui suit III.
III. Martin de RUEIL de RUZÉ alias Martin RUZE ou RUZÉ de RUEIL (iad XC-114 14.2.1623) seigneur de la Presaye et de Champeaux, sieur des Marais 1604, conseiller notaire et secrétaire du roi dt rue du Parc des Tournelles paroisse Saint-Gervais. Il prend en 1613 le nom Ruzé x Magdeleine de GODEFROY. Elle est tutrice avec François BOUCHERAT secrétaire du roy dt rue de Jouy comme subrogé tuteur, elle est fille de Henry de GODEFROY écuyer sgr de Buzenval (Rueil-Malmaison, 92) et du Plessis de Roye et de Magdelaine CHASTELAIN +1.11.1651 79 ans au Plessis de Roye , elle meme fille de Anne CHASTELAIN sgr de Sertines/Essertine en Baujollois (71) et Magdeleine de DONON +25.12.1629 à 79 ans. Magdeleine de DONON fille de Merry de DONON + basse Ste Chapelle de Vivier en Brie éc sgr de Chatres en Brie et de Renouilleux, controleur général des batimens sous Henri III et Jeanne de la ROBIE +18.3.1584 Saint-Paul. Jeanne de la ROBIE fille de Jerome de la ROBIE gouverneur du château de Madrid sous les rois François Ier et Henry II et Bartholomée ALTOICITI, +23.7.1566 Saint-Paul native de Florence d'où
IV. Henry RUZÉ seigneur de Longué, d'Estiau, de la Presaye et de Champeaux alias chevalier marquis de Lougné, chastelain du Vivy et Champeaux seigneur du Grand Gandry et autres lieux dt au chasteau de la Presaye paroisse dudit Veiry(?) pres de Saumur en Anjou 1656, il y a fait une procuration pc Charteux notaire royal audit Saumur(?) 1655, il était sous-bailli à Hagueneau depuis 1662 « unterlandvogt », second de Mazarin. Il semble avoir fait l'objet d'une satire de Scarron. Selon Gilles Ménage « gouverneur, sous le duc Mazarini, de Hagueneau et de Landefok, dans l'Alsace x 12.12.1642 à Angers (49), Saint-Denis Gabrielle LIQUET fille de René LIQUET / René LICQUET ca1650 et Anne LOUET d'où
1. Armand-Louis RUZÉ °1645 qui suit V.
2. Jean-Armand RUZÉ capitaine d'infanterie dans le régiment d'Alsace
3. Guillaume RUZÉ ecclésiastique
4. Amélie-Elizabeth de RUEIL marquise de RUZE +24.12.1698 Oberbronn (67) (ou bien +8.6.1700 « sans enfants » selon notes Mémoires de Saint-Simon : nouvelle édition collationnée sur le manuscrit autographe, augmentée des additions de Saint-Simon au Journal de Dangeau / notes et appendices par A. de Boislisle - Tome 12 page 386) x 26.1.1672 Paris [ou 26.12.1673 ou 1671] Philippe-Louis de LEINENGHEN-WESTERBOURG °février 1652 +16.8.1705 bataille de Cassano, dit le Prince de Linaces fils unique de Jean-Louis de LINANGE, comte de l'Empire, prince souverain (alias souverain en toutes ses terres), premier président de du parlement de Spire, allié aux maisons de Nassau et de Brendebourg et d'Elizabeth de HANAU, de la maison Palatine (il x2. 1699 à Vienne Marie-Sidonie-Thérèse FREIIN von EIBISWALD sans enfants) élevé à Paris, converti au catholicisme le 5.12.1671, il avait quitté la France, peu après le commencement de la guerre de 1701, de dépit d'avoir été condamné par la Chambre souveraine de Brisach à rendre Oberbronn à une autre branche de la famille, et était alors retourné au service de l'Empire et redevenu protestant. Il périra à Cassano, le 16.8.1705. (source: selon notes Mémoires de Saint-Simon : nouvelle édition collationnée sur le manuscrit autographe, augmentée des additions de Saint-Simon au Journal de Dangeau / notes et appendices par A. de Boislisle - Tome 12 page 386 cf Imhof, notitia S.R. Imperrii, p 306-306, Lehr, l'Alsace noble t 1 p 299-338 et Genealogische Tabellen de Hubner n°474) d'où
a. Johann-Carl de LINANGE °14.4.1674
b. Luise « starben jung »
c. Sophie « starben jung »
d. Louis de LINANGE mort jeune
e. Philippe de LINANGE
f. Charlotte-Amalie de LIANGE °27.1.1679 Oberbronn (Bas-Rhin) +18.10.1734 Heidelberg sie flüchtete in den Kriegszeiten in ein Frankfurter Kloster un zu ihren Verwandten nach Weilburg, und vermählte sich x 15.2.1701 Ferdinand-Andreas von WISER-LEUTERSHAUSEN pfälzer Kanzlei- und Geheimrath
5. Henri de RUEIL de RUZÉ °Vivy (49) (La Prézaye)
6. Louis de RUEIL de RUZÉ °Vivy (49) (La Prézaye)
7. Claude de RUEIL de RUZÉ °Vivy (49) (La Prézaye)
8. François-Martin de RUEIL de RUZÉ °Vivy (49) (La Prézaye)
V. Armand-Louis RUZÉ °1645 +1705 dit le marquis de Ruzé capitaine de cavalerie x Henriette BIDÉ de POMMEUSE fille de Henri sgr de Pommeuse et Louise de BAIGNEAU d'où
1. Louis-Auguste marquis de RUZÉ chevalier seigneur de la Prézaye (en Vivy, 49) et de Champeaux, baron de Saint-Mars (Cinq-Mars) et autres lieux, chevalier de l'ordre royal militaire et hospitalierde Mont-Carmel et de Saint-Lazarre de Jérusalem x Marie-Madeleine LE MAISTRE de la FERRIÈRE fille de Gilles LEMAISTRE marquis de Ferrière, elle vendit le fief Vaux en 1719 [titres: source: Gérard Galand, Les seigneurs de Châteauneuf-sur-Sarthe en Anjou: de Robert le Fort à la Révolution (vers 852-1791), 2009
2. Gabriel-Martin qui suit IV
VI. Gabriel-Martin de RUZÉ °3.7.1693 Ligré, 37 bapt le 7 octobre (?) +12.6.1754 sgr de St Bonnet et de St Mars page de son altesse le duc d'Orléans puis capitaine au régiment de La Chatres-Cavalerie x 7.10.1714 Ligré (37) Schollastique de SAZILLY fille de Charles-Armand de SAZILLY et Elisabeth-Marie de JUGLART d'où
VII. Benoit-Gabriel-Armand de RUZÉ d'Effiat °avril 1717 Serrigny (Vienne) +7.12.1800 Le Mans dit le marquis de Ruzé et d'Effiat sg du marquisat de Fontenailles, de la Roche-Maupetit, d'Ecommoy etc lieutenant au régiment de cavalerie Bretagne x 21.2.1746 Marie-Eleonore de PONTOISE dame de Chambon fille de Louis-Constantin sgr de Gomer, de Saint-Brice, de la Borderie et Marie-Madeleine PETITJEAN d'où
1. Benoit-Jean-Gabriel-Armand qui suit VI
2. Marie-Gabrielle-Scholastique-Madeleine-Sophie °30.8.1750 + 20.11.1801 Fontenailles (Indre et Loire) sans alliance
VIII. Benoit-Jean-Gabriel-Armand RUZÉ °1748 +1834 sgr de Chambon, la Borderie, Mérie, etc dit le marquis d'Effiat °2.7.1747 page du roi de la petite écurie, colonel du régiment de Marine-Infanterie, maréchal de camp (9.3.1788), lieutenant général (29.1.1817) chevalier de Saint-Louis, comparait à Tours en 1789 x 20.5.1779 Tours, paroisse St Venant Claude-Maleine (ou Marie-Madeleine) BOUIN de NOIRé +1792 fille de Jean-Louis-François sgr de Chézelle-Savary conseiller du roi, lieutenant général au bailliage et siège royal de Chinon, président au meme siège 1745 (1er président du tribunal de Tours?) et Claude-Madeleine MOISANT d'où
IX. Benoit-Jean-Gabriel de RUZÉ d'EFFIAT °6.9.1780 Tours +7.9.1870 château de Chazelles (Indre et Loire), dit le comte puis marquis d'Effiat, maire de Chinon de 1816 à 1828, conseiller général et député d'Indre et Loire (1822-1827), pair de France (5 nov 1827). Il se retira de la vie politique à l'avénement de Louis-Philippe en 1830 x 28.2.1808 Chèzelles Charlotte-Barbe-Alexandrine de MONDION °10.1.1789 +22.11.1870 Chèzelle fille de François-Joseph Pierre de MONDION et Marie-Elisabeth CHEVALLEAU sans postérité.



divers actes:
- 1.7.1669 - Henri de RUZÉ x Gabrielle LIQUE, Jacques GOURREAU conseiller au présidial d'Angers et Ester GORGEAU veuve de Robert BIGOT sieur de la Chavasnière contre Jean-Baptiste du GUÉ conseiller du Roi en ses conseils maitre des requetes ordinaire de son hotel et en sa chambre des comptes (source: AN XIX 3452 dossier 40)
- factum pour Jean-Baptiste DUGUÉ et Gabrielle LIQUET contre Louis-Armand de RU ZÉ (source Célestin Port, Inventaire-sommaire des archives départementales antérieures à 1790, Maine-et-Loire: archives civiles : série E 1863 page 431,
- Henri de RUZÉ (Henri de RUSÉ) chevalier marquis de Louguehetiot, baron de St-Philbert, châtelain de Champereux, la Présaye, demeurant audit chasteau de la Présaye, paroisse de Viency en Anjou, de présent logé rue et paroisse Saint-Paul , époux de Gabrielle LIGNOT, acte 1658 (cf Frédéric Lachêvre, actes relatifs à des Barreaux in Mélanges, 1968 page 286)
- Ce beau-père de Baron est Henri RUZÉ marquis de Longué & seigneur des Marais, parent éloigné des marquis d'Effiat, C'est sa femme, Gabrielle LIQUET, qui lui apporta le fief de Longué, provenant de son père René LIQUET. Ce que racontent les vers suivants sur la pauvreté de ce gentilhomme n'est sans doute pas exagéré, car, dans un acte passé à Saumur le 23 mai 1664 Henri RUZÉ et sa femme exposeront qu'ils « sont chargez de plusieurs enfants & qu'ils ont esté saisis dans leurs (...) (source: Monsieur Scarron, Poésies diverses, volume 2,n°2 1961 page 295, 296, a Voir!)


Divers actes:
- transport entre Pierre de NOYON et Marie LE BOUCHERAT veuve de Claude de RUEIL 1
8.2.1588 pc Le Camus LIX-9 [G1921]

source: AN XIX 3452 dossier 40
- Catherine de RUEIL +11.8.1577 Argentueil (source: abbé Lebeuf t 2) x Jean RUZÉ sr d'Estains avocat en la cour du Parlement de Paris et chancelier du roy et reine de Navarre, fils de Jean RUZÉ sr d'Estains et de la Serpiniere receveur général des finances à Paris et Isabelle LE LIEUR d'où
1. Mathurin RUZÉ d'où
a. Marie RUZÉ laquel mourut sans enfants en 1596 et eut pour héritière Marie Ruzé dame de Perreuse(?) san tante
2. Marie RUZÉ x N. LE FEBURE lieutenant du prévost de l'hostel



Armes: d'or à quatre aigles éployés de gueules

source: Pierre Champion, François Villon : sa vie et son temps vol2 ,1913 - Henri Sauval, histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris, 1724 – Marcel Fournier et Léon Dorez, La faculté de Paris au 15e siècle, vol 3 page 39, 1913 - Minutier central (certains actes non consulté) – P Anselme, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, des pairs, grands officiers de la Couronne, de la Maison du Roy et des anciens barons du royaume... g par le P. Anselme,... , continuée par M. Du Fourny , 3e éd. rev... par les soins du P. Ange et du P. Simplicien - Tome 6, généalogie Marle – Charles Lefeuve, Le Tour de la Vallée. Histoire ... de la Vallée de Montmorency 1868, page 440

autre témoin cousin paternel à voir dans l'acte de mariage Rueil/fontenay
- procuration Abraham de RUEIL écuyer sr de la Grange en partie et par ses frères pour faire payer les loyers d'une maison rue Contesse d'Artois leur appartenant pc 25.10.1569 XXIII-34

I.? Jean de RUEIL +av1457 d'où
1. Jean qui suit II
2. Thibaud de RUEIL, l'orfèvre, émancipe son fils agé de 25 ans 1467. marchand orfèvre et bourgeois de Paris, il vends en 1473 à Jean de Fresnoy conseiller au parlement 36 s par de rente (faisant partie de 62) sur une maison, jardins, vivier et héritages qui furent à Guillaume Guédier et qui appartiennent à présent à Jean de Montmorency et font partie de son domaine d'Ecouen. [Jean LE CORNU marchand et bourgeois de Paris, fils de Denis LE CORNU +31.1.1463 marchand bourgeois de Paris dt en 1457 à l'enseigne du Barillet, rue St-Martin hors les murs et Julienne de RUEIL vend 19 s p. de la même rente à Jean de Fresnoy le 4 février. Jeanne Godiane veuve de Nicolas Boismègre, orfèvre et bourgeois, qui a acquis 7 s 6 d. p. de la même rente de Jean PREMAULT drapier à Beauvais, fils de Martine de RUEIL les vends à Jean de Fresnoy le 8 févrire. Jean de Fresnoy cède les 62 s. p. de rente à Jean de Montmorency en échange des droits seigneuriaux que celui-ci prétendant avoir à Belle-Eglise le 1.3.1473
3. Jeanne de RUEIL dt rue des Gravilliers, au Soleil x Guillaume RABACHE orfèvre d'où
a. Claude RABACHE fille mineure 23.2.1480 sous la tutelle de Jean RIOU
4.? Simon de RUEIL °Paris +11.11.1478 Paris, Saints Innocents (meme épitaphe que Jean 1491, frère ou oncle Saints-Innocents, 3097) il fit ses études à l'université d'Orléans licencié en loix et advocat au chastellet de Paris, auditeur 1442, il fut remplacer par Jean l'ainé en 1462. exécuteur du testament de Renaud Mouchet, curé de Saint-Landry, mort en 1464. Il obtint en 1426 une lettre de rémission permettant à sa fiancée de venir à Paris (cf Paris pendant la domination anglaise (1420-1436) : documents extraits des registres de la Chancellerie de France g par Auguste Longnon, 1878, page 222) x fiancé en 1426 Catherine de CROUY 15 ans en 1426 fille de Pierre de CROUY et de Marie N.
5. Pierre de RUEIL +1473 Paris, St-Josse (Armes: d'or à trois aigles de gueules, au franc quartier d'azur au lion d'or) épicier, marchand et bourgeois de Paris x Catherine RAVISSE alias Catherine RAINSE +14?? Saint-Josse d'où
a. Ysabeau de RUEIL + Saints-Innocents (Armes: d'or à quatre aigles de gueules) titre nouvel 19.9.1483 VIII-20 pour 3 quartiers et demi de vigne à Châtenay, bail à Loyer pc VIII-7.16.1.1500, titre nouvel 4.11.1506 VIII-10, obligation pour le pressurage de vins pc 4.11.1506 VIII-10, fichiers AN) 1. Guillaume de LAILLIER x2. Guillaume LE MAÇON +4.4.1486 (1487?) sieur de la Neufville, Messire Garnier et de Boubiers conseiller et général maistre des monnoyes du roy, reçu le 30.8.1461 d'où du second lit
a1. Germain LE MASSON reçu conseiller général de ladite chambre des monnoyes en survivance de son père le 4 septembre 1486.
b. Pierre de RUEIL échevin de Paris 1494, cousin de Jean de Rueil
c. Jean de RUEIL
II. Jean de RUEIL « l'ainé » +25.4.1491 Paris, Saints Innocents (tution 7.5.1491, dans la tutelle Simon de Neufville receveur de Paris cousin, Jehan Sanxon orfèvre cousin paternel à cause de sa femme) seigneur de Vaux près Argenteuil licencié en loix, conseiller et auditeur du Roy au chastelet de Paris 1461 [, conseiller du roi, secrétaire et échevin de Paris en 1485 et 1494, lieutenant de la prévoté, anobli ou plutot son fils] x Jeanne PIEDEFER +9.4.1494 fille de Robert PIEDEFER et de Jeanne DELLI (ou bien fille de Jacques PIEDEFER avocat au parlement et au châtelet selon François Villon, sa vie et son temps, vol 2) d'où
1. Jean de RUEIL qui suit III.
2. Marie de RUEIL +17.9.1511 Paris, les Cordeliers x Jacques DISOME alias Jacques d'ISSONNE sgr de Cernay et de Venisy avocat en parlement
3. Marguerite de RUEIL +24.10.1511 Paris (fille de l'avé maria, source abbé Lebeuf)) dame de Perreuse x Robert HECTOR seigneur de Perreuse avocat en parlement d'où
a. René HECTOR seigneur de Perreuse x pc 2.11.1520 Nicole de MARLE d'où
a1. Nicolas HECTOR de MARLE seigneur de Pereuse, conseiller au parlement, maitre des requetes 1567, prévot des marchands de Paris x Marie RUZÉ fille de Jean RUZÉ et Isabelle LE LIEUR
a2. René HECTOR abbé de Saint-Jacques de Provins
a3. Christophe HECTOR de MARLE maitre des requêtes, légataire universel de son oncle maternel, à la charge de porter le nom et les armes de Marle x1. Antoinette BRICONNET x2. Madeleine BARTHELEMY de BEAUVERGER d'où postérité
a4. Anne HECTOR
a5. Hilaire HECTOR x Louis de BESANÇON +28.8.1573 Paris conseiller au parlement de Paris 1564
4. Catherine de RUEL +av1512 mineure 1491 x 20.11.1491 pc Jacques et Varennes Antoine HODON (il x2. Jacquette BUDÉ)
a. Jeanne HODON +av1523 (iad 20.6.1523 de Calais et Dampjan) x pc Regnauldeau et Crozon 26.1.1512 Guillaume VERSORIS (iad 29.12.1533 Lescuyer CXXII-300 source Notes Robert Descimon) (veuf de Jeanne DESCHAMPS et qui x3. Louise BRAGELOGNE (iad de Calais et Damjan 17.8.1523) avec un fils x4. Adenette de LONGUEJOUE) d'où enfants mineurs
a1. Jean VERSORIS
[?a2. Claude VERSORIS]
a3. Marguerite VERSORIS
a4. Claire VERSORIS
a5. Pierre VERSORIS
5. Geneviève de RUEIL ca1533 mineure 1491 x Nicolas CHARMOLUE (partage 14.11.1519 devant Louis de Chars maire et garde de la justice de Sarcelles) seigneur de Garges avocat en la cour de Parlement, procureur du roi au châtelet, puis lieutenant civil au même siège fils de Jacques CHARMOLUE seigneur de Garges licencié ès lois, avocat et conseiller du roi au châtelet de Paris et Isabelle ERSIER (source: JL Charmolue, les Charmolue, 1976) d'où
a. Jeanne-Marie CHARMOLÜE (alias Marthe) x pc 15.12.1515 devant J Le Senechal et B Devault notaire au châtelet de Paris Guy du PLESSIS écuyer seigneur de Sarcelles, Liancourt, Parrigny, Ourschamps et de Savonnières (teste 30.7.1518) avocat au parlement de Paris fils de Jean du PLESSIS écuyer conseiller et maitre d'hôtel des rois Louis XI et Charles VIII et de Claude de POPINCOURT d'où postérité
b. Marie CHARMOLUE dame de Garges x Nicolas de HACQUEVILLE +av1541 seigneur d'Attichy et de Brany Saint-Martin avocat au parlement de Paris d'où postérité
III. Jean de RUEIL le jeune (+6.12.1511 Paris ?) seigneur du château de Mail près Argenteuil, bachelié es loix 20.2.1482, avocat au châtelet de Paris 27.2.1482, reçu le 16.7.1488 auditeur au châtelet au lieu de son père [conseiller et auditeur des causes au châtelet de Paris alias conseiller et auditeur du roi au chatelet de Paris], receveur de la ville de Paris à la suite de son beau-père 1498-1503, conseiller du roi, lieutenant civil de la prévôté de Paris 28.11.1513. Il fit un bail emphéotique pour le château du Mail à Ermont pour 3 générations le 20.6.1494 (bail se terminant avec Anne de Rueil +30.6.1623). Il était propriétaire à Paris et à Montmagny x1. Jeanne de NEUFVILLE +av1587 fille de Simon de NEUFVILLE receveur et voyer de Paris et [Jeanne TUELEU] x2. Isabeau MALENFANT ca1490, 1497, 1513 d'où enfants mineurs du premier lit
1. Jean de RUEIL advocat en parlement ca1493, 1503
2.? Marie de RUEIL x Guillaume BOURGEOIS ca1493, 1503 conseiller du roi en sa cour de Parlement « héritiers en partie à cause de Marie de Rueil sa femme, de feu Anne de Rueil fille et héritières dudit feu Jehan de Rueil. « 
3. Anne de RUEIL +av1493 x François de TRENCHE-LYON ca1503 écuyer seigneur d'Ermenonville lès Galardon au Pays Chartrain
4. Jeanne de RUEIL °v1489 +mars 1514 (non citée en 1503) elle est émancipée à l'age de 5 ans en 1494 x Jean TESTE le jeune +17.1.1538 Paris (iad CXXII-1085 17.1.1538) seigneur de Coupeurai et d'Atigni receveur et voyer de la ville de Paris 1503, maitre des comptes 1522, dt rue St-Honoré près la rue des Poulies fils de Jacques TESTE +av1513 et Jacqueline AMER. Ses enfants vendent une maison rue St-Honnoré pc 22.3.1539 pour 2198 livres CXXII-1054 d'où
a. Jean TESTE le jeune conseiller du roi maitre des comptes x 6.6.1535 pc Leconte et Delolive (avec accords pc 14.1.1537 pc Legendre et Leroy et 3.6.1535 Legendre et Leroy) Marie CHARTIER fille de Mathieu CHARTIER avocat au parlement
b. Geneviève TESTE +av1538 (iad cité in Revue d'histoire économique et sociale, Volume 52, 1974) dans sa dot il y a 6000 livres et une maison rue St-Honoré au coin de la croix du Tirouer x Paris pc 13.5.1530 Guillaume ALLART +11.6.1559 Paris, église Avé Maria conseiller au parlement de Normandie 9.8.1521, puis conseiller du roy au parlement de Paris 1522 (qui x2. Valentine de REIHAC +27.11.1539 fille de Jean de REILLAC et Barbe de VAUDETAR avec enfants mineurs) d'où de Geneviève Teste
b1. Geneviève ALLART mineure 1538 ca1539 x Paris pc 21.7.1549 CXXII-163 f°266 Jean de NEUFVILLE +22.9.1597 Chanteloup secrétaire de la chambre du roi 1549, fils de Nicolas de NEUFVILLE sieur de Villeroy conseiller du roi en son conseil privé
c. Charlotte TESTE +5.1.1591. dans sa dot il y a 6000 livres en deniers comptants et une maison rue des Poulies et d'Avron x Paris 24.12.1534 pc Montigue et Maheu Christophe LUILLIER ca1561 seigneur de la Malemaison en Brie, de Fontenelles, d'Atigni maitre des eaux et forêts de Brie et de Champagne fils d'Eustache LUILLIER seigneur de Boulencourt, Saint-Mesmin et Marie COEUR. Il vend 3 maisons rue St-Honoré XIX-152 à Guillaume Alard d'où postérité
5. Jacques de RUEIL mineur 1503 sous la tutelle de Charles Michon
6. Eustache de RUEIL mineur 1503 sous la tutelle de Charles Michon. Le même ?: Eustache de RUEIL écuyer sgr de la Grange, ou « Granche Mennesière » en Brie, Granche-Manessière en Brie, et seigneur en partie du Marais près d'Argenteuil. Il faut un bail à rente pour une terre à Argenteuil pc 31.1.1551 XXIII-5 (source Arno 1551) [en 1556 il a le patronage de la chapelle St-Jean l'évangéliste, chapelle du college du cardinal Lemoine, étant successeur de Richard de St-Merri seigneur de Garcheville et de la Grange-Menassier en 1485 selon Abbé Lebeuf vol1] d'où
a. Eustache de RUEIL écolier, étudiant en l'Université de Paris 1542. Il reçoit une donation par son père pc 24.2.1542 /24.2.1543 CXXII-48, ratification 20.3.1553 (insinuations), 3 mois après « ad ce qu'il ayt de meilleur moyen de s'employer aux lettres et en icelles acquérir degré » de 8 sols parisis de rente et de 2 deniers parisis de cens sur des vignes en ladite seignerie du Marias, avec 12 années d'arrérages, donation que son fils avait perdue et « adhirée ».
7. Antoinette de RUEIL mineure 1503 sous la tutelle de Charles Michon


I. N de RUEIL d'où « petits enfants de l'auditeur aux causes du châtelet » (mais les dates ne collent pas trop) [Charles Le Feuve, Le tour de la Vallée, histoire e la Vallée de Montmorency, 1868: La mort d’une dame, née Anne de Rueil, avait seule apporté un terme définitif, le 30 juin 1623, au bail que le grand—prieur Émery d’Amboise avait consenti pour trois générations le 20 juin 1494 à Jean de Rueil, auditeur des causes au Châtelet, ainsi qu’à Jeanne de Neuville, sa femme. C’est donc en vain que M. de Guerchy, l’un des successeurs d’Émery d’Amboise, avait reçu d’Antoine de la Faye, tant en son nom qu’au nom de sa femme, Anne de Rueil, et de ses beaux-frères, Jacob et Jean de Rueil, tous trois petits-enfants du magistrat, un acte signé le 16 juillet 1603 pour renoncer à tous droits de fermage sur ledit domaine, sais et assis entre les paroisses d’Argenteuil, Cormeilles et Sanois, près du chemin de Paris à Pontoise par Argenteuil et du chemin qui va de Sanois à Franconville et à la Garenne, aboutissant d'un bout au long du bois de Meslay et aux: pastures de Franconville, d’autre bout aux usages de Sanois]
1. Israel qui suit V.
2. Anne de RUEIL ca1622 +30.6.1623. dt rue des Cordeliers paroisse St-Cosne près la porte St-Germain des Près. elle fait une donation le 4.9.1608 Y147 f°404, 14.2.1611, Y150 f°356 à son neveu Jean de Rueil des 4/5e de ses propres qui, en cas de décès sans enfants, reviendront à Madeleine de Rueil, sa nièce, et au même cas, à 4 pauvres de la religion prétendue réformée, choisis par les ministres de Charenton, avec donation à Jean, Marie et Madeleine de Rueil ses neveux et nièces, de l'autre cinquième de ces mêmes propres et de tous les droits sur la terre et seigneurie de Gournay. Il écrivit des poèmes adressés à la femme de Philipe Sidney poète anglais du XVIe siècle. Ils sont en cours d'édition par Guillaume Coatalen, maitre de conférence en littérature anglaise à l'université de Cergy-Pontoise x Antoine de LA FAYE +1609 seigneur de Gournay-en-Beauvaisis alias sieur de la Maison-Neuve pasteur de l'église de Paris sans postérité (cf Jacques Pannier, L'Église réformée de Paris sous Henri IV: rapports de l'église et de l'état, 1911)
3. Jacob de RUEIL écuyer seigneur de Mareil en partie ca1603. Antoine de la Faye, et ses beaux-frères Jacob et Jean signe le 16.7.1603 un acte pour « renoncer à tous droits de fermage sur le domaine, scis et asis entre les paroisses d'Argenteuil, Cormeilles et Sanois, près du chemin de Paris à Pontoise par Argenteuil et du chemin qui va de Sanois à Franconville et à la Garenne, aboutissant d'un bout au long du bois de Meslay et aux pastures de Franconville, d'autre bout aux usages de Sanois » x Barbe DOULCET dt au des marais près Argenteuil 1608 (veuve, dt près d'Argenteuil Barbe Doulcet épouse avec inventaire x2. Paris 3.2.1606 XXIX-115 f°ix/xx/xix fol cci Charles BOUCHER écuyer dt rue de la Coutellerie paroisse St-Médéric, fils de Jean Boucher sr de Landes). Madeleine de Rueil, fille de Israël fait un bail à titre d'échange du 1/4 lui appartenant par la succession de Israël de RUEIL son père de ts les fiefs et seigneuries des PERREUX et autres situés aux 13.6.1608 XIX-359
4. Jean de RUEIL ca1603
V. Israel de RUEIL +av1605 éc sr de la Grange-Menessier en Brie, dans sa succession il y a des fiefs et seigneuries des Perreurx et autres situés aux terroirs d'Argenteuil, Bezons et environs x Marie de BESANCON (iad LXIV-11 f°590 9.11.1611) dt en 1606 rue des Roziers psse St Gervais (qui x2. Balthazard de GOUYN sr de la Cour-Senlis d'où Louis GOUYN (GONIN)), soeur de Charles de BEZANÇON sieur de Bouchegue d'où
1. Jean de RUEIL qui suit VI.
2. Marie de RUEIL x 2.3.1606 XIX-355 f°91 [G0904] x Charles BODIN +av1630 (avis 20.12.1630 Y3895 [R1644]) sr de Montguichet homme d'arme de la compagnie de Mr le connetable dt rue Michel le Comte psse St Nicolas des Champs agé de 25 ans 1606, homme d'armes de la compagnie de monsieur frère du roi 1630 fils de + Jean BODIN conseiller du Roi, lieutenant général des eaux et forets en la table de marbre du Palais et Marie LE PICART
3. Madeleine de RUEIL +av1629 (avis de parents 22.11.1629 Y3894 [A2166], bénéfice d'age Y3903B 10.7.1636 [R1864]) fille majeure 1608, elle fait un bail à titre d'échange pc XIX-359.13.6.1608 f°IXxxI pour les fiefs et seigneuries des Perreux et autres situés aux terrois d'Argenteuil, Bezons et environ provenant de la succession de son père x 4.3.1610 LXXXVII-428 [G0898] (insinué Y150 f°210) Mathieu de FONTENAY éc dt rue des Arcis psse St Mederic, majeur, sr en partye de Maretz les Argenteuil 1629 d'où enfants mineurs, dt à Paris Ile Notre Dame sur le quai de Bellenave, paroisse Saint-Louis 1622, il avait les 2/3 de la terre et seigneurie de Gournay 1644) dont
a. Mathieu de FONTENAY ca1641 x Nicolas AMAURY sr des Casseaux +av1675 d'où
a1. Gabrielle de FONTENAY ca1675 dame du fief de Gournay, fille de
a. Marie de FONTENAY x Léon de MAUBUISSON escuyer sr de la Borde lieutenant au régiment de Bourgoigne 1636
b. François de FONTENAY advocat en parlement 1636, 21 ans
c. Magdelaine de FONTENAY ca1636, 19 ans
4. N. de RUEIL x Anthoine LE NOBLE greffier des insinuations ecclésiastiques de l'archevêché de Sens « oncle paternel et maternel de Charles de Rueil à cause de sa femme »
VI. Jean de RUEIL +1639 (tution 23.3.1639 Y3906 [R2008], avis sur succession avis 26.8.1641 Y3909C [R12527]) escuyer sieur en partie de Gournay 1629 il avait 1/3 de la seigneurie de Gourmay en Picardie. gentilhomme ordinaire de la chambre du roi 1617 1629, dt rue des Cordeliers paroisse St-Cosme dt à Paris 1617 rue Tiquetonne paroisse St-Eustache à son mariage 1629, rue Saint-Honoré, paroisse Saint-Germain l'Auxerrois 1632. Il fait donation à Christophe Girard, bourgeois de Paris, du tiers d'une douaire. Y173 f°55 v° 31.7.1632 x1. pc Y158 f°390 Marie de MONTMAJEURE-BUSSY x2. pc 14.7.1629 Y170 f°9v° Louise BOUCHER fille de Charles BOUCHER sieur de la Crose en partie d'où du second lit
1. Charles de RUEIL °v1631


I. Jean de RUEIL d'où
II. Jean de RUEIL sgr de Beaumentel, Miraumont et des « Marestz » dt à Paris, greffier du trésor à Paris 1526, 1535, 1539 alias huissier au trésor à Paris 1535 [selon Camille Piton il aurait été auditeur des comptes et échevin en 1485 ou son père], donne pc 5.2.1551 (insinuations) à Jean de RUEIL écolier, étudiant en l'Université de Paris son fils, d'une créance de 42 livres 10 sols tournois pour louage de terres, cens, rentes et droit de four banal à Formerie en Beauvaisis, de rentes sur la seigneurie d'Armenonville, au pays Chartrain, et de terres au terroir de Miraumont. Il faut un transport de rente pc 11.2.1551 (LXXXVI-27 base Arno 1551) à Jean Barjot sgr de Marchefrey et Moussy conseiller au parlement de Paris. En 1535 il a une maison rue des deux écus (quartier de la Halle aux Blé), il est question pour la même rue dans le censier de 1575 « Nicolas Buyer secrétaire roy, au lieu de delle Françoise Allart, de la veuve de Jean de Rueil et des héritiers de Rueil, il y a un titre nouvel S1078 9.8.1572». En 1526 il vend le fief de la Mairie, justice et seigneurie de Montmagny. Autres acte: constitution de rente III-50.8.4.1535, quittance XIX-147.8.4.1536, quittance VIII-68. Fol 235 22.1.1541. dt à Argenteuil, 95 achat d'une maison à Mureaumont, 60 pc 19.1.1551 VIII-172 (base Arno) x Françoise ALARD / Françoise ALLART, héritière de Guillaume ALARD bourgeois de Blois. Elle vend avec Madeleine Alard veuve de Michel Le Clerc notaire et secrétaire du roi pc XIX.152 fol 154 1.12.1539 à leur cousin Jacques Currault marchand à Selle-en-Berry une maison à Selles sur Berry et de plusieurs métairies venant de la succession de Guillaume Alard d'où
1. Jean de RUEIL écolier, étudiant en l'Université de Paris (donation entre vifs avec son père pc 5.2.1551 LXXXVI-27 base Arno 1551)
2. Marguerite de RUEIL (rente et transport de son père pc LXXXVI-28 5.4.1551 source base Arno 1551) x pc 1.2.1551 LXXXVI-27 [A7698] Jacques MARTIN sgr de Villeneuve avocat au parlement dt rue des Augustins (iad 26.9.1554 – LXXXVI-96)



Armes: d'Or à trois aigles de gueules au franc quartier d'azur au lion d'or
I. Jean de RUEIL x Jeanne LE JAY fille de Robert LE JAY +14.10.1519 marchand de draps de soye et Jeanne COTTART / Jeanne GOTARD +1 ans 10 mois et 11 jours apres son époux d'où
1. Jean de RUEIL mineur 1524 sous la tutelle de Philippe Le Jay marchand et bourgeois de Paris, héritiers en partie de feu Robert Le jay prend à cens du receveur de Montmorency la place qu'il a fallu pour 4 piliers qu'il a fait faire contre la muraille d'une maison qui lui appartient au village de Montubois 17.8.1524 (inv archives Chantilly)

I. Jean de RUEIL +av1582 sgr de Montubois / Mont-à-Bois (paroisse de Taverny) 1562 md bourgeois de Paris,dit l'aisné en 1571 x Marie MARTIN ca1582 fille de Hervé MARTIN md de draps de soie et bourgeois de Paris, dt rue Saint-Denis pres le portail du cimetière des Innocents, à l'enseigne du Miroir et Jeanne YVOIRE (cf Yvoire iad 10.11.1543, LXXXXVI-90, apprentissage VIII-72.10.7.1545 in fichiers AN) d'où
1. Magdelaine de RUEIL (titre nouvel novembre 1587 VIII-400 [G1525] x1. Gilles MAUVALLET x2 Edmé LOUIS
2. Marie de RUEIL x av 1571 Claude GODART bourgeois de Paris
4. Jehan qui suit II
II. Jehan de RUEIL le jeune changeur et bourgeois de Paris. Il fait une quittance réciproque des comptes de l'association de changeurs avec Guillaume Mauvallet et Guillaume Martin auditeur des comptes du roi pc CVII-20 18.4.1574 x pc Croiset VIII-375 24.5.1571 décrit in notes D Richet [R7133] (dot 4.000 livres) Ysabel MAUVALLET fille de Gilles MAUVALLET maistre de la monnoye et bourgeois de Paris et feue Marie ERONDELLE, elle même fille de feu Guillaume ERONDELLE et Ysabeau GUILLIER

Extraits des registres du Châtelet de Paris, par Caille Du Fourny, Ms Clairambault 765 1490-1528:
page 233: 3 avril 1494: M. Pierre? de BREBAN pretre file de feu Mr Jehan de BREBAN avocat au châtetele et de Marguerite de RUEIL sa femme, icelle demoiselle naguere allée? ..... ledit .. d'Andry, Denis, Guillaume et Barbe enfants mineurs dudit deffunt et veuve requerant que Jehan de RUEIL marchand bourgeois de Paris, cousin germain de ladite defunte fut contrainct d'accepter ledit .. suivant la collation? qui en avait? esté faite le 20 mars 1483 au tesmoignage d'Anthoine de PARIS? conseiler au parlement, Denis? DAMBELLAN?, Robert HACTES??, Jacques DISOME, Pierre ALLISON?, Nicolle QUATRELIVRES avocats en parlement, Jehan de RUEIL auditeur au châtelet, Anthoine GEDON? notaire ... et Christophe des RAGUS?? esleu de Paris dit est que ledit Jehan de RUEIL ne prendra laditte tuition attendu son ancien age?


Armes: d'or à trois aigles de gueules, au franc quartier d'azur chargé d'un lion d'or

1505 – Jean de RUEIL +av1518 sgr d'Ambouelle lieutenant civil de la prévoté de Paris (notoriété VIII-9.30.12.1505, vente VIII-1.29.7.1506, accord additionnel au contrat de mariage VIII-1.29.7.1506, transport de marché VIII-1.4.8.1507 et 14.6.1508, constitution de rente viagère VIII-16-10.2.1518 fichier AN) (le meme ? Héritier avec ses enfants de Robert Chartier, dans la vente de partage d'héritage des Garnier in VIII.11.12.9.1509)

1509 – Marie de RUEIL x1 Antoine ROBINEAU +4.8.1509 Paris Saints-Innocents conseiller notaire et secrétaire du Roi, greffier civil, criminel et des présentations du parlement de Bourgogne 1506. également secrétaire du Dauphin fils de Jean ROBINEAU et Anne GAGETE x2. Jean VIMEU (maitre) (acte VIII.13 27.1.1516 exploit d'huissier au domicile de M. Vimeu, somme réclamée par Guillaume Bourgeois à Marie de Rueil)

1534 – Jeanne de RUEIL x Guillaume de LASCOURS, vente d'une partie de la maison du Veau rue St Martin (pc 9.1.1534 XIX-146 in fichiers AN). Echange pc XIX.146 7.7.1534 et vente d'une partie XIX-146 9.1.1534


tution 23.3.1639 Y3906 [R2008] avis sur Charles de RUEIL 8 ans mineur de + Charles de RUEIL vivant sieur de Journé et Louise BOUCHER, en présence de ladite veuve mère, Charles BOUCHER sr de la Crose en partye ayeul maternel, Anthoine LE NOBLE greffier des insignations ecclésiastiques de l'archevesché de Sens oncle paternel et maternel à cause de sa femme, Charles ROUSSELIN huissier du roy en sa cour des monnoyes oncle maternel à cause de sa femme, Pierre LE GRAND sieur du fief du four? en Beause naguere archer des gardes escosoize de sa majesté cousin maternel, Pierre PREVOST escuyer sr de Chanfertiere oncle maternel à cause de sa femme, Jean de VAUCORBEIL éscuyer sr de la Brosse et du Sousy conseiller du roy et lieutenant des eaux et forestz de France cousin maternel

avis 26.8.1641 Y3909C [R12527] avis sur Charles de RUEIL fils mineur de + Jean de RUEIL escuyer sieur de Gournay en partie et Louise BOUCHER (élection d'un tuteur 23.3.1639). Il y a eu une rénonciation finalement révoqué pour estre préjudiciable à son fils mineur. procuration par Louise BOUCHER pc Lhéritier notaire royal à Chastun? le 28.3.1641, Charles BOUCHER escuyer ayeul maternel en personne, Mtre Anthoine LE NOBLE greffier des insinuations ecclésiastiques de l'archevesché de Sens oncle paternel à cause de sa femme, Pierre PREVOST escuyer sieur de Champfortier? oncle paternel à cause de sa femme, Mathieu de FONTENAY escuyer cousin paternel, Denis DENISON escuyer sieur d'Arty cousin paternel et Jean de VAUCORBEIL escuyer sieur de Forcery? cousin maternel compar (..)

avis 20.12.1630 Y3895 [R1644] enfants Marie de RUEILet Charles BODIN
Son comparus les parents et amy cy apres nommez a scavoir, ladite demoiselle mere et tutrice, Baptiste BODIN escuyer ... oncle paternel, en personne Mathieu de FONTENAY escuyer sr en partye du Marest lez Argenteul cousin paternel et oncle maternel en personne, Mtre Claude du CORNUEL? conseiller et secrétaire du roy et de ses conseils des finances de sa majesté cousin paternel à cause de dame Françoise DAUDUN? sa femme, Louis de MACHAULT sr de la Marche cousin paternel, Christophle de MARCHAULT escuyer lieutenant en un régiment de Normandy cousin paternel, Charles de BESANCON sr de Bourchemont oncle maternel, Remond MIDORGE escuyer commissaire ordinaire des guerres cousin maternel [coté Besancon] (...)

bénéfice d'age Y3903B 10.7.1636 [R1864] pour les enfants de Madeleine de Rueil x Fontenay: Mathieu de FONTENAY escuyer seigneur en partie de Marest et d'Argenteuil pere, Léon de MAUBUISSON escuyer sr de la Borde lieutenant au régiment de Bourgoigne beau-frere à cause de Marie de FONTENAY sa femme, Germain TIXIER conseiller du roy en sa cour de Parlement et commissaire aux requetes du pallais sieur de Gondreuille de Hautefeuille et de Mallicorne, Germain FEU sieur du Mouveaux, Charles de FEU advocat en parlement tous cousins issus de germain paternel, noble homme Jean de MESGRIGNY conseiller du roy maitre ordinaire en sa chambre des comptes, et René de MESGRIGNY abbé de Sainte-Foy cousins issus de germains maternels et Jean de RUEIL escuyer sieur de Gournay aussy cousin issu de germain maternel, et Pierre COCHON conseiller du roy receveur des tailles à Saulmier? amy.

[Jean et René de MESGRIGNY serait fils de Jean de MESGRIGNY, fils de Jean de MESGRIGNY et Marie de PLEURE, et de Nicole de GRENE fille de Louis de GRENE et Anne HECTOR – source base noblesse51]

Dans les parents et amis à l'avis de 1629 [A2166] sur les enfants de Madeleine de Rueil x Fontenay concernant un proces contre Catherine BIGNON veuve de feu Nicolas BERNARD escuyer sr de Montdebize conseiller SR controleur général de la chancellerie: conseil de famille en présence de, coté maternel: Hector de MARLE sr de Beaubourg conseiller du roy en ses grand conseil cousin germain maternel, Jehan de MESGRIGNY conseiller du roy maitre ordinaire en sa chambre des comptes cousin germain maternel, Jehan de RUEIL escuyer sr en party de Gournay(?) cousin germain maternel, et Edmond MIDORGE escuyer conseiller du roy et commissaire ordinaire des guerres cousin issu de germain maternel

[Raimond MIDORGE serait fils de Jean MIDORGE, fils de Jean MIDORGE ec sgr de Fretay en Brie et Marie LE BOSSU, et Magdelaine de LAMOIGNON fils de Charles de LAMOIGNON sg de Basville et Charlotte de BESANÇON source popoff]

I. Jean de RUEIL ca1570 docteur régent en médecine x N. CHEVALLIER +av1544 (acte sur sa succession (19.3.1544 VIII-184) d'où
1. Catherine de RUEL +av1575 x Jacques LEFEVRE +av1575 avocat au parlement ca1544. Les enfants et héritiers de défunte Catherine de Rueil, veuve de Jacques Le Fèvre, avocat, délaissent au collège de Presles une maison à Paris, rue du Mont Saint-Hilaire, devant la rue Judas, à l'enseigne l'Homme Sauvage que le collège avait baillié à rente le 24 mars 1570 à Jean de Rueil, docteur régent en médecine, père de la défunte, sa vie durant et celles de sa femme et de ses enfants XXXIII-190 6.7.1575
2. Pierre de RUEL avocat au parlement ca1544. Il fait un bail avec son frère Simon d'une maison rue Jean Lemire dite « de Sejour » cour et jardin tenant d'un coté au jeu de paume de la Bouteille, et aboutissant aux anciens mures de la ville pour 64 livres par an 15.10.1549 XXXIII-34 f°272v°. Pierre de RUEL avocat au parlement se portant fort de son frère Mtre Simon de RUEL, bail d'une maison rue des Carmes à un imprimeur pc 12.5.1542 VIII-62
3. Simon de RUEL pretre curé de Sernon-en-Brie, avocat au parlement ca1544, dt rue des Carmes, il bail sa cure pour 6 ans à Philippe Duchemin prêtre pour 150 livres par an et à charge d'avoir avec lui et à ses frais un chapelain ; caution solidaire de Jean Marin, laboureur, à Servon pc 9.9.1549 XXXIII-34 f°iicXiiii 214v°


1301 – Jean de RUEIL preudonme por merciers (source: Camille Piton, histoire de Paris, le quartier des Halles, 1891)
1329 – Jehannot de RUEIL portier (source: Jules Viard, gages des officiers royaux vers 1329, in bib école des chartres, 1890, vol 51 p 266)
1339 – Jehan de RUEIL receveur de Paris (cf bull soc histoire Paris et Ile de France, 1874, page 29)
1363 – Jean de RUEIL bourgeois de Paris, il recoit une commission délivrée par les généraux trésorier à l'effet de percevoir tous les arrérages restés en souffrance après le décès de Gilles de Fraguenas, receveur des aides dans le ressort de Paris
1387 Jean de RUEIL +av1387 écuyer d'où Marguerite de RUEIL x Jean SOHIER sergent du roi en la prévoté de Ste-Menehould (Marne), vend 16 setiers de blé et 16 d'avoir de rente perpétuelle à prendre sur le terroir de Clamanges (source inv somm Marne G10887 1899)
1371 – Jehan de RUEIL conseiller, garantit un emprunt de 100.000 Frs fait à la ville d'Avignon (source: Camille Piton, histoire de Paris, le quartier des Halles, 1891)
1373 – censier 1373 M. de berry qui fut Me de la Bret, Nicolas Braque, hotel Jean de RUEIL
1399 – Jean de RUEIL avait un hotel rue du Four « place mons. Delabret où fut l'hotel Jean de Rueil et depuis Mons. de Berry)
1399 – Pierre RUEIL avait une maison rue de la porte au Coquelier dedans la ville, joignant la porte « Maison Jean Griseau qui fut Thomas Pigasse, Robert de Cormeille, Pierre RUEIL, Mathieu POTIER
1400 – Jean de RUEIL chevalier, reçoit une houppelande du roi avec les autres seigneur (1.5.1400). (source: Camille Piton, histoire de Paris, le quartier des Halles, 1891)
1409 – Pierre de RUEIL avocat en parlement (inv archives Chantilly)
1438 – Jeanne de RUEIL x Denis BILLEBAUT (qui x2. Jeanne CARRÉ) [sources: inv archives de Chantilly] d'où
a. Guillemette BILLEBAUT dont est issu Arnoul BRAQUE, de qui est issu Bernard BRAQUE chambellan du roi et général maitre de ses monnaies en 1438
b. Jacqueline BILLEBAUT dont est issue Blanche de SOISSONS, puis Jeanne de POUPAINCOURT dame du Mesnil-Aubry
1455 – Pierre de RUEIL (comptes cf ouvrage Henri Sauval)
1483 – Guillaume de RUEIL prêtre, maître es arts, curé de Fellins / Flins au diocèse de Chartres, il achête sept quartiers de vigne à Gentilly, au lieu-dit Brétigny, moyennant 16 l au profit de Jean Villet 10.6.1483 VIII-17
1487 – Nicolas de RUEIL docteur en théologie de la maison de Saint-Victor (source abbé Lebeuf)
1500 - Bail pour neuf ans par Pierre de RUEIL, licencié en décret et principal du collège de Presles, à Jean Dufroy, laboureur à Tremblay en France, de la ferme et de ses dépendances que le collège possède en ce lieu (...) 4.12.1500 XIX-16
1506 - AN S1834 maistre Jehan des Rues est propriétaire rue des Deux-Ecus d'un hotel tenant aux hoirs de Jean Patrouillart et d'autre part à maistre Jehan de RUEIL au lieu des hoirs de feu Blanchet.
1529 – notoriété concernant Monseigneur de RUEIL 16.7.1529 III-2
1531 - Antoinette de RUEL/RUEIL x 24.4.1523 Paris Saint-Jean en Greve Denis PICOT d'où
a. Antoinette PICOT °17.7.1530 Paris, St Jean en Greve (m: Marguerite LOTIN) (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9006782f/f5)
b. Magdelaine PICOT °29.8.1531 Paris, St Jean en Greve (parrain Eustache de RUEL)
c. Claude PICOT °9.2.1533 Paris, St Jean en Greve (parrain Claude DELACROIX)
d. Pierre PICOT °6.3.1534 (parrain Jean de ANOIL)
e. Guillemette PICOT °1.6.1536 Paris, St Jean en Greve
f. Macé PICOT °5.1.1542 Paris, St Jean en Greve (parrain Pierre MICHO auditeur des comptes) (source notes Robert Descimon Fr 32588)
1506 – Jean de RUEIL seigneur d'Ambouelle, lieutenant civil de la prévôté de Paris, il fait un transport de marché pc VIII-1 4.8.1507 et 14.6.1508 x Isabelle de VYENS veuve de Christophe PICOT accord additionnel au contrat de mariage VIII-1 29.7.1506
1545 - apprentissage chez Jean RUEL marchand de drap de soie bourgeois de Paris pc 14.7.1545 (VIII-72)
1549 – Jean de RUEIL/du RUEL docteur régent en la faculté de Théologie, maistre et principal du collège de Reims (source: Ernest Coyecque, recueil d'actes notariés). Il fait un achat d'un cheval et d'une maison et jardin à Villeuve-Saint-Georges, 94 pc 15.11.1551 (XLIX-46 source Arno 1551) à Jean DOGUET laboureur à Valenton, 94. Il fait un accomodement pour un proces au sujet du Jardin du collège de Reims pc 13.6.1551 (XLIX-45, source Arno 1551). Il y a une rente/titre nouvel sur une vigne à Crosnes, Les Sablons, 91 pc 28.11.1551 LXXIII-45 (source Arno 1551)
1548 – Thibaut de RUEIL +av1551 marchand drapier, bourgeois de Paris rente sur lui pc 20.3.1548 (insinuation) x Philippe LEPAIGE, vente/titre nouvel sur une maison et corps d'hotel chemin des Tuilleries, faubourg Saint-Honoré à Paris (base ARNO 1551 vente, titre nouvel 20.5.1551 LXVIII-12). Et un transport sur une créance pc 9.3.1551 LXXXV-28 (source base Arno 1551) d'où
1. Claude de RUEIL ca1551
1549 – Pierre et Simon de RUEIL nobles hommes, avocats en parlement prennent un bail pour une maison, cour et jardin rue Jean Lemire autrement dite "de séjour" tenant d'un coté au jeu de paume de la Bouteille,et aboutissant aux anciens murs de la ville (acte 16.9.1549 - (source: Ernest Coyecque, recueil d'actes notariés). Ils achetent (ou vendent) une vigne et prés à Itteville, 91 à Michel Lelievre laboureur à Itteville et à Christophe Camery laboureur à Itteville pc 18.3.1551 (XXXIII-35) (source Arno 1551). Pierre fait un bail pour un pré à Itteville, 91 pc 18.3.1551 XXXIII-35 (Arno 1551)
1570 - Marie de RUEL (de RUEIL) +av1572 x Gilbert RICHANDEAU (RICHAUDEAU) marchand orfèvre bourgeois de Paris (il ép2: Marie GURGUYES) d'où
a. Marguerite RICHANDEAU x pc 4.1.1570 XX-65 Loys GARNIER marchand orfèvre à Paris
b. Marie RICHAUDEAU x pc 13.3.1572 Ymbert XX-67 (décrit [R7125]) Pierre MASSIEU maitre orfèvre bourgeois de Paris [témoins: Jehan de RUEIL]
1571 – Charles de RUEIL monnayeur en la monnaie de Paris du serment de France x Brigide BADOLE fait une vente pc XCIX-8 6.1.1571 fichiers AN)
1574 – Jean de RUEIL changeur et bourgeois de Paris quittance réciproque CVII-20.18.4.1574 (fichier AN)
1581 - Jean de RUEIL changeur et bourgeois de Paris plusieurs actes III-159 aout 1581[
acte:H2847-H2851]
1580 – Marguerite de RUEIL (succession et partage LXXIII-298 10.12.1594) x1. N. x2. Nicolas BUYER +av1594 notaire et secrétaire du roi (il y a un échange le 8.2.1580 -LIX liasse 3 (AN fichiers) d'où
a. Claude BUYER conseiller notaire et secrétaire du roi 1594
b. Nicolas BUYER écuyer
c. Marie BUYER x Gn FALAIZE auditeur des comptes dt rue des Deux-Ecus psse St-Eustache
c. Marguerite BUYER ca1594
1595 – Anne de RUEIL femme de Jacques PREMYN bailli de Poursin témoins à un mariage en 1595 (notes D Richet [R7126])
1595 – François de RUEL (iad LXXXVIII-123 30.7.1595) archer des ordonnances du roi sous la charge du prévôt de l'Ile de France dt rue Court-au-Vilain x Françoise FERNAULT
1612.- Guillaume de RUEIL +av1612 avocat en parlement x Marie de LA VERGNE (testament 14.4.1612 XXIX-164) dt rue St-Julien le pauvre
1613? - Chateaudun - don par Antoinette GRENET veuve de Jean de Rueil, sieur des Marais, à Elie Dubois, sieur des Bergeries, de cinq pièces de tapisserie à l'antique où sont figurées l'histoire de David ; un devant de cheminée de menu vert ; une paire de petits chenets de cuivre en façon de pyramide ; une cloche à faire cuire des fruits, etc. (http://radiointensite.free.fr/articles.php?lng=fr&pg=1024)

Sources: Francois Lechner, immigres francophones dans la region de haguenau site:
http://pierre.bertrand.free.fr/picrapconrepeu.htm
http://pierre.bertrand.free.fr/picimmfranco.htm

- par acte du 15 octobre 1662 le duc de Mazarin en qualité de Grand bailli de la Préfecture de Haguenau accorda à M. de Ruzé, la faculté de construire un château au village d'Ohlungen en lui faisant en même temps don de ce village et du hameau voisin de Keffendorf.
M. de Ruzé, fils, vendit ses droits en 1707 à M. de Vorstadt. La maison seigneuriale et ses dépendances, dont il ne reste rien aujourd'hui, étaient comprises dans un enclos de plus de 12 ha, situé au lieu dit "Riedfeld" à la sortie ouest de la commune, entre celle-ci et le chemin menant à Uhlwiller.

8) registres baptemes de Ohlungen Uhlwiller
1663 Henricus de Ruche, Marchionis Ruche et landvogtiae praetecti fillus".Il s'agit du fils du marquis de RUZE (qui n'était pas préfet de la Landvogtei mais Unterlandvogt, à qui avait été concédée la seigneurie d'Ohlungen (voir ci-dessus).
1668 Nicolas SIROP, "Catherine sa chère ménagère" d'Ohlungen Parrain : Pierre VIGNOL de Baisne "laqué (laquais) de Mr. La Marquis de RUZE"
1672 Maturin LEGENDRE, Maistre d'hostel de Mr. le Marquis de RUZE et Anne Dorothée fille du Sieur Jacques DUPIN, chirurgien à Haguenau, Joseph PERIN, cuisinier de M. le comte de LEININGEN, Charles MOMPIN de St-Germain en Laye, cuisinier de Mr. le Marquis de Ruzé

Alsace - 67 – Ohlungen
http://www.monuments-de-france.org/notice_61096.html
En 1662 le duc de Mazarin, grand bailli, détache le village et son annexe Keffendorf du baillage de Haguenau au profit de son sous bailli le marquis de Ruze d' Effiat et crée la seigneurie d'Ohlungen;elle est vendue en 1707 aux Vorstadt qui la conserveront jusqu' à la Révolution;le village ne s'est étendu que récemment après la création de 3 lotissements entre le cimetière et la forêt

LECLERC (Paris)

source: Archives Nationales base SIV, notes Robert Descimon et Denis Richer

famille parent des Rueil

Claude de RUEIL sr des Marais avocat au parlement cousin issu de germain de Madeleine LECLERC fille de Pierre LECLERC et Madeleine de VILLENEUVE

I. Michel LE CLERC +22.6.1524 Paris, St-Paul seigneur en partie de Maisons-sur-Seine lez Charenton, notaire et secrétaire du roi et controleur de son écurie x1. Madeleine GOYET x2. Madeleine ALARD +19.1.1563 Paris, St-Paul ca1542 elle fait une donation pc 11.1.1563 Y103 f°298 d'où
du premier lit
1. Madeleine LECLERC mineure 1529; sous la tutelle de Etienne Goyet pour un partage de la maison rue St-Antoine audessus du portail Ste Marie L'Egyptienne (pc Maulevault et Bailly 15.7.1529)
du second lit
2. Michel LE CLERC écuyer sieur de Maisons receveur des tailles de Paris 1538, maître d'hotel de Renée de France douairière de Ferrare et duchesse de Chartres 1563, chevalier de l'ordre du roi, capitaine et bailli de Chartres 1572. Il baille à titre de loyer d'argent pour 5 ans rue maison cour jardin assise à Paris rue des Augustins VIII-98
3. Agnès LE CLERC religieuse profèsse à Malnoue près Lagny 1563, présent à Paris en 1568 à cause des guerres civiles
[? 4. Sarra LE CLERC x Samuel SPIFAME chevalier sgr de Buisseaux, Passy et autres lieux, conseiller du roy en ses conseils, ambassadeur pour sa majesté en Angleterre]
5. Jean LE CLERC mineur 1538
6. Pierre mineur 1538 qui suit II.
7. Valentine LECLERC mineur 1538 x Paris pc 10.6.1542 XIX-161 Jean de BAILLON seigneur de Marivaux et de Janvry trésorier de l'épargne d'où
a. Guillaume de BAILLON maitre des comptes 1572. Sa grand-mère, Madeleine Allard lui donne quand il aura 24 ans un diamant en table enchassé dans un anneau d'or estimé 25 écus d'or soleil x Marie SEGUIER.
II. Pierre LE CLERC +22.9.1571 (iad 12.5.1571 XIX-283) conseiller en la justice des eaux et forêts au siège de la table de marbre au palais à Paris x Paris pc Trouvé 7.1.1549 Madeleine de VILLENEUVE /VILLENEUFVE +14.7.1614 belle soeur de Germain DODIER avocat au parlement et fille de Antoine de VILLENEUFVE procureur au parlement et Jacqueline de THORRU d'où
1. Guillaume LECLERC °5.8.1551 (parrain Mr Allard son oncle, conseiller au parlement et Mr de Maison son frère, marrane Madame Alexandre)
2. Pierre LECLERC °4.5.1553 n'a vécu que 19 mois
3. Marie LECLERC °8.2.1554 ne vécut que 4 jours
4. Madeleine LECLERC °19.3.1555 (marraine Mlle de Villeneuve ma soeur et Mlle Dubois ma cousine, parrain Mr de Ruel mon cousin) x Paris pc XIX-250 29.5.1572 Trouvé Roger ROBINEAU conseiller du roi en la cour des aides
5. Marie LECLERC °9.7.1557 ne vécut que 2 jours
6. Anne LECLERC °10.3.1558 avant paque, (m: Mlle la présidente Lecharron, et mlle la trésorière de l'épargue, parrain: mon frère de Maisons)
7. Michel LECLERC °5.9.1560 (parrain mon frère le bailli de Chartre et Me Bodin c ex et forère, sa marraine la maitresse des comptes Morin
8. Pierre LECLERC °20.9.1561 ne vécut que 10 mois
9. Pierre LECLERC °11.5.1562 Maisons (p: Jean Dubuisson curé de Maisons et mon fils ainé Guillaume, marraine mme de maisons ma mère)
10. Marie LECLERC °20.12.1563
11. Claude LECLERC °14.10.1565
12. Valentine LECLERC °4.3.1566 ne vécut que 5 semaines
13. Eustache LECLERC °27.6.1563
14. Nicole LECLERC °14.2.1570
15. René LECERLC °11.6.1571

A relié: Louise de VILLEMOR nièce de Pierre Leclerc et femme de Mr PELLOQUIN receveur d'Evreux 1570

BOUCHERAT

source: Michel Popoff, Prosographie des gens du Parlement de Paris, 1996 – voir édition 2003 – Camille Trani, les officiers du Grand Conseils, in mem Paris Ile de France 1991 - Casimir Sars de Solmon, Ms 2 page 307 et Ms 11 page 149 – Généalogie Boucherat manuscrit AD75 6AZ900 5 [R4199] - Fond Chandons AD Troyes (en ligne) – Notes Robert Descimon

Compléments: généalogie importante dans Sars de Solmon Ms 11 page 149 ( http://www.valenciennes.fr/bib/fondsvirtuels/microfilms/CasimirdeSars/accueil.asp)
et Fond Chandons AD Troyes (en ligne)

voir aussi: CBC 1 – A 6 – MF, sept 1699, 217-243 – AN, mss U937 – JDC – RB 4 t1 et 2 – RB 6, 159 – ACG – Saffroy 36890-93a – Fr 32989, 192 v° – Fr NA 11641 304-10

Actes originaux (analyse & retranscription bienvenue):
- acte impliquant Marie Boucherat x Claude du Rueil et sa soeur 5.3.1580 XXIII-198 [E3601]

Armes: d'azur au cocq d'or, becqué, membré et crêté de gueules

I. Edmond LE BOUCHERAT sgr de la Forge, Volon échevin de Troyes 1497, 1er maire 1493, marchand de fil de la ville de Troyes en 1471 x Jeanne LE PELÉ / Jeanne LE PELEY fille de Guyot LE PELÉ sr de St-Pare marchand bourgeoi de Troyes et Nicole HENNEQUIN d'où
1. Pierre BOUCHERAT x1. Jeanne GODET fille de Guillaume GODET sr d'Athis et Huguette LE FOLEMARIÉ x2. Jeannette GORRELIER d'où postérité cf fonds Chandon et 6AZ900
1. Edmond qui suit II
3. Nicolas LE BOUCHERAT religieux à Clairvaux, docteur en théologie, abbé de Notre-Dame de Reclus ordre de Citeaux
4. Jeanne LE BOUCHERAT x Claude de MARCHY / Claude de MARISY écuyer sieur de Ceruens? grenetier au grenier à sel de Troyes
II. Edmond LE BOUCHERAT sr dudit lieu marchand bourgeois de la ville de Troyes en Champagne 1513 x Marguerite FAVIER d'où plusieurs enfants (cf généalogie Chandon) d'où
1. Jacques BOUCHERAT mort sans alliance
2. Aymon qui suit III
3. Guillaume BOUCHERAT qui suit IIIbis
4. Nicolas BOUCHERAT +1580 abbé de Citeau
[5.? (selon 6AZ900) Madeleine BOUCHERAT x1. N. BURGENSIS x2. N. de SAISSEVAL x3. N. d'ELINCOURT, sans postérité [en contradiction avec celle ci-après]
6. Oudard BOUCHERAT x Barbe HENNEQUIN fille de Claude HENNEQUIN sieur d'Ozonet? et Jeanne BARATON d'où
a. Nicolas BOUCHET +1623 à 63 ans abbé de Citeaux élu en 1604
III. Edmont LE BOUCHERAT +25.1.1564 sgr de la Forge et Valcon avocat général au parlement de Paris 1557-1565. En 1565, le 20 mai il y a une expertise de la terre, seigneurie de La Force Volcon (Estissac, 10) à la requête des héritières de Edmon Le Boucherat et sa femme avec un partage (20.5.1565, 15.9.1565, AD10 fonds Chandon 8J 60C 280/1) x Marie RUZÉ +13.4.1558, soeur de François conseiller au Grand Conseil et fille de Guillaume RUZÉ seigneur de Beaulieu et Marie TESTU d'où
1. Edmond qui suit IV
2. Marie BOUCHERAT °20.5.1542 x Claude du RUEIL sgr des Marests avocat en parlement 1565, conseiller du roy président en la cour des monnaies, acte notarié avec Magdeleine 5.3.1580 XXIII-198 [E3601]
3. Guillaume LE BOUCHERAT (sous la tutelle d'Eustache Le Picard sgr de Villeron commissaire des guerres 1565
4. Magdeleine BOUCHERAT °18.7.1544 x1. François de SAISSEVAL acte notarié avec Claude de Rueil 5.3.1580 XXIII-198 [E3601]
IV. Edmond BOUCHERAT °14.3.1539 sgr de la Forge et Valcon avocat en parlement 1565, conseiller au grand conseil 2.4.1568. Résigna de sa charge en 1576. x 5.5.1561 Jeanne RENAUD-ARNOUD alias Jeanne ARNOUL d'où
V. Guillaume BOUCHERAT +1617 Amiens sgr de Bomontel/Beaumantel, Miraumont, Lomeuse (?) et Saint-Arnould chevalier de l'ordre du roi x pc 13.5.1611 Marguerite BRIOIS dame de Savy, 27 ans +25.10.1626 Arras fille de de Jean et Jeanne LE CAMBIER dont 3 filles
1. Marie-Françoise BOUCHERAT x Nicolas FALART / FALLAT marquis de Saint-Etienne capitaine de cavalerie, commandant le régiment d'Urfé
2. Marguerite BOUCHERAT x 25.4.1660 Jean de MAILLY comte de Mailly sr de Bonneville général de l'armée de Pologne, dona(?) le grand Duché de Lituanie
3. Marthe BOUCHERAT

autre fils d'Aimond Boucherat et Margot Favier
IIIbis. Guillaume BOUCHERAT (partage 31.12.1573 par Jq Jullien 1er huissier du roi) avocat au parlement de Paris 1550 x Louise BASTONNEAU fille de François BASTONNEAU notaire au châtelet et Marguerite de LARCHE (Louise BASTONNEAU x2. Louis DUMOULIN procureur du roi et ville de Paris) d'où
1. Guillaume BOUCHERAT qui suit IV.
2. Hemery BOUCHERAT religieux à Citeaux
3. Marguerite BOUCHERAT (iad XLV-22.12.1604) x1. Gabriel RASSENT / RAISSENT conseiller au grand conseil x2. Robert REGNAULT conseiller en la cour des aides (qui x2. LIX-35 20.11.1605 Isabelle BINET veuve de Louis VIVIEN écuyer sieur de Saint-Marc) d'où
du premier lit
a. Marguerite RAISSENT / RASSENT x Paris pc Lenoir et Lusson 23.4.1595 Jean-Baptiste LEGRAIN conseiller et maitre des requetes ordinaire de la reine
du second lit
b. Marie REGNAULT x Louis DAMOURS commissaire au châtelet
c. Robert REGNAULT avocat au parlement émancipé 1604
d. Jean REGNAULT mineur 1604
4. Louise BOUCHERAT x1. Paul DELABARRE conseiller du roi général des monnaies 1585 fils de Jean DELABARRE docteur en médecine et Marguerite LAISNÉ x2. Raoul LE COMTE trésorier de France à Toulouse
IV. Guillaume BOUCHERAT auditeur en la chambre des comptes 1573 x Marie PERROT fille de N. PERROT et Marguerite PARENT d'où
1. Jean qui suit V.
2. Madelaine BOUCHERAT x Jacques HOTMAN trésorier provincial des guerres en Bourgogne
3. Marguerite BOUCHERAT x Pierre BROUSSEL conseiller au parlement
V. Jean BOUCHERAT sgr de Piédefer auditeur en la chambre des comptes puis maistre en la chambre des comptes le 4 septembre 1618. Mort doyen de sa compagnie en 1671 x 1611 Catherine MACHAULT fille de Louis MACHAULT sgr de Boutigny maitre des comptes et Catherine HERVIEU d'où
1. Louis qui suit VI
2. Guillaume BOUCHERAT conseiller au parlement de Paris
3. Aymon-Jean-Baptiste BOUCHERAT conseiller au parlement puis conseiller d'honneur au même parlement x Catherine LE MARIÉ fille de N. LE MARIÉ procureur en parlement (décédé au mois de juillet 1695 lequel?) d'où
a. Anne-Françoise-Louise BOUCHERAT x Louis THOMAS de LISLE président au grand conseil
4. Marguerite BOUCHERAT x Prosper BAUYN conseiller au parlement
5. Catherine BOUCHERAT +1693 abbesse du Pont-Saint-Maxence
VI. Louis BOUCHERAT seigneur de Compans c°21.8.1616 conseiller au parlement de Paris le 29.8.1641, maitre des requestes le 29.11.1643, conseiller d'Etat en 1662, chancelier de France x1. Françoise MARCHANT x2. Anne-Françoise de LOMENIE veuve de Nicolas BRETEL sieur de Grimonville maitre des requestes et fille de Françoise de LOMENIE secrétaire du cabinet du roi et d'Elisabeth DANEZ d'où
du premier lit
1. Madeleine BOUCHERAT x Henry de FOURCY président en la 3eme chambre des enquêtes puis conseiller d'Etat
2. Catherine BOUCHERAT x Henry de NESMOND seigneur de Saint-Disant maitre des requestes x2. Antoine de BARILLON maitre des requetes
3. Anne-Françoise BOUCHERAT x Nicolas-Auguste de HARLAY seigneur de Bonnoeil et de Cely maitre des requetes, puis conseiller d'Etat

1604 – acte concernant Guillaume BOUCHERAT conseiller du roy et auditeur en sa chambre des comptes x Marie PERROT +av1604 d'où enfants héritiers avec Hierosme PERROT écuyer leur oncle, de feu noble homme Jacques PERROT habitant de la ville de Venise XLV-126 18.8.1604 [J0562] et acte concernant Guillaume BOUCHERAT et Pierre BROUSSEL conseiller du roy en sa court de parlement [J0565]

GODEFROY (de) (Paris)

Source: Epitaphier du Vieux Paris - Notes Robert Descimon (nombreux autres actes Godefroy/Godeffroy) – Philippe Maurice, renseignements par email juin 2014 (descendance Godefroy/Lussault)

- constitution et indemnité de la veuve de Martin RUZÉ, Magdelaine CHASTELAIN veuve GODEFROY, Jean de SAINT-GERMAIN LXXXVII-490 8.3.1638 (ainsi que 18.3 et 24.3) [E8495]
- partage succession Henry de GODEFROY et Magdelaine CHASTELAIN pc LXXXVII-181 19.5.1654 [F0362] (à analyser)
– avis de parents sur enfants de Jean-Paul GODEFROY escuyer et Magdeleine LE BARDET 4.12.1665 [A4492]
- quittance sur transport de rente hb f Marie Godefroy, veuve de hb h Jq Lussault, md fournissant l'argenterie du roi et de pst femme de n h me Gilles Malingré VI-127 31.7.1574 [F8182]
- partage Marie GODEFFROY et Pierre DELYE pc Tulloue XXIV-80 [G2613]

I. Denis GODEFROY x Ysabeau CUVIER d'où 12 enfants
1. Henri qui suit II
2. Pierre ca1524 seigneur de Lugy
3. Ragonde x Robert AUGRAIN ca1528
II. Henri GODEFROY +av1564 marchand pelletier bourgeois de Paris x Marie LEBREST (iad LXXXVII-64 22.7.1564 – analyse dans les notes de Robert Descimon) fille de Jacques LEBREST et Ysabeau CROQUET d'où
1. Claude qui suit III
2. Denis GODEFROY marchand bourgeois de Paris 1564 ca1572, il est subrogé tuteur des enfants de Claude GODEFFROY
3. Marie GODEFROY +1615 x1. Jacques LUSSAULT +av1574 bourgeois de Paris, marchand fournissant l'argenterie du roi x2. Gilles MALINGRÉ ca1574 +1614 contrôleur d'office de la maison de feu monsieur frère du roi, dt rue des Marmousets paroisse Saint-Pierre aux Boeufs. Ils se sont installés dans le Gévaudan vers 1590 d'où
a. Catherine LUSSAULT x Claude MAUCLERC d'où
a1. Catherine MAUCLERC x 1614 Mende (48) Jacques de VIDAL
III. Claude GODEFROY / GODEFFROY ca1564 +av1572 grenetier au grenier à sel de Paris x Catherine PARFAICT (héritage par bénéfice d'inventaire, acte concernant sa succession pc 23.7.1601 CVII-79). Elle fait un acte pc Landry XXIX-5 2.1.1572 pour une histoire de monnaies (cf acte Richet divers 243/275) d'où
1. Henry qui suit IV.
2. Catherine GODEFROY x Nicolas MORIN +av1595 avocat en la cour de parlement à Paris
3. Marie GODEFFROY x 26.2.1595 pc Tulloue XXIV-80 [G2613] Pierre DELYE marchand bourgeois de Paris
4. Claude GODEFROY x Jean DAUBRAY commissaire examinateur pour le roi au chatelet de Paris d'où
a. N. x Nicolas SENCHENOT commissaire (ou conseiller) au chatelet
b. N. x François THOURET secrétaire de la chambre du roi
c. Marie DAUBRAY x pc 14.1.1621 XV-32 Charles BROUSSAUD greffier et garde du scel du bailliage du Palais à Paris dt rue de la Calandre paroisse Saint-Germain le Vieil
IV. Henry de GODEFROY +av1638 écuyer sgr de Buzenval (Rueil-Malmaison, 92) et du Plessis de Roye conseiller trésorier de France à Paris 1601, président des trésoriers de France à Paris x Magdelaine CHASTELAIN +1.11.1651 79 ans au Plessis de Roye (renonciation à sa sucession pc LXXXVII janvier 1652 REP8, partage LXXXVII-181 19.5.1654 [F0362], elle meme fille de Anne/Annet CHASTELAIN sgr de Sertines/Essertine en Baujollois (71) grenetier au grenier à sel de Paris et Magdeleine de DONON +25.12.1629 à 79 ans. Magdeleine de DONON fille de Merry de DONON + basse Ste Chapelle de Vivier en Brie éc sgr de Chatres en Brie et de Renouilleux, controleur général des batimens sous Henri III et Jeanne de la ROBIE +18.3.1584 Saint-Paul. Jeanne de la ROBIE fille de Jerome de la ROBIE gouverneur du château de Madrid sous les rois François Ier et Henry II et Bartholomée ALTOICITI, +23.7.1566 Saint-Paul native de Florence d'où
1. François de GODEFROY chevalier sgr du Plessis de Roye dt à Paris rue Paradis(?) paroisse Saint-Jean en Greve 1656
2. André GODEFROY chevalier sgr de Boissenval(?) dt rue Neuve(?) Sainte-Catherine paroisse Saint-Paul 1656
3. Magdeleine GODEFROY x Martin de RUEIL de RUZÉ d'où postérité
2. Louise GODEFROY x 10.6.1644 LIX rep3 (minutes vacantes) Jehan de SAINT-GERMAIN +av1656 sgr de Sully(?) secrétaire du roi puis conseiller du roy en sa cour des aydes 1618-1636, honoraire après dt rue Diane, couture Sainte-Catherine paroisse Saint-Paul 1626, 1631, 1632, rue des Trois pavillons paroisse Saint-Paul 1636, rue du Paradis paroisse Saint-Jean en Greve 1638 fils de Jean maitre des comptes et Marie PARENT

divers actes:
- hb f Marie Godefroy, veuve de hb h Jq Lussault, md fournissant l'argenterie du roi et de pst femme de n h me Gilles Malingré, contrôleur d'office de la maison de f monsieur frère du roi, rue des Marmousets p St-Pierre aux Boeufs, tranportent à n h me Jacques Malingré, av plt 66 écus 2/3 de rente à lad Godefroy due par Catherine Parfait, veuve de Claude Godefroy, grenetier grenier à sel de Paris qn d'une sentence arbitrale rendue par mes Bacquet, de Sainct Yon et Godefroy, Talon et Crucé
pour demeurer quittes de la somme de 1569 écus qu'ils devaient aud Jq Malingré VI-127 31.7.1574 [F8182]

Voir:
- constitution et indeminté de la veuve de Martin RUZÉ, Magdelaine CHASTELAIN veuve GODEFROY, Jean de SAINT-GERMAIN pc Claude Leroy LXXXVII 8.3.1638 (ainsi que 18.3 et 24.3) [E8495]
LXXXVIIrép8 juillet 1660, convention entre mr Godefroy de Ruzé et madlle de St-Germain

Selon l'iad de Mathurin AUBERT 27.11.1657 CV-729 (cf généalogie Aubert pour l'acte), plusieurs pièces dans les papiers concernant des obligations par Jean de DONON seigneur de Mongeron et Dame Elizabeth de LONG sa femme, François de GODEFROY seigneur du Plessis, Henry de RUSé chevalier sgr de Champeau et autres lieux

Non relié:
1590 - François GODEFROY x Françoise DAVID (iad 11.12.1590 pc Chapelain XXI REP1)
1665 – avis de parents sur enfants de Jean-Paul GODEFROY escuyer et Magdeleine LE BARDET 4.12.1665 [A4492]

Notes de Maurice Philippe transmise par email :

I - Denis Godefroy, mort avant (vers) 1517.
[Hypothèse. Il possédait sans doute la maison sise au cloître Sainte-Opportune puisque trois de ses héritiers en sont propriétaires par la suite].
[Denis semble avoir trois enfants majeurs en 1517 : les femmes de Claude augrain et Claude Dauvergne, et Henri Godefroy. Ces enfants seraient donc nés vers 1490. Denis pourraient donc être né vers 1460-1470].
Le mercredi 9 décembre 1517, contrat de mariage négocié par Jean alan, huissier du roi en sa cour du parlement, au nom et comme tuteur et curateur, avec feu Denis Godefroy, de Catherine et Marguerite Cuvier, enfants mineurs de feux Jean Cuvier le jeune et anne Matisson, jadis sa femme, Henry Godefroy, en son nom, Claude augrain et Claude Dauvergne, aussi en leurs noms à cause de leurs femmes, et encore ledit augrain et maître Nicole Cuvyer, au nom et comme tuteurs et curateurs des enfants mineurs dudit feu Denis Godefroy et d'Isabeau cuvier, sa femme, et lesdits Henry Godefroy en son nom, augrain et Dauvergne à cause de leurs femmes, et lesdits mineurs dudit feu Denis Godefroy, tous héritiers desdits feux Denis Godefroy et sa femme, d'une part, et par Jacques du Saussayi, marchand de Paris, en son nom, d'autre part, lesquelles parties traitent du mariage entre ledit Saussay et ladite Catherine Cuvier, et s'accordent sur les dons, douaires, promesses et obligations (MC/ET/VIII/15. C'est à tort que cet acte est analysé, dans la SIV comme une déclaration de tutelle).
(Hypothèse Godefroy : Henri Godefroy, et les deux épouses de Claude augrain et Claude Dauvergne sont les enfants de Denis Godefroy et Isabeau Cuvier puisqu'ils sont leurs cohéritiers avec les enfants mineurs du défunt couple. Or, les enfants héritent à parts égales avant tout appel aux collatéraux).
Hypothèse Cuvier possible : les enfants de feux Jean Cuvier le jeune et anne Matisson seraient les neveux de Denis Godefroy et Isabeau Cuvier. Nicole Cuvier était certainement leur oncle. En conséquence, Isabeau Cuvier, Jean Cuvier le jeune et Nicole Cuvier sont sans doute frères et sœur).
Il épouse Isabeau Cuvier, dont il a avec certitude Denise et Pierre, et sans doute les autres.
- Pierre, clerc suivant les finances en 1525
Par lettres signées Gendre et Le Roy, du 8 août 1525, Pierre Godefroy, "clerc suyvant les finances", fils et héritier de feu Denis Godefroy et Isabeau Cuvier, vend à Henri Godefroy, la tierce partie par indivis d'une maison et ses appartenances, sises à Paris, devant l'église Sainte Opportune, au Grand Cloître, contre 1200 livres tournois (i. a. d. Marie Le Brest, 1564, lettre K).
[Hypothèse. Dans la "Collection des ordonnances des rois de France : Catalogue des actes de François Ier", "Pierre Godefroy, commis au payement de la compagnie d'Oudart du Biez", apparaît à plusieurs reprises, les 9 mai, 20 août 1535, 9 avril 1537, 28 février 1538, et 2 et 4 mars 1538. Il est possible qu'il s'agisse du même personnage qui continue sa carrière dans les finances royales.
Il n'est pas impossible que ce Pierre Godefroy corresponde au sieur de Lugy. En effet, selon l'inventaire après décès de Marie Lebrest (article 35), de 1564, Pierre Godefroy, sieur de Lugy, reconnaît avoir reçu 623 livres, 4 sous, et 5 deniers, d'Henri Godefroy, le 1er octobre 1558.
Pierre Godefroy, clerc des finances en 1525, puis commis des finances une dizaine d'années plus tard, aurait acquis, par mariage ou par achat, une seigneurie. Une telle ascension est possible pour ce type de serviteur royal comme le montre Philippe Hamon (Philippe Hamon, université de Rennes II, "Le personnel financier subalterne sous François Ier : cœur ou marge de l'administration monarchique ? Les apports de la prosopographie", dans "L'état moderne et les élites, XIIIe-XVIIIe siècles. Apports et limites de la méthode prosopographique", publication de la Sorbonne, 1996, Paris, p. 181-188)].
? - Ragonde, mariée à Robert augrain, avant1528
Robert est mentionné en 1528, comme vendant une partie de la maison de Sainte-Opportune qui appartenait aux Godefroy.
[Hypothèse. Ces personnages sont connus par l'inventaire de biens après décès de Marie Lebrest. Ils y sont bien identifiés ainsi. Il pourrait s'agir d'une erreur de transcription des notaires ayant confectionné l'inventaire. En fait, qu'il convient sans doute de les identifier comme étant Catherine Godefroy, femme de Claude augrain, qui suivent. Claude augrain est tuteur de Denise Godefroy en 1517 ce qui ne surprendrait pas de la part d'un beau-frère. Toutefois, il pourrait y avoir deux filles Godefroy mariées à deux augrain].
? - Catherine Godefroy, née vers 1495, morte vers 1583.
[Hypothèse. Puisque la femme de Claude augrain est cohéritière de Denis Godefroy et Isabeau Cuvier, elle est très certainement leur fille]
Les notes de Robert Descimon (celles qui sont consultables par toute le monde, boite 5) mentionnent, le 23 10 1583 (LXXXVI/119, f° 662), Catherine Godefroy, veuve de Claude augrain, marchand, bourgeois de Paris, vivant Rue St Denis, paroisse St Germain l'auxerrois, 88 ans, qui confie ses affaires à ses gendres (boite 5, vue 7/457). Suivi de sa succession le 18 11 1583 (id, f° 9).
[La SIV, mentionne l'Inventaire après décès de ladite Catherine, le 12 février 1586 (SIV, MC/ET/LXXXVI/160)].
? - Y ?
[Hypothèse. Puisque la femme de Claude Dauvergne est cohéritière de Denis Godefroy et Isabeau Cuvier, elle est très certainement leur fille].
Mariée à Claude Dauvergneii.
? - Claude Godefroy, bourgeois de Paris en 1539
[Hypothèse. Sans doute un fils de Denis puisqu'il est copropriétaire de la maison sise devant Sainte-Opportune en 1539].
Par lettres signées Sens et Soret, du 25 novembre 1539, Claude Godefroy, bourgeois de Paris, cède à Henri Godefroy un tiers des maison et appartenances devant Sainte-Opportune, contre 1300 livres tournois (MC/ET/LXXXVII/64).
? - antoine Godefroy, marchand et bourgeois de Paris en 1538
[Hypothèse. Antoine Godefroy est dit frère d'Henri Godefroy, marchand Pelletier, bourgeois de Paris, qui peut être identifié comme le mari de Marie Lebrest. Antoine est dit frère de l'avocat Denis. Par conséquent, antoine et Denis sont très certainement les fils de Denis, époux d'Isabeau Cuvier].
En 1538, transaction entre messire Henri Godefroy, et antoine Godefroy, son frère, marchand, bourgeois de Paris, et sa femme Rolande Dubois (MC/ET/XXIV/262).
Le 21 janvier 1537, vente par Henry Godefroy, marchand pelletier, bourgeois de Paris, à antoine Godefroy, son frère, d'une maison sise rue de Vieille Harenguière. Marie et Claude Godefroy sont dits enfants de La Porte (MC/ET/XXIV/262).
? - noble Denis Godefroy, avocat au Chatelet, mort vers 1590
Il meurt dans sa maison, à l'enseigne de la Corne de Cerf, qui se trouve rue de Bétizy (Saint-Germain-l'auxerrois).
[Hypothèse. Antoine Godefroy est dit frère d'Henri Godefroy, marchand Pelletier, bourgeois de Paris, qui peut être identifié comme le mari de Marie Lebrest. Antoine est dit frère de l'avocat Denis. Par conséquent, antoine et Denis sont très certainement les fils de Denis, époux d'Isabeau Cuvier. On retrouve d'ailleurs tous les prénoms du fonds onomastique des Godefroy : Denis, Claude, Isabeau et Marie.
Sur geneanet, Pierre de Laubier "pdelaubier", mentionne "Denis Godefroy"", fils de Guillaume et de Catherine Le Saulnier, marié à Nicole Turquant, dont il aurait eu Denis Godefroy, né en 1545, procureur général à la cour des monnaies. Ledit Guillaume étant également le père de Léon, conseiller au Chatelet et père du célèbre juriste protestant Denis Godefroy, toutefois, il ne livre aucune source, ce qui ne le rend guère crédible].
Le 10 septembre 1590, inventaire après décès de Denis Godefroy, avocat au Chatelet, ayant des biens sis rue de Bétizy, maison à l'enseigne de la corne de Cerf (St Germain l'auxerrois), (MC/ET/XXIV/262). Fait à la requête de noble homme messire Denis Godeffroy, avocat en la cour du parlement et procureur du roi en sa cour des monnaies, demeurant à Paris, Rue Quincampoix, paroisse Saint Médéric, comme exécuteur du testament de feu noble homme messire Denis Godeffroy, son père, défunt avocat (rature sur en la cour du parlement), demeurant à Paris, et en la présence de Marie Godeffroy, femme de messire Olivier Le Febvre, contrôleur ordinaire de guerres, demeurant à Paris, habile à parler comme héritière dudit feu messire Denis Godefroy, son père, en la présence aussi de noble messire Germain Gousse, conseiller du roi, substitut du procureur du roi audit Chatelet, en l'absence de messire Claude Godefroy, procureur esdites cours, habile comme héritier de sondit père, devant Saint Fussien et antoine de Quatrevaulx, notaires, qui font donc l'inventaire des biens de défunt messire Denis Godefroy, trouvés en une chambre à Paris, grenier au dessus du corps d'hôtel, et chambres, aussi en la rue de Bétisy, où ledit messire Denis Godefroy est allé de vie à trépas. Le 11 septembre, inventaire des titres.
Il est le père (sans doute avec Nicole Turquin) de :
- noble homme messire Denis Godefroy, avocat en la cour du parlement et procureur du roi en sa cour des monnaies, demeurant à Paris, Rue Quincampoix, paroisse Saint Médéric,
En 1590, il est exécuteur du testament de feu noble homme messire Denis Godefroy, son père, défunt avocat (rature sur en la cour du parlement), demeurant à Paris.
Il épouse Nicole Turquin dont il a :
- Isabeau Godefroy
Le 18 août 1566, cm entre Jean (Cassan), en son vivant bourgeois de Paris, et Isabeau Godeffroy, défunte fille de feu messire Denis Godefroy et de feu Nicole Turquin, sa première femme (MC/ET/XXIV/262).
Il se remarie avec Bonne (de la Porte), dont il a Marie et Claude :
- Marie Godefroy,
Le 24 septembre 1586, contrat de mariage entre Olivier Le Febvre et Marie Godefroy, ledit défunt étant tenu quitte de sa tutelle depuis le trépas de Bonne De la Porte, mère de Marie. Olivier Le Febvre est contrôleur ordinaire des guerres et demeure à Paris avec sa femme en 1590 (MC/ET/XXIV/262).
- messire Claude Godefroy, procureur du roi au Chatelet
En 1584, quittance par son fils, messire Claude Godefroy de l'administration qu'il fit de ses biens (MC/ET/XXIV/262).
En 1590, absent lors de l'inventaire des biens de son père, il se fait représenter par noble messire Germain Gousse, conseiller du roi, substitut du procureur du roi audit Chatelet.
- Denise Godeffroy
Le samedi 7 novembre 1518, se présentent Nicole Cuvier, licencié en décret, et Claude augrain (une rature substitue le nom de Claude augrain à celui d'Henri Godefroy), marchand pelletier, bourgeois de Paris, au nom et comme tuteurs et curateurs de ladite Denise Godeffroy, fille mineure de feu honorable personne Denis Godefroy, défunt marchand et bourgeois de Paris, et d'Isabeau Cuvier, jadis sa femme, qui font tractation de mariage avec François Mesnard, marchand drapier et bourgeois de Paris, en son nom personnel, les premiers assistés de Jacques Cuvier, Henri Godeffroy et Claude Dauvergne, parents, amis et affins, pour raison du mariage à célébrer à la face de la Sainte Eglise. Lesquels tuteurs constituent ce qui peut être dû aux comptes de tutelle, tous les droits successoraux de Denise, ses droits de son propre en une ferme sise au village de Fayet, paroisse de Valleul en France. Elle reçoit un douaire de 1200 livres en une fois. Et pour cela, ledit futur gage son fief sis à Esconeul en Beauvaisis dont le revenu monte à cinquante livres, et une maison à l'enseigne du Coq, sise à Marcelle, près dudit fief (MC/ET/VIII/16).
? - Henri Godefroy, qui suit

II - Henri Godefroy, marchand pelletier, bourgeois de Paris en 1525
Sans doute né vers 1490-1495, il meurt vers 1562.
Un partage signé Martineau, du 17 septembre 1526, entre Henri Godefroy et sa femme, et les autres cohéritiers de feu Jacques Lebrest et Isabeau Croquet, par lequel lesdits Godefroy et sa femme ont eu deux tiers d'une maison sise à Paris, rue Saint Honoré, où pend pour enseigne le Pan. Un partage signé Martineau, en 1528, fait entre lesdits Godefroy et sa femme, et les autres cohéritiers de feu Isabeau Croquet, par lequel partage est advenu au défunt Godefroy et sa femme le troisième lot, montant à sept livres, un sous, trois deniers (MC/ET/LXXXVII/64).
Le 21 janvier 1537, Henry Godefroy, marchand pelletier, bourgeois de Paris, vend à antoine Godefroy, son frère, une maison sise rue de Vieille Harenguière (MC/ET/XXIV/262).
Par une lettre signée Clerc (ou Elle), du 3 juillet 1531, l'abbesse de Joudre ? (peut-être Jouarre) et le couvent ont transporté au profit de Denis Godefroy et Marie Lebrest, et de Jean le Riche le jeune, tous les biens et successions qui appartenaient à Marie Lebrest (MC/ET/LXXXVII/64). (Jean Le Riche le jeune est marié à Denise Lebret, dès 1542, (SIV, MC/ET/IV/17).
Le mercredi 21 juin 1530, lettres du Chatelet, signées Leroy et Dupré, contenant traité de mariage entre Philibert Bourlon, et Jeanne Le Brest, par lequel Henri paye 833 livres, six sous, huit deniers; avec une quittance signé Dupré et le Roy, du 18 juillet 1530, par laquelle ledit Philibert Bourlon a reçu de Jean le Riche le jeune et dudit Godefroy 2100 livres tournois, dudit Jean Le Riche le jeune 740 livres tournois, dudit Henri Godefroy 1260 livres tournois, pour ce qui est contenu au traité de mariage, et une ratification signée Legendre et Contesse, du vendredi 19 avril 1532 après Paques par laquelle ladite Jeanne Lebrest ratifie ledit traité de mariage, auquel est attaché un brevet signé Legendre et Contesse, du vendredi 19 avril 1532, qui est un compte fait entre lesdits Godefroy, Philibert Bourlon et Jeanne Lebrest (cette mention de 1532 peut laisser penser qu'Henri était le tuteur de Jeanne Lebrest. MC/ET/LXXXVII/64).
Henri Godefroy reçoit des obligations de René le Camus, pelletier et valet de chambre de la reine, pour 538 livres, devant Pontrain et Chartrain, en 1555, et pour 1338 livres, sept sous, devant les mêmes le 29 avril 1557, de Jean de Bourbon, comte d'Enghien et de Soissons, pour 1419 livres, 13 sous, le 9 juin 1557, de Destre, pour 10 écus, le 26 janvier 1552, de Richard de Gratemesnil, seigneur de Meslay, pour 11 livres, 5 sous, le 10 décembre 1557, de Mathieu Liezot, avocat à Reims, devant Pontrain et Le..., pour 187 livres, quinze sous, le 29 juillet 1552, de Denis d'angennes, seigneur de Louppe, pour (126) livres le 7 octobre 1538, de 22 livres, le 3 janvier 1539, de (Gringcardin de Lendief...), chevalier, seigneur de Messy et de Pontanel, pour 60 livres, 10 sous, le 16 janvier 1544, de Galhard, devant Husclin et Thelzot, pour 10 écus, le 26 février 1550, de Callot, pour 25 livres, quinze sous, le 6 novembre 1550, de François de la Rochefoucauld, seigneur de Ravel, pour (2) livres, le 22 novembre 1558, de Dupuy, pour 50 livres, le 31 octobre 1557, de G. Taise, écuyer, seigneur de Barize, pour 44 livres, de Hamel, pour 49 livres, le 12 mai 1552, de Pierre Dubois, pour 37 livres, 15 sous, le 14 janvier 1554, de Pierre David, ancien trésorier de la maison de Monsieur, pour 97 livres, de Pierre Morevu, pour 45 livres, 10 sous, le 16 mars 1554, de Gui de le Brosse, pour 3 écus, le 30 septembre 1553, de Jeanne Jallongue, pour 8 livres, le 7 mai 1556, de Gabriel de Montmorency, seigneur de Montbron, pour 209 écus, le 7 mai 1560, de Jacques de la Haye, pour 52 livres, 15 sous, le 4 juillet 1554, de Pierre de Charry, pour 10 écus d'or, le 1er octobre 1547, de Chollet, pour 12 écus, le 1er janvier 1548, de noble Guy de Par, chevalier, devant Jo(yeulx) et Pontrain, pour 44 livres, 10 sous, le 17 juin 1550, de Riche, pour 18 livres, 11 sous, le 11 mars 1551, de René Le Camus, pelletier de la reine, pour 2450 livres, 3 sous, 9 deniers, devant Cousin et Pontrain, le 9 mars 1551 (MC/ET/LXXXVII/64, Iad Marie Le Brest, 1564).
Henri Godefroy opère plusieurs acquisitions immobilières à Paris, au Mesnil et à Bourg-la-Reine.
Tout d'abord, de 1525 à 1539, il achète les lots de la maison et de ses appartenances, sises devant l'église Sainte-Opportune, au Grand cloître. Cette maison étant en indivis entre trois Godefroy, elle venait probablement de la succession de Denis Godefroy et Isabeau Cuvier.
Il acquiert, par lettres signées de Gendre et Le Roy, le 8 août 1525, de Pierre Godefroy, clerc suivant les finances, fils et héritier de feu Denis Godefroy et Isabeau Cuvier, un tiers indivis de cette maison, contre 1200 livres, puis par lettres signées Le Roy et Contesse, le 18 août 1528, puis de Robert augrain, marchand drapier et bourgeois de Paris, pour lui et sa femme, Ragonde Godefroy, un autre tiers indivis de ladite maison, contre 1333 livres, six sous, et huit deniers tournois, suivies de la ratification par ladite Ragonde Godefroy, et enfin par lettres signées Sens et Soret, du 25 novembre 1539, de Claude Godefroy, bourgeois de Paris, le dernier tiers faisant le tout desdites maison et appartenances, contre 1300 livres tournois (MC/ET/LXXXVII/64).
Ensuite, il acquiert la maison de l'Homme Sauvage, sise au faubourg Notre-Dame-des-Champs, Grand rue. Par adjudication, signée Lorme, du samedi 24 juillet 1529, il reçoit deux corps d'hôtel, sis au faubourg Notre Dame des Champs, Grande rue, en l'un desquels pend l'enseigne de l'Homme Sauvage (En 1564, le corps d'hôtel à l'Homme Sauvage, reviendra à Claude Godefroy qui le vendra en 1565 à Germain Pilon. L'autre corps reviendra en 1564 à Marie Godefroy et son époux Jacques Lussault qui le cèderont à Denis Godefroy qui le vendra également à Germain Pilon en 1565).
Il acquiert aussi la maison à l'enseigne de Notre-Dame, rue des Vieilles Estuves (paroisse Saint-Eustache).
Henri Godefroy acquiert, par acte du mercredi 21 (juin) 1553, signé Chartrain et Pontrain, la moitié de deux septièmes et l'autre moitié d'une maison, par indivis, sise rue des Vieilles Estuves, où pend l'enseigne de l'Image Notre-Dame, de messire Claude Charpentier, procureur au Chatelet, qui l'avait obtenue en adjudication par décret du Chatelet du 11 novembre 1552, signé Trouvé et au... Le Roy, pour 1200 livres. Avec saisine et prise de possession signée Combraille. Puis, le 8 juin 1555, par acte signé Chartrain et Pontrain, il obtient un septième de la moitié de ladite maison, où pend l'enseigne Notre-Dame, dudit Charpentier, qui en avait obtenu l'adjudication du Chatelet, le 23 septembre 1553, signée par Goyer.
Il acquiert également la maison où pend l'enseigne de la Souche, Grand rue, rue Saint-Honoré, à Paris, dont il obtient plusieurs parts par cession de messire Claude Charpentier, le 9 octobre 1555, signée par Chartrain et Pourtrain, contre 1210 livres, puis 1240 livres, lequel Charpentier avait obtenu ces parts par décret du Chatelet du mercredi 31 mai 1553, signé Goyer et a... Le Roy. Puis, par décret du mercredi 12 (juin) 1555, signé Goyer, Henri Godefroy en acquiert par adjudication encore un huitième et demi contre 70 livres tournois, étant attaché au décret une quittance, signée Bar... et Porton et délivrée par Nicole Le Riche, tuteur de Madeleine Le Riche, pour 75 livres tournois qu'Henri Godefroy a payées. Ensuite, sa veuve et ses enfants, par décret du 22 octobre 1562, signé Chartrain et Ponton, acquiert de Jacques Le Brest, marchand et bourgeois de Paris, un septième et un huitième de la totalité indivise de cette maison, cour et appartenances, en échange et allocation d'autres héritages, puis obtient quittance du 13 avril 1563, signée Legendre et Pontrain, de Claude et Benjamin Le Riche pour une somme de 460 livres qu'ils ont reçues dudit Jacques Le Brest. Enfin, par brevet du Chatelet du 28 décembre 1562, signé Pontrain et Legendre, ladite veuve Godefroy en acquiert encore deux septièmes et un huitième et demi, de Claude le Riche, marchand et bourgeois de Paris, et de son frère, Benjamin le Riche, maître ès arts, régent en l'université de Paris du collège de Lizieux (au prix de 500 livres avec une partie du pressoir Le Brest).
Henri acquiert encore une partie d'une petite maison et jardin, sis à Paris. Le mercredi 9 octobre 1555, par acte signé Chartrain et Pourtrain, Claude Charpentier lui cède une partie d'une petite maison et jardin, sis à Paris, rue de (Sopantz ?), lesquels biens ledit Charpentier avait obtenus par adjudication et décret du Chatelet, signé Goyer et a... Le Roy, le 31 mai 1553.
Le "Pressoir de Brest", rue des Deux écus. Par brevet signé Chartrain et Ponton, du jeudi 22 octobre 1562, Jacques Lebrest, marchand et bourgeois de Paris, cède par échange à la veuve d'Henri Godefroy, et à ses enfants, la septième partie et portion en la moitié de la totalité, le tout indivis, de la maison dite le "Pressoir de Brest". Ensuite, par un brevet du Chatelet, du 28 décembre 1562, signé Pontrain et Legendre, Marie Lebrest acquiert de Claude le Riche, marchand et bourgeois de Paris, et de Benjamin le Riche, son frère, maître ès arts, régent en l'université de Paris au collège de Lizieux, deux septièmes de la moitié de la totalité de la maison dite "le pressoire Le Brest" (contre 500 livres en incluant le prix des parts de la maison à l'enseigne de la Souche).
La maison du Mesnil. Par un brevet du Chatelet de Paris du mercredi 31 mars 1545, avant Paques, Henri Godefroy achète à honorable homme messire Jean Lebrest, marchand et bourgeois de Paris, et à sa femme Catherine Perdoyer (ou Pedorer), la moitié d'un cinquième en la moitié qui fait un vingtième de la totalité des maisons, cour, grange, bergerie, étables à chevaux, courin, jardin, et terres qui furent à feue Denise de Baranton, sis terroir de Mesnil acbry (?), et terroir de Fontenay et aux environs, contre 1400 livres (MC/ET/LXXXVII/64). (Le pressoir du Bret se trouve "vis-à-vis, dans la rue des Deux-Ecus, entre celle du Four et des Vieilles-Etuves", selon Jacques Maximilien Benjamin Bins de Saint-Victor, dans "Tableau historique et pittoresque de Paris depuis les Gaulois jusqu'à nos jours", Paris, chez Nicolle et Le Normant, impr. Mame Frères, 1809, tome 2, p. 196. L'auteur affirme que le nom "Bret" devrait être dit "albret" car la maison du connétable d'albret était située entre ces trois rues. Toutefois, il convient de noter que le nom de "Le Brest" est parfois écrit "Le Bret").
A Bourg-La-Reine, Henri Godefroy acquiert d'autres biens. Il obtient, par décret des requêtes du Palais, le 12 septembre 1536, des héritages, tant en maison, que terre et vigne, puis par Brevet signé (Vouys et de Fouraron), de juillet 1555, une vente de Thomas Flache, plumassier, bourgeois de Paris, pour trois quartiers de vigne sis sur le Grand Chemin, contre 230 livres tournois, ensuite, par brevet signé (Vou...) et Montrain, du mercredi 29 octobre 1538, une vente par Jean Riche le jeune, marchand et bourgeois de Paris, de tous les droits de propriété sur des terres, terroir de Lay, contre 100 livres, puis par brevet signé de Pontrain et Chartrain, du 28 mars 1555 avant Pâques (1556 donc), vente de terres de Mathieu Rousseau, demeurant à Fontenay-sous-Bagneux, et encore par brevet signé Dugué et Boissellet, du 3 novembre 1537, une vente de Julien Pelle, laboureur de Bourg-la-Reine, de terres contre 52 livres et 10 sous, et aussi, par brevet signé Roger et Saintioze, de terres, avec quittance signée Pontrain et Soret du mercredi 27 août 1539, par laquelle adrien Fe...., marchand de Bourg-la-Reine, a reçu d'Henri 63 livres, avec brevet signé desdits notaires, pour la vente par Pierre Lopin et Nicole Pele, sa femme, de leur faculté de revendre à eux donnée par ledit adrien, et quittance du 12 juin 1539, signée Pontrain.
Par un brevet signé Soret et Pontrain, du lundi 16 avril 1543, Jean le Riche l'ainé, marchand et bourgeois de Paris, vend des terres à Henri Godefroy.
Le duc d'Estouteville, comte de Soissons, donne mandement à Mathurin Durand, de payer 144 livres à Henri Godefroy, le 28 juillet 1557, et Loys et Jacques de Silly, demande à Geoffroy Maloche, receveur de Montmirat, de payer à Henri 141 livres, le 17 juillet 1552. Le 2 septembre 1559, Loys de Montigny, devant (Barade) et Legendre, transporte à Henri Godefroy une créance de 147 livres, 5 sous tournois, due par le seigneur de Nemours.
Plusieurs sentences du Chatelet de Paris condamnent des créanciers à payer leurs dettes à Henri Godefroy, l'une signée Goyer, du mercredi 20 février 1553, contre Gille de Binguecour, marchand de Reims, pour 107 livres, 14 sous, 12 deniers, une autre, du 17 mars 1544, contre noble Jean de Plessis, pour 20 livres tournois.
Henri Godefroy acquiert plusieurs rentes. Il acquiert, en 1555, devant le Chatelet, par acte signé de Chartrain et Pontrain, des rentes de Jean (Pala...), marchand et bourgeois de Paris, et Françoise Rom(iet), sa femme, et en 1535, de Galleran de Quemberonne, marchand pelletier, demeurant à Beaumont sur Oise, huit livres de rente, Par une sentence du Chatelet de Paris du 15 janvier 1557 (1558 ns), signé Neufbourg, François Roussignol, laboureur demeurant à Rueil en Parisis, a été condamné à payer à Henri Godefroy et sa femme, deux setiers de blé de rente. Par un brevet du Chatelet de lundi 28 septembre 1545, Jean le Riche l'ainé, marchand et bourgeois de Paris, et sa femme, Palmier, vendent à Henri Godefroy 24 sous parisis de rente sur deux prés sis terroir de Baigneulx, au lieu de Le Plane, contre 40 livres. Par un brevet signé Soret et Pontrain, du mercredi 21 novembre 1543, Jean Roux l'ainé, laboureur de Bourg-la-Reine, constitue à Henri Godefroy quatre sous parisis de rente. Par une lettre signée Marlas et Goguer, du samedi 27 janvier 1536, Hillaire Belergier, laboureur de Bourg-la-Reine, doit payer à Henri dix sous parisis de rente. Par des lettres signées Pontrain et Soret, du lundi 12 novembre 1543, Romain le Roux et Nicolas le Roux, promettent de payer à Henri Godefroy, seize sous parisis et un chapon de rente.
Henri Godefroy épouse Marie Lebrest, fille de Jacques Lebrest et Ysabeau Croquet.
L'inventaire après décès des biens de Marie Lebrest, veuve d'Henri Godefroy, est réalisé le 22 juillet 1564, à la demande de messire Claude Godefroy, grenetier du magasin et grenier à sel de Paris, Denis Godefroy, bourgeois de Paris, et sire Jacques "Lussault", bourgeois de Paris, au nom du testament et dernières volontés de ladite feu honnête femme Marie Lebrest, veuve de sire Henri Godefroy, défunt marchand et bourgeois de Paris, et sur requête desdits Claude et Denis Godefroy, et Lussault, et Marie Godefroy, lesdits Claude, Denis et Marie, frères et sœur, enfants desdits défunt Henri Godefroy et Marie Lebrest, et comme héritiers de leur mère, habilles à eux, selon acte reçu par Barrier, notaire du roi. Tous les biens possédés au moment de la mort, sont tant en l'hôtel sis à Paris, au cloître Sainte-Opportune, que en autre lieux. Le 7 août, l'inventaire des papiers (obligataires) est fait, puis le 8 août celui des titres des héritages de la succession tant dudit défunt Henri Godefroy que de la défunte (MC/ET/LXXXVII/64, Lambert Chartrain).
Selon Ernest Coyecque, "au domicile mortuaire de Germain Pilon", le partage des biens de Marie Le Brest entre ses enfants eut lieu le 4 décembre 1564 (acte à rechercher dans MC/ET/LXXXVII/20).
De cette union, il a:
- Denis Godefroy, marchand bourgeois de Paris en 1564
Il est subrogé tuteur des enfants de Claude Godefroy (conf. Jacques Le Marois).
Ernest Coyecque cite la vente, le 2 octobre 1565, par Denis Godefroy, marchand et bourgeois de Paris, à Germain Pilon, sculpteur pour le roi, demeurant aux faubourgs de Paris, hors la porte Saint-Jacques, d'une maison contenant deux corps de batiment, cour et jardin, sis auxdits faubourgs, joignant la maison de l'Homme Sauvage, propriété de Germain Pilon qui l'a acquise de Claude Godefroy, grenetier du grenier à sel de Paris, frère du vendeur, ladite maison présentement vendue acquise par le vendeur par échange avec Jacques Lussault, bourgeois de Paris, et Marie Godefroy, sa femme, à laquelle elle était échue dans le partage de succession d'Henri Godefroy et de sa femme, père et mère de Claude, Denis et Marie Godefroy. Prix, 600 livres, dont quittance; consentement de la femme du vendeur; remise de titres, dont un décret du 24 juillet 1529, adjugeant à Henri Godefroy la maison de l'Homme Sauvage et celle-ci (MC/ET/LXXXVII/22). Cette maison reviendra en 1583 à Claude Pilon, fille dudit Germain (Ernest Coyecque, "au domicile mortuaire de Germain Pilon _10 février au 13 mars 1590_", in Humanisme et renaissance, t. VII, Droz, Genève, 1940, p. 69, 73).
- Claude Godefroy, ca 1564, + av 1572
Grenetier au grenier à sel de Paris
Pour cette partie de la filiation, voir Jacques Le Marois qui mentionne en sources : "Epitaphier du vieux Paris" et les "notes de Robert Descimon".
(SIV, MC/ET/VIII/212, étude Maupeou : transaction pour l'élargissement d'un débiteur, le 11 août 1551. Henri Godefroy, bourgeois de Paris, marchand, intervient pour son fils, Claude Godefroy, bourgeois, marchand de Paris, incarcéré à la demande de Luc antoine Ridolphi, compagnon et gouverneur de la banque Penchiati, de Lyon. (SIV, MC/ET/VIII/212, déclaration concernant les mêmes parties le 13 août. Puis, Claude, détenu, ratifie la transaction de son père.
Par acte de transport signé Gendron et ..., du mercredi 17 mars 1562, Pierre Dye, marchand Pelletier, de Paris, transporte à Claude Godefroy, huit écus d'or sol (MC/ET/LXXXVII/64).
Le 19 février 1565, Claude Godefroy, grenetier du magasin et grenier à sel de Paris, vend à Germain Pilon, sculpteur (demeurant aux faubourgs de Paris, hors la porte Saint-Jacques, maison de l'Image Saint-Jacques le mineur, appartenant à sa femme Madeleine Badou), sa maison auxdits faubourgs, hors la dite porte, dans la Grand Rue, à l'enseigne de l'Homme Sauvage, domicile actuel d'un imagier, comprenant un corps de batiment à pignon sur rue, appliqué, à rez de Chaussée, à un ouvroir, une sallette et une allée, deux étages carrés, appliqués chacun à deux chambres à cheminée, grenier au-dessus, séparé en deux parties, "en l'un des cotez y a ung plancher, une viz dans euvre, servant à monter esd. Chambres et garnier", un berceau de cave sous la sallette et l'allée, avec "la descente droicte de ladite cave en ladite allée et ung potoyer soubz la viz dessusdite pour descendre en ladite cave, cour "en laquelle a ung ediffice appliqué à estable à chevaulx et ung grenier au-dessus, avec des privez à costé"; derrière la cour et l'étable un petit jardin, le tout clos de murs, tenant d'un côté et aboutissant par derrière à l'acquéreur à cause de sa femme, et l'autre à la maison appartenant à Jacques Lussault et Marie Godefroy, sa femme, à cause d'elle ; ladite maison échue au vendeur dans la succession de Henri Godefroy et Marie Le Brest, ses père et mère, par partage entre ses frère et sœur du 4 décembre 1564 (mêmes notaires et registre). Prix de 700 livres tournois dont quittance, et remise du décret du 24 juillet 1529. En marge : le 4 mars 1565, reçu par Germain Pilon au vendeur des titres de cette propriété : bail à rente par le chapelain de la chapelle Saint-Michel et Saint Louis en la basse chapelle du palais royal à Jean Musin, marchand pelletier aux faubourgs Notre-Dame des Champs d'une place de maison, avec jardin, trois toises sur rue sur treize de longueur, lieu-dit les Tombes, auxdits faubourgs Notre-Dame des Champs, moyennant 26 sous de rente, devant augirart et de Jouy, le 21 octobre 1512; puis brevet portant vente par ledit Musin à Henri Godefroy, marchand pelletier et bourgeois de Paris, d'une maison élevée sur le terrain de 1512, cour et jardin contre 400 livres tournois, devant Contesse et Legendre, le 17 mars 1525; et bail à rente par la Sainte-Chapelle audit Musin de ladite place, devant Contesse et Legendre, sans date; permission de justice et rapports de jurés (MC/ET/LXXXVII/20). Cette maison reviendra en 1583 à Claude Pilon, fille dudit Germain (Ernest Coyecque, "au domicile mortuaire de Germain Pilon _10 février au 13 mars 1590_", in Humanisme et renaissance, t. VII, Droz, Genève, 1940, p. 69, 72).
Il épouse Catherine Parfaict (héritage par bénéfice d'inventaire, acte concernant sa succession pc. 23.7.1601, CVII-79). Elle fait un acte pc. Landry XXIX-5-2.1.1572, pour une histoire de monnaies (cf. acte Richet, divers 243-275), d'où
- Catherine Godefroy
- Marie Godefroy
Mariée pc. Tulloue XXIV-80, Pierre Delye, marchand bourgeois de Paris
Robert Descimon: le 27 juin 1597 (XXIV/140), à la requête de Marie Godefroy, veuve de Pierre Delis, marchand drapier et maître chaussetier, bourgeois de Paris, tutrice de Claude Delis, 17 mois, son fils posthume, vu la procuration de Laurent Delis, avocat au parlement, tuteur dudit Claude Delis, et tuteur des enfants du premier lit de Pierre Delis et d'anne Brunet, font faire l'inventaire des biens après décès.
Des notes du notaire de Paris, Denis Richer. Le 26 février 1595, mariage entre honorable homme Pierre Delye, marchand, bourgeois de Paris, rue de la Barillerye, paroisse Saint Barthélémy, et honorable femme Marie Godefroy, fille de feu noble homme Claude Godefroy, vivant grenetier du grenier à sel de Paris, et de dame Catherine Parfaict, demeurant à Paris, rue de la Coulombe, paroisse Saint Séverin, en présence pour le futur de messire Laurent Delye, avocat en la cour du parlement de Paris, cousin germain, honorable homme Maurice Bremet, marchand, bourgeois de Paris, messire Gilles Poullet, chirurgien juré à Paris, et pour la future, noble homme messire Henry Godefroy, grenetier du grenier à sel de Paris, frère, noble dame Catherine Godefroy, veuve de feu noble homme messire Nicolas Morin, avocat au parlement de Paris, sœur, Claude Perrot, conseiller du roi en son conseil d'état et de la cour du Parlement à Paris, cousin, noble homme messire Jean Guynant, conseiller du roi (receveur des deniers de Sens, oncle maternel; Jean Becquet, oncle maternel).
- Claude Goedfroy
Elle épouse Jean Daubray, commissaire ou conseiller au Chatelet
- Henri de Godefroy, mort avant 1638
Ecuyer seigneur de Buzenval (Rueil-Malmaison) et du Plessis de Roye, président des trésoriers de France à Paris.
Il épouse Madeleine Chastelain, morte le 1.11.1651, 79 ans, au plessis de Roy (renonciation à sa succession, pc. LXXXVII janvier 1652 REP8, partage LXXXVII-181, 19.5.1654, elle-même fille d'anne (annet) Chastelain, seigneur de Sertines/Essertine en Baujollois (71), grenetier au grenier à sel de Paris, et de Madeleine de Donon, morte le 25 décembre 1629 à 79 ans.
Dont postérité (voir encore Jacques le Marois).
III - Marie (de) Godefroy, morte à Mende le 22 avril 1615 (qui suit).


III - Marie (de) Godefroy,
Sans doute née vers ou avant 1544, elle meurt à Mende (Lozère) le 22 avril 1615.
Elle semble avoir hérité la maison que ses parents possédaient rue des Vieilles Etuves, à Paris, et c'est là qu'elle vit, étant veuve, en 1581, puis avec son second mari, Gilles Malingre, en 1583, avant de s'installer, avec Gilles, rue des Marmoussets à partir de 1584.
Les 22 juillet, 7 et 8 août 1564, son mari, Jacques Lussault, bourgeois de Paris, et ses frères, Claude Godefroy, grenetier du magasin et grenier à sel de Paris, et Denis Godefroy, bourgeois de Paris, font procéder à l'inventaire après décès de sa mère, Marie Le Brest, veuve d'Henri Godefroy (MC/ET/LXXXVII/64, Lambert Chartrain).
Selon Ernest Coyecque, le 4 décembre 1564, Jacques Lussault, bourgeois de Paris, et son épouse Marie Godefroy, obtiennent lors du partage de la succession d'Henri Godefroy et Marie Lebrest, une maison contenant deux corps de batiment, cour et jardin, sis au faubourg de Paris, qu'ils échangent ensuite contre d'autre biens avec Denis Godefroy, marchand et bourgeois de Paris, qui revend ce lot le 2 octobre 1565 à Germain Pilon sculpteur du roi (MC/ET/LXXXVII/22). (Ernest Coyecque, "au domicile mortuaire de Germain Pilon _10 février au 13 mars 1590_", in Humanisme et renaissance, t. VII, Droz, Genève, 1940, p. 69, 73).
Le 15 février 1574, Marie Godefroy, veuve de Jacques Lussault, vend à Pierre Guyon une maison sise 2 rue Saint Honoré, faisant l'un des coins de la rue des Vieilles Etuves, à la charge de 430 livres de rente rachetable 5200 livres, et moyennant le prix de mille livres qui a été payé comptant en neuf vingts dix écus soleil, dix écus pistoles, testons et monnaie (SIV, MC/ET/XXXVI/25. Selon Fournier c'est la maison où serait né Molière). J'ai lu l'acte, sur la version microfilmée puisque l'original n'est plus consultable, il n'apporte rien de plus que l'analyse du SIV).
Le 16 avril 1578, mention d'un transport de rente concernant Marie Godefroy, veuve de Jacques Lussaut (SIV, Denis Chantemerle, MC/ET/LIX/2). Le 21 juillet 1581, transaction à propos de ladite rentre entre messire Pierre de la Tour, conseiller du roi, secrétaire ordinaire de sa chambre, contrôleur général de ses finances en la généralité de Paris, demeurant rue des Tournelles, paroisse Saint Eustacheiii, et Marie Godefroy, veuve de Jacques Lussault, en son vivant marchand et bourgeois de Paris, demeurant rue des vieilles Estuves, icelle Godefroy sœur et héritière par bénéfice d'inventaire de feu Denis Godefroy, défunt marchand et bourgeois de Paris (MC/ET/LIX/4).
Le 8 février 1583, devant Cothereau et Bontemps, Marie Godefroy constitue en faveur de Jacques Malingre, une rente de 133 livres au nom de messire Pierre Roset (Royer ?), avocat, avec déclaration dudit Roset au profit dudit Jacques Malingre (i. a. d. Jacques Malingre, MC/ET/XXIII/135, article 50).
Le mercredi 27 avril 1583, cession et transport par Gonnet (prénom et titres mutilés), avec garantie de faire valoir les droits, à dame Marie Godeffroy, autorisée par justice au refus de son mari, héritière par bénéfice d'inventaire de feu Denis Godefroy, son frère, à ce présente, de la somme de 1666 écus deux tiers à lui due par Malhibbe et Raoul, à présent receveurs généraux de (...), pour deux années et demie de ses gages à cause de l'état de receveur général, payable à savoir par ledit Malhibbre 333 écus un tiers pour la demie année échue, le dernier décembre 1576, et par l'autre 1333 écus pour les deux années échues le 31 décembre 1578, et pour cela ledit Gonnet promet de délivrer à ladite Godefroy ou à tout autre pour elle, tous les papiers nécessaires et lui donne pouvoir de se faire payer (acte mutilé en haut de feuillet, MC/ET/VI/125).
Le jeudi 28 avril 1583, alors que "noble homme messire Gille Malingre, bourgeois de Paris", demeurant rue des Vieilles Estuves, paroisse Saint Eustache, s'engage envers anne Gabiou, veuve de feu François Louart (ou Couart), défunt marchand demeurant à Mer, bailliage de Blois, pour une somme de 400 écus qu'il lui doit, dame Marie Godefroy, sa femme autorisée en cette partie dudit Malingre, s'oblige solidairement pour ladite somme de 400 écus, avec ledit Malingre (MC/ET/VI/125).
Le 22 octobre 1583, devant Cothereau et Bontemps, messire Gilles Malingre et Marie Godefroy, font promesse d'indemnité et reconnaissance que les 600 livres baillées à constitution d'une rente par messire Jacques Viallet, procureur en la cour, ont été employées en les affaires et pour acquitter messire Jacques Malingre (i. a. d. Jacques Malingre, MC/ET/XXIII/135, article 42).
Le 6 juin 1584, par brevet passé devant Reperaud et Brigerand, notaires, Marcellin Peyure (?) et Marguerite Lussault, sa femme, remettent à messire Gilles Malingre et sa femme la maison de l'Ecu de France, à Bourg la Reine, et un arpent de terre, moyennant 500 écus payés par ledit messire Jacques Malingre, comme il apparaît tant par le contrat que par la quittance desdits Peyure et sa femme, devant Cothereau et Bontemps (i. a. d. Jacques Malingre, MC/ET/XXIII/135, article 44).
Le 6 juin 1584, devant Bontemps et Cothereau, déclaration et reconnaissance de messire Gilles Malingre et sa femme, pour 500 écus qui ont été baillés par ledit messire Jacques, pour lesdits maison et pré (i. a. d. Jacques Malingre, MC/ET/XXIII/135, article 45).
Le 31 juillet 1584, "pardevant les notaires du roy, notre sire, en son chatelet de Paris, soubzsignez, fut présente en sa personne honnorable femme Marie Godefroy, naguères veuve de feu honnorable homme Jacques Lussault, vivant marchand fournissant l'argenterye du Roy, et de présent femme de noble homme messire Gilles Malingre, controlleur d'offices de la maison de feu monsieur frère de sa majesté, demeurant en ceste ville de Paris, rue des Marmoussets, paroisse de Saint-Pierre aux Bœufs, ladite Godefroy authorisée par justice au refus de son mary par arrest de la cour de parlement du jour de (vide) MVc quatre vingt et (vide) promectant neantmoings lui fere ratifier en tant que luy est et avoir pour agréable le contenu en ces presentes si et quand besoing et requist en sera, laquelle de son bon gré, pure et franche volunté recongneust et confessa avoir cédé, quicté et transporté et promect tant en son nom que comme soy disant avoir charge de sondit mary, et soy faisant fort de luy et en chacun desdits noms seul et pour le tout sans division ny discussion, rençonceant esdits noms aux bénéfices de division et de discussion de velleyan et de l'authentique si qua mulier qui luy ont esté donnez à entendre par luy desdits notaires, l'autre présents estre telz que femme ne se peult valablement obliger pour aultruy mesmes pour son mary sans avoir préalablement renoncé ausdits bénéfices et que si elle s'estoit obligée sans lesdites renonciations elle en pourroit estre relevé et généralement à tous droictz introduictz en faveur des femmes, garantir, fournir et fere valloir, à noble homme messire Jacques Malingre, avocat au parlement à ce présent et acceptant pour luy, ses hoirs et ayans cause, tant soixante et six escus deux tiers de rente à ladite Godefroy deue par Catherine Perfaict, veuve de feu Claude Godefroy, vivant grenetier de Paris, sur les héritaiges et ainsi qu'il est plus à plein certain en lettres de constitution passées par devant (vide) le (vide) jour de (vide) MVc (vide) avec trois années d'arréraiges de ladite rente escheues le XVe juillet dernier passé que la somme de dix sept cens sept livres aussy deue par ladite Perfaict à ladite Godefroy et adjugée par sentence arbitrale rendue entre eles sur leurs comptes et debatz d'iceulx par messire Bacquet de Sainctyon Godefroy Talon et cruce le XXIXe janvier MVc IIIIxxII, ensemble tous les droitz, noms, raisons et actions que ladicte Godefroy a et peult avoir à cause de ce, et en a subrogé et subroge ledit Malingre en son lieu et place pour jouyr de ladite rente, arreraiges d'icelle, et somme de deniers susdits et en disposer comme de chose à luy apartenant ainsi que bon luy semblera. Cestz cession et transportz faictz par ladite Marie Godefroy pour demeurer elle et sondit mary quictez envers ledit messire Jacques Malingre de la somme de quinze cens soixante et neuf escus solz faisant partie de plus grande somme en laquelle sondit mary et elle sont tenus et obligez envers ledit messire Jacques Malingre par contractz, promesses et obligations et autrement ainsi que ladite Godefroy cédante a recongneu et confessé et dont elle s'est tenue et tient pour contente, transportant et désaisissant et voulant et procureur le porteur et donnant pouvoir et à la charge toutesfoys que lesdits promesses, contractz et obligations demeureront deschargés d'autant lors et au fur que ledit Malingre récepura les deniers des susdites parties transportées le tout sans inover ny préjudicier aux ypothecques portées par lesdits contracts et obligations, car ainsi et promectant et obligeant et chacun de droict soy faict et passé en l'estude des notaires soubzsignés, le dernier jour de juillet MVc quatre vingtz et quatre, avant midi". Signé "MGodefroy. Malingre, Bontemps, PCotherrau".
(en marge, "accordant toutefoys que ledit Malingre puisse continuer les poursuittes soubz le nom d'elle cédante ou autrement ainsi qu'il advisera bon estre promectant luy passer à ceste fin toutes procurations necessaires". Signature "M. Godefroy"). (MC/ET/VI/127, transcription d'après numérisation de Jacques Le Marois).
Le 27 juillet 1587, Marie Godefroy consent que messire Jacques Malingre entre aux droits de Marguerite Lussault en la succession de son père, selon un reçu par la Chassaigne, tabellion de Lyon (i. a. d. Jacques Malingre, MC/ET/XXIII/135, article 46).
Le 15 mai 1587, Marie Godefroy transporte en faveur de messire Jacques Malingre, 506 (ou 66 livres ?) tournois de rente et arrérages de 1700 et 7 livres à elle dues par la veuve de Claude Godefroy, devant Bontemps et Cothereau, et s'ensuit une déclaration de ladite Marie Godefroy et de son époux, Gilles Malingre, devant Lusson et Cothereau (i. a. d. Jacques Malingre, MC/ET/XXIII/135, article 51).
Le 4 novembre 1587, messire Gilles Malingre et sa femme transportent audit messire Jacques, ce qui lui sera du pour le comte et terre vagues de Bretagne, devant Dupré et Vassur, notaires à Pontoise (i. a. d. Jacques Malingre, MC/ET/XXIII/135, article 52).
Avant 1564, elle épouse Jacques Lussault, mort avant 1574, bourgeois de Paris, marchand fournissant l'argenterie du roi.
De cette union, elle a :
IV - Catherine Lussault, de Paris, morte avant 1614
Elle épouse Claude Mauclerc, de Paris, mort avant 1614
De cette union, elle a :
V - Catherine de Mauclerc, morte après 1667.
Le 17 mai 1614, Vidal de Jacques, praticien de Mende, natif de Loubeyrac (Grandrieu, Lozère) contracte mariage à la face de la Sainte Eglise, et juste après, il passe, à Mende, avec Catherine « de Maucler », fille de feux Claude Maucler et de Catherine Lussault, native de Paris, vivant à Mende, étant assistés, lui, par messire Balthasar Jolineau, apothicaire, et Vital Monteil, marchand de Mende, et elle, de la licence de messire Gilles Malingre, receveur des décimes du diocèse, e de demoiselle Marie "de Godefroy", de Mende, son aïeule maternelle. La mariée se constitue en dot tous ses droits dans les biens de ses père et mère. Le marié devra apporter tous ses biens et droits sur les biens de ses parents. Puis ledit sieur Malinge et ladite Godefroy, mariés, donnent entre vifs et pour noces, au profit des enfants à naître, tous leurs biens et droits. Les mariés seront tenus de les servir comme de vrais enfants sont tenus de le faire. Fait à Mende, en la maison dudit « Malingre », en présence d’Antoine Renard, bachelier en théologie, curé de Saint-Gervais, Claude Durand, docteur en médecine, lesdits Joliveau et Monteil, et moi notaire (signatures de Malingre, de Jacques, Monteil, Duron, Raynal, Robineau, Simontet, Torrent), (aD48, 3E. 3001, f° 54). Le 28 août 1614, une clause additive au contrat de mariage entre les mariés et les Godefroy et Malingre précise qu’en cas de prédécès de son mari, ladite Godefroy pourra jouir à vie de ses biens et être nourrie par les donataires (id, f° 155).
Le couple vend la maison sise à Mende qui avait appartenu à Gilles Malingre et s'installe à Chanac. De nombreux actes notariés sont conservés pour l'époque où il vivait à Chanac.
Le 22 septembre 1658, au lieu des Roches lez Chanac, dans la maison de son mari, messire Vidal de Jacques, bourgeois, demoiselle Catherine « Mauclerc », gisante malade, teste et se recommande des saints et de la vierge Marie, puis elle élit sépulture au cimetière de l’église paroissiale de Chanac, et s’en remet à la volonté de son mari pour ses funérailles. Elle lègue à Raymond, Louise, Catherine et Jacques, ses enfants légitimes chacun cent livres payables le jour de leur mariage. Elle lègue à ses filles, « Margot de Jacques », femme de maître Pierre Chalfour, de Mende, et à Marie "de Jacques", femme de messire Jean Causse, du Villard, outre leurs dots, chacune vingt sous. Elle lègue à chacun des enfants de sa fill, feu Antoinette de Jacques, femme de maitre Germain Carnat, de Chanac, et de son autre fille, feu Jeanne de Jacques, femme de Pierre Dieulofez, notaire royal de Chirac, vingt sous chacun. Elle institue héritier universel le dit maître Vidal de Jacques, son mari (aD 48, 3E. 4032, f° 450).
Entre avril 1581 (date où elle est simplement veuve) et 1583 (date où son second mari est mentionné), Marie de Godefroy se remarie avec Gilles Malingre, contrôleur d'office de la maison de feu monsieur frère du roi (François d'alençon), demeurant rue des Marmousets, paroisse St-Pierre aux Bœufs. De cette union, elle n'a pas d'enfant.
Le 22 septembre 1593, rémission par messire Gilles Mallingre, receveur de l’évêque de Mende, pour les droits seigneuriaux et mandement de Chanac, pour cinq années, 1587-1591, ayant obtenu sentence de condamnation par provision contre les hoirs de feu Pierre Malet, du Bruel d’Esclanadès, pour les arrérages de sa métairie, de la quantité de 13 mitadencs, trois boisseaux de froment, avoine, deux setiers cinq mitatencs et un demi boisseau, une gelline et demie, quatre sous tournois, pour chaque année, en faveur de messire Antoine Dangles, marchand de Mende, qu’il charge de tout lever (aD48, 3E. 2504, f° 342).
3E; 2726, F° 6, le 31 janvier 1612, lods par le bailli du chapitre de Mende à "Monsieur Messire Gilles Malingre, receveur des décimes du clergé du diocèse de Mende", pour une maison sise pan d'auriac, acquise de demoiselle Jeanne aguharde, veuve de messire Michel de Lestang, et de Claude de Lestang, docteur et avocat au bailliage de Gévaudan, son petit-fils, selon vente du 5 octobre dernier, contre 878 livres, devant moi notaire, qu'il reconnait tenir du clergé sous le cens de quatre sous, un deniers tournois, en direct, et deux cens nus l'un de dix livres, l'autre de vingt-cinq livres, pour lesquels ledit sieur Malingre promet de payer 7 sous et dix deniers d'un part, et un mouton un tiers d'or l'autre, par an, à la st Michel.



PARFAIT, PARFAICT (Paris)

source: Minutier Central - base SIV - Notes Robert Descimon - généalogie Parfait (http://lemarois.free.fr/actes/t75-ad75-6AZ900-29-parfait.pdf) – Michel Popoff, prosopographie des gens du parlement de Paris – La Chesnaye des Bois

voir à partir de 30 IV, n h Guillaume Larcher, c et b Paris, et Marguerite Parfait sa f,

Armes: D'argent à trois flammes de gueules posées en bande, accostées de deux cotices d'azur; au chef d'azur chargé d'une fleur de lis d'or.

I. Jean PARFAICT l'ainé marchand drapier bourgeois de Paris dt rue St-Antoine « l'homme sauvage » qu'il achete par adjudication pc 5.5.1479. Ils fit plusieurs présents en cuivre et orfèvrerie à l'église St-Paul en 1496 et fit construire la chapelle des Parfait le 25.10.1500. Chapelle qu'ils ont fait construire, orner d'images et de verrières, dans laquelle est leur sépulture et tombe. En 1617 il est dit « ses ayeulx ayans faict construire eriger et edifier de fonds en comble a leurs despens et de leurs deniers une chappelle en ladite eglise appellée la chappelle des Parfaitz suivant la permission qui leur en auroit esté donnee par l'eglise » (Pichon et Pichon, 14 et 26 août 1500) (cité dans acte CVIII-54 n°303 30.9.1617). x 23.7.1469 Denise MUSNIER (iad 22.11.1509 XIX-66) d'où 6 fils et 9 filles dont
1. Catherine PARFAICT x pc 11.1.1589 n.s sous le scel de la prévôté de Paris Claude GUILLEBON marchand drapier bourgeois de Paris 1509
2. Jeanne PARFAICT °15.4.1471 +8.9.1527 (1525 pour LCB)(iad pc Leroy 18.9.1527 CXXII-32) dt rue de la Vieille Tixanderie l'image St-Antoine (achat pc Barthemey et de Thamenay30.7.1508) x pc 14.7.1491 Pichon et Jacquet Jean PAULMIER l'ainé +13.8.1521 (iad CXXII-60 23.10.1521) marchand bourgeois de Paris 1509 d'où
a. Jean PAULMIER ca1527, le jeune marchand bourgeois de Paris x pc 25.5.1518 Delarche et Chevalier Marguerite LE BOSSU fille de + Guillaume LE BOSSU et Perrette TARGER
b. Nicolas PAULMIER marchand bourgeois de Paris ca1527
c. Pierre PAULMIER mineur 1527
d. Françoise PAULMIER mineur 1521 x1. pc 10.2.1511 n.s. Romain Martineau et Pierre Desmonts Michel SOLY +av1519 x2. pc 1.1.1521 Leroy et Legendre Jean LE RICHE l'ainé marchand bourgeois de Paris d'où
d1. Nicolas SOLY mineur 1519
e. Marie PAULMIER mineur 1527
f. Denise PAULMIER mineur 1527
g. Geneviève PAULMIER mineur 1527
3. Marie PARFAICT x pc 17.1.1498 n.s Claude MASSYOT receveur pour le roi notre sire des salpêtres de son artillerie 1509
4. Jean PARFAICT le jeune °6.3.1484 ca1590 qui suit II
3. Guillaume PARFAICT mineur 1509
II. Jean PARFAICT le jeune °6.3.1484 +23.8.1554 (iad pc III-120 28.4.1554) marchand drapier 1510 bourgeois de Paris dt rue St-Antoine, anciennement à l'enseigne de la Croix d'Or et de l'homme Sauvage, il vend 1/5 par indivis lui appartenant sur la succession de sa mère d'une maison à l'enseigne de l'Homme Sauvage pc 31.3.1510 XIX-34. Il érige pc IXIX-169 10.8.1526 en l'église St-Paul une chapellerie en la chapelle fondé par ses parents. Il obtint du cardinal de Bellay l'érection de sa chapelle en titre bénéfice à sa nomination. Fut échevin de Paris en 1539 x Jeanne HUOT +4.11.1543, soeur de Jacques HUOT, le jeune. En 1554 , Nicolas Paulmier md bgs de Paris est subrogé tuteur des enfants mineurs d'où 8 garçons et 8 filles dont
1. Guillaume PARFAIT °11.4.1520 qui suit III.
2. Denise PARFAICT religieuse au val de grâce
2. Antoine PARFAICT (testament CXXII-1263 17.12.1554) clerc suivant les finances 25 à 26 ans 1554, il fait son testament en 1554 à la veille de faire lointain voyage, « considerant le peril de mort ». Il invoque les saints dont St-Paul et Pierre, patrons de la paroisse où il a été baptisé. veut être ensépulturé en la paroisse où il décédera. Il a pour exécuteur testamentaire Guillaume LE SUEUR auditeur des comptes. Il y a un Antoine PARFAIT avec un inventaire du 13.9.1567 III-317 et des biens déposés chez Claude GODEFROY grenetier dt rue des Déchargeurs 1567
3. Marguerite PARFAIT ca1575 x1. Claude LE SUEUR marchand bourgeois de Paris et échevin de cette ville de Paris, l'un des 24 conseillers de la ville x2. III-105 27.11.1562 Guillaume LARCHER ca1575 bourgeois de Paris et l'un des 24 conseillers de la ville
4. Marie PARFAICT °8.2.1524 (iad III-438 7.7.1580) dt au bout du Pont aux Changeurs alias au bout du Pont-au-Change, en une maison à l'enseigne de la Fleur de lis, ayant entrée sur le pont,paroisse Saint-Jacques-de-la-Boucherie x 1543 Pierre POULAIN +v1572 (iad 1.12.1572 Quétin et Joyeux, testament pc Imbert et Joyeux 19.9.1572) marchand joaillier bourgeois de Paris, associé avec Jean Girard, puis notaire et secrétaire du roi, sans enfants
5. Geneviève PARFAICT (testament mutuel 3.1.1553 III-229 3.1.1553, testament III-176 23.4.1586, iad III-460 Guillaume Dohin et Simon Fournier 27.4.1599) x pc 10.3.1544 a.s pc Nicolas et Goguyer Jean GUYNANT (iad CV-228 6.8.1603) receveur des deniers casuels du bailliage de Sens dt rue de la Verrerie 1586, marchand de bois, bourgeois de Paris, dt rue de la Verrerie paroisse St-Médéric (ou St-Jean-en-Grèves) 1600, ils ont des biens à Belleville également. Ils font une donation mutuelle 3.1.1553 Y98 f°194. Sans postérité
6. Catherine PARFAICT °10.2.1529 (héritage par bénéfice d'inventaire, acte concernant sa succession pc 23.7.1601 CVII-79). Elle fait un acte pc Landry XXIX-5 2.1.1572 pour une histoire de monnaies (cf acte Richet divers 243/275). Elle loue pour 6 ans une maison, cour, pressoir, foulerie, cuves dite l'hotel du Grand-Cerf à Bourg la Reine pour 1200 écus par an pc 27.11.1578 LIV-198 x Claude GODEFROY / GODEFFROY ca1564 +av1572 grenetier au grenier à sel de Paris
7. Jeanne PARFAICT (testament 12.3.1604 XXIX-19 f° ii/c/iii/xx/i) probablement mineur 1554 x Jean BECQUET dt rue St-Jacques paroisse St-Séverin 1590
III. Guillaume PARFAIT °11.4.1520 +11.1.1592 (partage 19.9.1594 Henault et Herbin) marchand drapier bourgeois de Paris, échevin de Paris 1575 dt rue St-Antoine, il est en société de commerce avec son fils Claude qu'ils dissolvent pc CVIII-21 .6.1588 f°322 et pc Herbin 3.7.1586 x 24.11.1546 Paris, St-Sépulcre Marie JACQUEMIN ca1607 +7.8.1612 (partage Herbin et Contesse 9.1.1613). elle fonda le logement et la sépulture du Chapelain d'où
1. Claude PARFAIT °12.11.1550 qui suit IV.
2. Pierre PARFAICT °22.2.1551 +av1620 bourgeois de Paris dt rue de la Verrerie ca1591 il fait un acte avec ses frères pc III-449 1.9.1591), greffier en chef de l'élection de Paris et échevin de Paris dt rue de la Verrerie paroisse St-Merry 1609. Ce fut sous son échevinage en 1608, que la cour de l'hôtel de ville fut bâtie x septembre 1572 Marie DROUART ca1633 . Pierre Parfait recoit en donation une maison à Paris rue du Battoir paroisse St-Cosme et une rente de Blé par Catherine Chevaller femme d'Antoine Drouart écuyer sieur de Rouvilliers et de Rubelles en Paris dt audit Rubelle, bailliage de Melun (donation Y148 f°105v°25.2.1609). Marie Drouart vend pc LXXIII-295 f°xiii 24.9.1620 l'office de porteur de blé es ports et place de grève à Paris pour 1100 livres d'où
a. Pierre PARFAIT contrôleur général de la maison du prince de Condé 1633 x Jeanne NICOLARDOT, sans postérité
b. Marie PARFAIT x N. LE VASSEUR correcteur des comptes, mort sans enfants
c. Marguerite PARFAIT x Jean MICHAULT seigneur de Valdurane et de Benvilliers d'où postérité
d. Renée PARFAIT x Guillaume LE MIRE sénéchal au bailliage d'Evreux
e. Madeleine PARFAIT x Jacques RIOULT seigneur de Douilly
f. Elisabeth PARFAIT x Jean THIEULAIN seigneur des Isles officier de la reine Anne d'Autrice
g. Jeanne PARFAIT, dit la mère des Anges, qui contribua beaucoup à l'établissement des religieuses de Mantes et de celles de Gisons, dont elle fut Supérieure
h. Anne PARFAIT ursuline, à Sainte-Avoie de Paris, qui en fut supérieure et mourut âgée de 82 ans
3. Guillaume qui suit IVbis
4. Claude PARFAICT °13.4.1556. Ils font une donation à leur serviteur et servante pc 22.11.1609 Y149 f°298 x pc III-388 8.3.1575 Jean du MOULIN sieur de Passy +av1629 conseiller du roi et élu en la ville et élection de Paris 1575, conseiller du roi et trésorier de France au bureau des finances établis à Paris dt Vieille rue du Temple paroisse St-Gervais 1607, 1609 fils de + Jacques du MOULIN procureur au châtelet de Paris et + Françoise COUSTAULX d'où
a. Anne du MOULIN x Nicolas de VILLOUTREYS seigneur de Passy conseiller du roi trésorier général de l'extraordinaire des guerres et cavalerie légère d'où
a1. Anne de VILLOUTREYS x pc CVIII-63 f°55 23.2.1623 Benjamin de LA ROCHEFOUCAULD baron d'Estissac sgr de Monclas et Montault maitre de camp d'un régiment de gens de pied français
a2. N. de VILLOUTREYS sieur de Mesle ca1623
a2. Nicolas de VILLOUTREYS sr de Passy en Brie +1623 conseiller au parlement reçut le 21.4.1621 x Philippe de LA BARRE fille de Paul de LA BARRE trésorier de la marine, contrôleur de l'écurie du roi et payeur des rentes de la ville de Paris et de Claude MARTIN (qui x2. François de VILLEMONTÉE seigneur de Villenauxe et de Montaiguillon conseiller au parlement de Paris, maistre des requêtes, conseiller d'état ordinaire puis évêque de Saint-Malo, sacré le 29.6.1660 après la mort de sa femme)
5. Jacques PARFAICT °25.7.1561 +25.11.1629 conseiller du roi et président de la cour des monnaies le2.6.1594 ca1607, 1615 dt à Paris rue de la Cloche-Perse paroisse St-Paul 1612 x Madeleine MALLET +20.11.1612 (testament 12 et 20.12.1612 Y153 f°312), veuve en premières noces de N. BIGOT d'où
a. Marie PARFAIT x pc 21.11.1615 CVIII-50 f°259 Gilles de FLECELLES secrétaire ordinaire de la chambre du roi
b. Jacques PARFAICT écuyer sieur de Saint-Supleix contrôleur général des ponts et chaussées de France, contrôleur de la maison du roi 1637, dt rue Cloche-Perse 1631, frère utérin de Pierre BIGOT écuyer sieur de Saint-Soupplets et de Forfry en partie (sr de St-Supplex et de Fourfery en partie) dt à forfry; Il recoit de lui donation du fief et de l'hotel seigneurial de Saint-Souplets pc 23.1.1630 Y170 f°189 d'où postérité
IV. Claude PARFAIT °12.11.1550 +1.8.1623 (iad 4.9.1623 pc Chauvin et Contesse, partage Chauvin et Contesse, 13.12.1624) marchand drapier, bourgeois et quartinier de la ville de Paris, dt rue Saint-Antoine paroisse Saint-Paul 1591. Il possède en 1614 2 maisons rue St-Antoine "à la Croix d'Or" et l'Homme sauvage" joignant l'un et l'autre tenant à la veuve de Nicolas Poisson et d'autre à la veuve Gaillard ab par derrière à Mr Scarron conseiller au parlement. Ils lui appartenait 1/2 de son propre par la succession de sson père et l/5e en l'autre 1/2 par la succession de sa mère et 4/5e par licitation (acte CVIII-48 14.7.1614). Il obtient une permission des marguilliers de St-Paul pc CVIII-54 n°303 30.4.1617 les marguilliers de St-Paul (mre Mathieu Molé, procureur général, n h François Olier, sr de Nointel, trésorier général de l'Extra Guerres, me Paul Lequeux, proc plt et hon h Pierre Parfait, b P et quartinier de c ville de Paris) et n h Claude Parfait, b P, rue St-Antoine : « ses ayeulx ayans faict construire eriger et edifier de fonds en comble a leurs despens et de leurs deniers une chappelle en lad eglise appellée la chappelle des Parfaitz suivant la permission qui leur en auroit esté donnee par l'eglise » (Pichon et Pichon, 14 et 26 août 1500), « icelle chappelle depuis erigee en tiltre de benefice a la nomination de l'aisné de la famille desd Parfaictz, et laquelle chappelle il leur fut permis et acordé faire clorre a leurs despens de treillis de fer pareilz et semblables et a l'alignement des chappelles des sieurs de Breau et des Hennequin par lettres lors faictes et passees par devant Trouvé et Pichon, notaires, les trentiesme et penultieme jour de decembre » 1546, laquelle clôture a été différée jusqu'à présent, « led sieur Claude Parfait aisné de lad famille des Parfaitz, presentateur d'icelle chappelle, desirant faire faire aujourd'huy lad closture a ses despens, tant pour la descoration de lad eglise que pour la conservation des ornemens de lad chappelle »... il a supplié les marguilliers, conformément à lad permission, de faire lad clôture. « une autre tombe servant et couvrant la descente droite de la cave qui est soubz la chapelle ou se font inhumer tous ceux de lad famille » qui appartient à lad chapelle et à la famille Claude Parfait offre, ce faisant, de donner à la fabrique un écu d'or soleil en espèce de rente foncière « sur une maison scize soubz lad parroisse en lad rue St-Anthoine qu'il a fait rebastir de neuf en laquelle est gravé un Sauvaige, a luy appartenant qui en demeurera chargée a perpetuité », rente non rachetable par lui et ses successeurs Claude Parfait obtient lettres de permission. Ils ont une maison à l'Image Ste-Catherine à la descente du Pont Saint-Michel, une maison place royale, une maison près des Minimes. Selon La Chesnaye des Bois il aurait obtenu du roi Henri IV la noblesse et permission de porter dans ses armes une fleu des lis d'or par lettres patentes de 1603 x 12.4.1580 et pc III-405 31.1.580 Marguerite PERROCHEL +23.12.1649 (iad pc Guyon XXX-35 29.12.1649, partage CVIII-103 14.4.1650, testament pc Dupuis et Cornille, 27.1.1647, elle fait une donation insinuée à ses héritiers) fille de Valeran PERROCHEL marchand pelletier bourgeois de Paris et Marguerite NYCERON. elle fit avec son mari de nouvelles fondations dans leur chapelle (St-Paul) (dans les parents et amis au mariage: Jq Sanguin, c r lieutenant général des eaux et Forêts de France, sire Antoine Huot et Guillaume Larcher, Jean Guynant, Jean Becquet, me Jean Dumoulin et Pierre Parfait, tous bgs de Paris) d'où
1. Guillaume PARFAICT +av1653 conseiller du roi auditeur des comptes 1623, 1649 dt rue Geoffroy Lasnier paroisse St-Gervais 1623, 1649 x Madeleine DELAHAYE ca1653 d'où
a. Jacques PARFAIT °9.10.1627 capitaine au régiment de Navarre, mort au service
b. Marie PARFAIT °10.9.1616 religieuse aux carmélites de la rue Chapon, à Paris
c. Marguerite PARFAIT °20.8.1617 annonciade à Saint-Denis
d. MadeleinePARFAIT °11.1.1619 carmélite, dans la rue Chapon, à Paris
e. Françoise PARFAIT °18.9.1620 religieuse, cordelière au fauxbourg Saint-Marceau
f. Anne PARFAIT °27.12.1622 annonciade à Saint-Denis
2. Pierre PARFAICT °3.3.1584 +1658 bourgeois de Paris dt rue St-Antoine paroisse St-Paul 1616, conseiller du roi et controleur général de la grande Chancellerie de France dt rue Saint-Antoine paroisse Saint-Paul, échevin et conseiller de ville en 1628 x1. pc 2.7.1609 pc Mahieu et Contesse Rachel LESCUYER ils font une donation mutuelle pc 21.10.1616 Y157 f°298v° x2. pc nov 1646 XXX rép 1 Marie MIDORGE, sans enfants
3. Antoine PARFAICT °6.6.1586 chanoine de Verdun
4. Jeanne PARFAICT °6.7.1587 +.7.1667 ca1619 religieuse en l'abbaye de Notre-Dame dite de Longchamp près Saint-Cloud reçut pc 8.6.1600 XXIX-103 8.6.1600
5. Catherine PARFAIT °23.5.1590 (testament le 10.4.1640 à Meaux devant le chancelier de l'église de Meaux) elle fait une donation à sa mère d'une maison à Paris près les minmes et d'un douaire pc 15.7.1629 Y169 f°402 v°, elle dt au couvent de Notre-Dame de Meaux 1637 et renonce à la succession de sa mère x pc 20.7.1607 CVIII-36 f°464 Pierre MARCHANT conseiller du roi et receveur des tailles en l'election de Rozay en Brie y demeurant, sans enfants
6. Charles PARFAICT °22.2.1594 qui suit V.
7. Madeleine PARFAICT °9.9.1602 +13.11.1681 Paris, St-Paul (faire part de décès AN AD/XXc/98, bénéfice d'inventaire Y3991B 22.11.1681 [R12605]) morte rue du Pas Royal près des minimes x 27.2.1620 Paris, St-Paul Etienne DESCHAMPS +1653 (iad 1661 CVIII rep3 2eme partie n°271) receveur général et payeur des rentes assignées sur les gabelles, alias trésorier du marc d'or et payeur des rentes d'où
a. Etienne DESCHAMPS avocat en parlement, payeur des rentes de l'hôtel de ville 1680, conseiller secrétaire du roi 1681 x 1663 Geneviève-Françoise de LA BOISSIERE-CHAMBORS, sa cousine
b. Claude DESCHAMPS fille majeure 1681
8. Claude PARFAIT °1.11.1606 religieux profès au couvent des Capucins de la rue Saint-Jacques dit le Père Archange, célèbre prédicateur, mort âgé de plus de 80 ans
V. Charles PARFAICT °22.2.1594 +av1649 conseiller du roi receveur général des décimes à Paris alias receveur général des décimes du clergé x pc Lecamus et Contesse LIX-56 f°113 24.1.1622 Anne POULET dt rue des Prouvaires paroisse Saint-Eustache 1650 fille de Nicolas POULLET procureur en la chambre des comptes et Catherine PETIT d'où
1. Nicolas PARFAICT pretre chanoine de verdun, fils ainé majeur.
2. Marie PARFAIT x Antoine de MORU chevalier sr de Saint-Martin du Bosche près Provins et autres lieux 1650 alias seigneur de Fouronges et de Saint-Martin du Bochet (bénéfice d'âge Y3958A 6.9.1666 [R13530]) capitaine de cavalerie d'où
a. Marie-Anne de MORU 20 ans en 1666
b. Guillaume de MORU 18 ans en 1666
3. Charles PARFAICT mineur 1650 receveur général des finances, mort sans enfants
d. Anne PARFAICT mineur 1650 x François CHEVALIER maitre d'hotel et gentilhomme ordinaire du roi, descendants de conseillers au parlement de Paris, sans enfants

autre fils de Guillaume Parfait et Marie Jacquemin
IVbis. Guillaume PARFAIT °2.9.1558 +9.6.1625 trésorier de France à Bourges ca1591 puis conseiller d'ếtat, conseiller du roi contrôleur général de la maison de S.M, chéri de Henri IV, fut employé dans plusieurs commissions, rendit aussi des services au sièges de Laon, la Fere, d'Amiens et dans les armées de Franche-Comté et de Savoie. Le roi lui permit de joindre à ses armes une fleur-de-lis, par lettres patente du mois d'aout 1609, enregistrées en la chambre des comptes le 29.12.1609 et en la cour des aides le 13.9.1625, confirmées par arrêt du Conseil, le 17.6.1669; il fonda une messe pour Henri IV, avec un service de trépassé. dt au Chevalier du Guet paroisse Saint-Germain l'Auxerrois x 2.9.1582 Louise PERRIN °4.7.1562 +15.3.1647 (partage CVIII-103 f°153 1.8.1650) (fille N. PERRIN et de Marthe LEROY qui x2. Jean DALLIER commissaire des guerres, nièce de Jean PERRIN seigneur de Parpaille). Marthe LE ROY veuve de Jean DALLIER commissaire ordinaire des guerres demeure chez lui, à Suresne près St-Cloud en 1620 d'où
1. Etienne PARFAIT °30.6.1583 qui suit V
2. Geneviève PARFAIT °23.3.1585 +1627 x1. 13.9.1605 et pc 12.9.1605 CVIII f°364 Jean de LA BOISSIERE seigneur de Chambord +1611 à 30 ans conseiller au parlement de Paris 1606 dt rue des Deux Ecus paroisse St-Eustache x2. 4.12.1617 et pc 3.9.1617 CVIII-54 Jacques BUISSON seigneur de Sainte-Julitte, de Chamoussay, de Soeme et de Voisin-le-Cuit +11.3.1622 conseiller au parlement de Paris 1601 d'où
a. Guillaume de LA BOISSIERE chevalier seigneur de Chambors et autres lieux maréchal de bataille des camps et armées du roi
b. Philippe de BOISSIERE chevalier, seigneur de Saitne-Marie et de Granchement, lieutenant de la compagnie des 100 suisses de la garde ordinaire du corps du roi
c. Louise BUISSON dame de Sainte-Jullitte, séparée de biens par arrêt du parlement du 20.6.1645 x Louis GUIBERT chevalier seigneur de Saint-Martin
3. Guillaume PARFAIT °16.9.1587 qui suit Vbis
4. Claude PARFAIT °28.5.1586 religieuse à Longchamp
5. Anne PARFAIT °25.7.1592 dt ordinairement au lieu du Fay en Champagne 1650 x pc CVIII-48 26.11.1614 f°294 pc Nicolas de BAUGY écuyer seigneur du Fay +av1650 conseiller et maitre d'hotel ordinaire du roi résidant pour SM près l'empereur, ambassadeur de France en Allemagne, Flandre et Hollande
6. Anne PARFAIT °11.1.1596 religieuse à Vernon (selon LCB)
5. Magdelaine PARFAIT (la même qu'avant?) religieuse, supérieure à Vernon
V. Etienne PARFAIT °30.6.1583 +av1650 conseiller du roi, contrôleur général de la maison du roi dt à Paris rue Thibault au dés 1626 x1. 11.2.1610 et pc janvier 1610 f°64 CVIIIrép 1 -1 Marie LADVOCAT fille de Nicolas LADVOCAT conseiller au grand conseil puis conseiller d'état et intendant de la maison d'Antoine de Bourbon fils naturel d'Henri IV et Marie DUHAMEL x2. 16.1.1637 Anne VAILLANT veuve de Guillaume FEYDEAU seigneur de Sanville dt rue des Blancs-Manteaux 1650 (Anne Vaillant x3. pc Marion et Bellehache 3.2.1647 Antoine CHARPENTIER conseiller du roi en es conseils et en son grand conseil) d'où
du premier lit
1. Nicolas PARFAICT abbé de Buzinville / Bouzonville / Bonzonville, chanoine de l'église de Paris qui fonda une messe haute tous les ans le 18 avril en l'honneur de Saint-Parfait, martyr de Cordoue
2. Guillaume PARFAICT prédicateur, capucin, sous le nom de Père Ange
3. Honoré PARFAICT °15.5.1617 qui suit VI.
4. Etienne PARFAIT lieutenant aux gardes, tué à Armentières, sans alliance
5. François PARFAICT °18.8.1621 controleur ordinaire de la maison du roi, controleur général de la maison du roi. Il augmenta de 500 livres la fondation de la chapelle, pour une messe faite par Honoré Parfait son neveu
6. Louis PARFAICT °11.11.1623 +15.6.1669 lieutenant d'une galère, mineur 1650 x N. NAZART d'où
a. Louise PARFAIT religieuse ursuline à Argenteuil
7. Marthe PARFAIT religieuse à Montmartre
8. Marie PARFAICT +26.1.1651 x Edmé REGNAULT seigneur de Dussy / Duchy (alias seigneur de Garchy et de Rebourseau) ca1650 +4.6.1649 conseiller au parlement dt rue de Jouy paroisse St-Roch d'où
a. N. (fille) x N. BERTHELOT
9. Gaspard PARFAICT capitaine d'infanterie au régiment de Vauberart en 1651, mineur 1650, mort sans alliance
du second lit
10. Jean PARFAIT °v1638 +29.5.1708 Ozoir-la-Ferrière (77) à 70 ans chevalier, gentilhomme de la maison de la reine Marie-Thérèse d'Autriche dont il fut particulièrement estimé x Geneviève MALLET dont
a. Nicolas PARFAIT chevalier de l'ordre militaire de Saint-Louis, capitaine au régiment royal artillerie
b. Geneviève PARFAIT (avis de parents 12.1.1719 Y4305 [R12301]) Nicolas-Pierre AMYOT de MONTERIGNY écuyer conseiller du trésorier, receveur général et payeur des rentes d'où
b1. François-Pierre AMYOT 12 ans et 8 mois en 1719
b2. Marie-Geneviève AMYOT 11 ans et 4 mois 1719
b3. Achille-Joseph AMYOT 9 ans 8 mois 1719
b4. Claude-Parfait AYMOT 6 ans trois mois 1719
11. Guillaume PARFAICT °9.8.1640 +10.3.1677 page de la grande écurie, mousquetaire, puis capitaine dans les troupes du roi d'Espagne contre le Portugal, qui se signala dans une bataille où il reçut un coup d'épée en dégageant M. de Charny de dessous son cheval, dont il mourut le 10.3.1677 x 22.1.1671 Anne PELET d'où
a. Anne-Catherine PARFAIT °15.5.1673
12. Anne PARFAIT °27.10.1641 +3.2.1735 à 94 ans x1. 5.5.1665 Benoit LE SAVOYE seigneur d'Essenay trésorier général des fortifications en Champagne et dans les trois Evéchés x2. Jean-François-Paul d'ESCALOPIER maréchal des logis de la seconde compagnie des mousquetaires d'où postérité des deux mariages
VI. Honoré PARFAICT seigneur de Crespon, Albret, Garancières °15.5.1617 +16.10.1676 conseiller, contrôleur général de la maison du roi dt rue Traversine paroisse St-Roch 1650 x 26.4.1646 et pc 29.4.1646 Pourcel et Gaultier (AD Yvelines suppl. E 536) Louise-Elisabeth de FRANCINE dont
1. Honoré PARFAIT °18.3.1647 +11.4.1677 Cambrai (59) contrôleur général de la maison du roi, lieutenant aux Gardes, il s'est trouvé à trois batailles, fut tué à l'attaque de la citadelle de Cambrai le 11.4.1677, sans alliance. Il a laissé 600 livres à la chapelle des Parfaits pour la fondation d'une messe
2. Honoré PARFAIT °24.8.1648 x 1.4.1681 Louise-Zacharie du LOURDET (veuve de François PALOU marquis de la Thibaudière, puis de Claude GOUFFIER comte de Caravas mestre de camp de Cavalerie) fille de N. LOURDET capitaine au régiment des gardes
3. Honoré °5.1.1650 receveur général du Lyonnais x 24.2.1683 Lyon (69) Marie-Anne MAZULYER fille de N. MAZULYER président des trésoriers de France à Lyon et Jeanne BERTHAUD d'où enfants
4. Timoléon-Guillaume PARFAIT seigneur de Fontenay °10.2.1659 +1754 x 2.2.1697 Madeleine AUDIBERT +19.3.1740 à 69 ans fille de Pierre AUDIBERT seigneur de Favas et Catherine SIRE d'où
a. François PARFAIT °10.3.1698 +29.10.1753. Il a travaillé avec son frère à différents ouvrages pour le théâtres x ? d'où
a1. fille 12 ans en 1753
b. Claude PARFAIT °2.11.1706
c. Suzanne-Louise PARFAIT °2.1.1711
5. Anne-Hyacinthe PARFAIT +11.10.1684 religieuse au cherche midi

autre fils de Guillaume Parfait et Louise Perrin
Vbis. Guillaume PARFAIT seigneur des Tournelles °16.9.1587 +5.6.1644 conseiller en parlement reçut le 15.7.1610 en la première chambre. Il recoit en donation pc 5.1.1631 Y171 f°274v° et 22.1.1631 Y171 f°326 la seigneurie des Tournelles (près Rozay-en-Brie) et d'une créance de 25.000 livres tournois de la part de Martin Le Sieur écuyer sieur du Tournelles gouverneur de la ville et chateau de Crécy-en-Brie. Marguillier de St-Gervais il fait accroitre sa chapelle dans la chapelle St-Pierre de St-Gervais x 21.11.1611 Paris (75) et pc 20.11.1611 CVIII et Y152 f°137 Marie LE GROS (iad 1665 f°294 CVIIIrép3 2e partie) fille de Denis LE GROS marchand drapier dt rue St-Antoine et Denise de LAISTRE d'où
1. Marie PARFAIT +15.1.1645 x 10.1.1633 Étienne FOULLÉ, seigneur de Prunevaux, et de Martangis, +1673 Rennes (35) inhumé à Paris, St-Paul le 18.5.1673 reçu conseiller au Parlement de Paris le 14 may 1632, maistre des Requestes le 5 aoust 1636, intendant en Languedoc, à Limoges, à Moulins, puis intendant des finances en 1650
2. Anne PARFAIT, carmélite à Pontoise.
3. Geneviève PARFAIT, religieuse à Montmartre.
4. Louise PARFAIT, religieuse Ursuline à Pontoise.
5. Jeanne PARFAIT, religieuse à Pontoise.
6. Elisabeth PARFAIT, religieuse à Montmartre.
7. Catherine PARFAIT, religieuse ursuline, supérieure à Sainte-Avoye, puis de Madelonettes.
8. Guillaume PARFAIT mineur 1650 qui suit IV
9. Marthe PARFAIT mineur 1650 x1. Jean VION sieur d'Oinville, maistre d'hôtel ordinaire du roy, et gentilhomme de sa Chambre, x2. François de MAULÉON de SAVIGNAC, capitaine au régiment des Gardes. sans enfants
10. Magdelaine PARFAIT mineure 1650 x François BERNARD, sieur de Montebise (marquis de Montebise) d'où
a. François BERNARD de MONTEBISE enseigne aux gardes
b. Guillaume BERNARD deMONTEBISE
VI. Guilaume PARFAIT seigneur des Tournelles en Brie +2.4.1691 Paris, St-Paul (75) x Marie de CHAUMEJAN de FOURILLE fille de Michel de CHAUMEJAN marquis de Fourille, lieutenant colonel du régiment des gardes et lieutenant général des armées du roi et Geneviève FOULLÉ d'où
1. Michelle PARFAIT (alias Marie-Madeleine-Michel PARFAIT) x 19.5.1683 Louis de MELUN seigneur de Maupertuis (marquis de Maupertuis), lieutenant général des armées du roy, capitaine-lieutenant de la première compagnie des Mousquetaires


1517 – Jean PARFAICT marchand drapier bourgeois de Paris achête une maison rue St-Antoine tenant à une maison faisant le coin de la rue du Temple pc 29.3.1517 XIX-44 à Jean Gobelin md teinturier de draps
1537 - Jean PARFAIT, md drapier b P, achète 8 arpents de terre labourable au terroir de Paris près le pressoir de Popincourt pc 5.12.1537 XIX-149
1548 – Jean PARFAIT drapier bourgeois de Paris 1540, 1548
1551 – Robert PARFAICT marchand à Paris 1551 (concernant un bail à loyer pour une maison rue St-Honoré à la Croix d'Or) x Jeanne MARTIN
1555 – testament Jean PARFAICT bourgeois de Paris 28.3.1555 III-83 28.3.1555
1555 Guillaume PARFAICT fait partie de la confrérie de la Conception de la très glorieuse Vierge Marie, la première fondée à Paris en l'Eglise St-Paul (acte 30.6.1555 XIX-106)
1580 – Pierre PARFAIT marchand joailler x Jeanne DELAHAYE don mutuel III-404 9.7.1580
1585 – Marie PARFAICT, sous la tutelle de Pierre de Noyon (cité dans l'iad de Nicolas Tanneguy 22.11.1624 LXXXVI-217, il y une transaction de comptes pc 13.1.1597 pc Oeillemot et Depeyrat) x pc 8.9.1585 Jean DELANOUE
1607 – Guillaume PARFAICT conseiller du roi et contrôleur général de la maison de sa majesté dt à Paris rue des Mauvaises paroles paroisse St-Germain l'Auxerrois. Il fait une donation pc 16.2.1607 Y147 f°315v° à Catherine de LA POTERIE religieuse professe en l'abbaye de Vernon d'une rente viagère de 50 livres tournois
1618 – partage Claude, Guillaume et Jacques PARFAIT juillet 1618 pc n°350 CVIIIrép1-2
1619 – Marguerite PARFAIT x pc avril 1619 CXV rep1 Louis FALAISE
1630 – Antoine PARFAICT(?) x pc 23.1.1630 LXXXVIrép1 Marie LIESSE(?)
1638 – testament Pierre PARFAICT mars 1638 XXX rép 1


CHASTELAIN (Paris, Beaujolais)


sources: notes Robert Descimon et Denis Richet – Revue des études historiques / publiée par la Société des études historiques, 1926 - Revue de Champagne et Brie, 1885, page 77 (Marion Delorme)
pour Chastelain d'Essertine: cf CEGRA informations, n°19 , 2e trimestre 1979, 58-9 – TAP2 – CEA 10 – SJV3 – CSB - JMS art Chatelain – SLB 4, 137-8]

voir: François Dumont, inventaire des arrêts du Conseil privé, règnes de Henri III et Henri IV, 1971-1978 Jacques CHASTELAIN contrôleur général des finances en la généralité de Moulins 17010, 18776 (et peut-être 16549):

N. CHASTESLAIN d'où
1. Annet qui suit II
2. N. CHASTELAIN d'où
a. Jacques CHASTELLAIN +av1633 écuyer sieur d'Arizolle conseiller du roi contrôleur général de ses finances en Bourbonnais dt à Moulins 1608, trésorier de France à Moulins x pc 30.7.1608 XXIII 237 f°75 Henriette MARCHANT / MARCHAND fille de + Claude MARCHANT écuyer sieur des Ligneris conseiller secrétaire du roi et trésorier receveur général des maisons et finances des duc et duchesse de Nevers et Anne de SÈVE d'où
a1. Antoinette CHASTELAIN x 5.11.1633 (insinuation AD03 B740) François GUILLAUD avocat en parlement fils de maitre François GUILLAUD sieur de Varesnes et Sébastienne VENUAT d'où
a11. Marie-Marguerite GUILLAUD x Pierre HEULHARD sieur de Varennes les Picards avocat [source: arbre Olivier Mistral, mistral]
II. Annet CHASTELAIN +1595 sgr de Sertines/Essertine/Essartines en Beaujollais (71) grenetier au grenier à sel de Paris « sa famille possédait une sépulture dans l'église Saint-Paul; lui-même avait un immeuble à l'angle de la rue Elzêvir et de la rue des Francs-Bourgeois » Il avait acheté en 1576 pour s'y installer l'hôtel dit des Trois Pavillons construit au carrefour des rues des Francs-Bourgeois et Diane (2. rue Elzévir). x pc 26.5.1572 pc Trouve XIX-250 (décrit [R7125] Magdeleine de DONON fille de Mederic de DONON alias Merry de DONON + basse Ste Chapelle de Vivier en Brie éc sgr de Chatres en Brie et de Renouilleux, controleur général des batimens sous Henri III et Jeanne de la ROBIE +18.3.1584 Saint-Paul. Jeanne de la ROBIE fille de Jerome de la ROBIE gouverneur du château de Madrid sous les rois François Ier et Henry II et Bartholomée ALTOICITI, +23.7.1566 Saint-Paul native de Florence d'où
1. Magdelaine CHASTELAIN +1.11.1651 79 ans au Plessis de Roye (renonciation à sa sucession pc LXXXVII janvier 1652 REP8, partage LXXXVII-181 19.5.1654 [F0362] x Henry de GODEFROY +av1638 écuyer sgr de Buzenval (Rueil-Malmaison, 92) et du Plessis de Roye président des trésoriers de France à Paris
2. Claude CHASTELAIN +av1614 (avis 19.6.1630 Y3895 [R1644]) trésorier provincial de l'extraordinaire des guerres en Picardie 1601 (à la succession de Philippe de Coulanges) 1611, dt rue de Diane paroisse St-Paul 1611, puis trésorier général de l'Artillerie (achat 81900 livres CV-308 21.1.1611, vendu CVIII 48 n°191 30.7.1614) x Elisabeth GALMET / GALMER, dt rue du Pard du roi paroisse St-Gervais d'où
a. Marie CHASTELAIN x avant 1630 Pierre AUBERT conseiller secrétaire du roi et de ses finances 1630 (Aubert de Fontenay)
3. Pierre CHASTELAIN conseiller du roi, trésorier général de l'Artillerie dt place royale paroisse St-Paul 1611
4. Marie CHASTELAIN x Jean de LON (Jean DELON) +13.7.1639 baron de Baye en Champagne, seigneur de Lorme, Tallas, Bauny, Villerenaud, Juchhy et autres lieux avocat au parlement de Toulouse puis lieutenant particulier du roi Henri IV à Brives, conseiller du roi en ses conseils, trésorier et président des trésorier de France en Champagne d'où
a. Marie de LON °3.10.1613, Paris St-Paul +30.6.1650 Paris, rue de Thorigny 37 ans et 3 mois demoiselle de Lorme dite Marion de LORME

en 1572 au mariage Chastellain/Donon témoins coté Chastellain: du sr Oratio ROUSSELAY gentilhomme de la chambre du roi, Loys DENIS secrétaire du roy, Claude de COLANGE procureur au parlement, Guichard FAURE controleur général des drogueries épiceiers et .. en Normandie, François MAILLE conseiller et controleur de la marine du Levant tous prarents et amis du futur

LIQUET (Angers)

sources: dépouillements AGENA - AD49 en ligne - Documents Odile Habert - Gilles Ménage, Vitae Petri Aerodii et Guillelmi Menagii, 1675

I. Philippe LICQUET sr des Germonnières x Philippe GOURREAU fille de Jacques GOURREAU d'où 5 enfants dont
1. Pierre LICQUET sr de la Guerche et de Livoie héraut d'armes de la maison du Roi x Renée BAGUENARD d'où postérité dont
a. René LICQUET sieur des Germonnières conseiller du roy lieutenant en l'élection d'Angers x 6.5.1610 Angers (49), Saint-Maurille Catherine COCHELIN veuve de Jehan-Jacques BITAULT sieur de Beauregard [dont partage 5E121 23.4.1611 Deille notaire à Angers]
2. Jacques LICQUET x Jeanne GOUREAU / GOURREAU fille de Jan GOURREAU procureur du roi de la prévosté et échevin de la ville d'Angers 1565 d'où
a. Guyonne LIQUET x 20.2.1623 Angers, Saint-Denis Jacques JOUET fils de Gabriel et Philippe ESNAULT
b. Jeanne LICQUET x 22.7.1626 Angers, Saint-Denis François LANIER fils de François et Angélique DAVY
c. Jacques LICQUET x 6.6.1627 Angers, 49 (Saint-Maurille) Jeanne MARTINEAU fils de Nicolas et Perrine AVRIL
3. Catherine LICQUET x Simon de GOUBY sr de la Rivière conseiller au siège présidial et echevin de la ville d'Angers 1605
4. Maturin LICQUET sr de la Bretesche x1. N. BROUARD x2. N. PERDRIE d'où
du premier lit
a. Philippe LICQUET x François LE MARIE sr de l'Espinay conseiller au présidial d'Angers
du second lit
b. Renée LICQUET x René LE CLERC chevalier de l'ordre de Saint-Michel, seigneur de Sautray dont plusieurs enfants
5. Estienne qui suit II
II. Estienne LICQUET sr de la Hardouinière x Perrine DROUET d'où
1. René qui suit III
2. Philippe LICQUET x 12.2.1612 Angers, Saint-Maurille (49) Guillaume du BOIS escuyer sr de la Rongère auprès de Nantes fils de + Louis et Françoise LEGUE, du Loroux-Bottereau (44)
3. Françoise LICQUET x Charles LE LIEVRE président de l'élection de Mauléon
III. René LIQUET / LICQUET seigneur de la Hardonnière et de la Chesuayes? alias seigneur de la Hardouinière, de Longué et d'Estiau prévost provincial d'Anjou x Anne LOUET fille de René LOUET escuyer seigneur de la Souche maistre des requestes de Monseigneur le duc d'Anjou et lieutenant particulier au siège présidial d'Angers et Lucresse THEVIN d'où
1. Gabrielle LIQUET, qui apporte le fief de Longué x 12.12.1642 Angers, Saint-Denis (49) (image 442) Henri RUZE marquis de Longé et seigneur des Marais fils de Martin RUZE sgr des Maretz et Madeleine GODEFROY
[mariage en présence de Jeanne LICQUET epouse de François LANIER maitre des requetes, Louis LE CLERC sr des Aulnay et vénérable et dicretz, etc. m

- Le château de Etiau (commune de Jumelles) fut arrenté le 1.7.1650 à René LIQUET qui maria sa fille Gabrielle à Henri de RUZÉ baron de Vivy et de Champeaux. La terre fut saisie judiciairement et vendues par leurs créanciers le 14.8.1669 (source: Daniel Couturier, Souvenirs de Longué, pensées de Jumelles, 1984)
- René LIQUET sieur de la Hardouynière prévot des maréchaux à Angers 1620 (source: Revue de l'Anjou et de Maine et Loire, Volume 1, page 406 1862
René LIQUET sr de la Hardonnière écuyer vend la métairie de L'aunay du Plessis, au Plessis en 1629, y compris 3 hommées de pré au Chaislard à Juigné-sur-Loire (source: documents Odile Habert)



- Pierre LIQUET conseiller au présidial d'Angers 1635

I. Pierre LIQUET x Marie GAULTIER d'où
II. Pierre LIQUET x 3.2.1624 Angers (Saint-Maurille) Charlotte LEFEUBVRE fille de Michel et Françoise JUSSE

- Pierre LIQUET, de Châteauneuf -Sartres (N D S) x1. Renée GASTIN x2. 20.2.1662 Angers, 49 (La Trinité) Anne METERIE fille de Raphael et Jeanne POIRROUS

DROUET (Angers)

source: Gilles Ménage, Vitae Petri Aerodii et Guillelmi Menagii, 1675

II. Estienne LICQUET sr de la Hardouinière x Perrine DROUET d'où

I. Pierre DROUET avocat à Sainte-Susanne x Charlotte LE GRAND fille de Claude LE GRAND sr du Pont et Cécille GAULTIER d'où
1. François DROUET
2. Anne DROUET x Jan LE CORNU sr de Mazeries
3. Renée DROUET x Thomas BIGOTEAU commissaire des saisies réellles de la ville de La Rochelle
i Le 30 juillet 1527, Jacques du Saussay, marchand à Paris, et sa femme, Catherine Cuvier, vendent à Jean le Riche, la moitié d'une maison sise à Paris, rue Saint-denis (SIV, MC/ET/CXXII/13).
ii Claude Dauvergne, bourgeois de Paris, est le frère de Marie Dauvergne, veuve de Louis Durufe, bourgeois de Paris, demeurant rue Saint-antoine, dont l'inventaire après décès est dressé le 10 juin 1555, à la requête dudit Claude d'auvergne, de Charles Pichon, correcteur en la chambre des comptes, curateur d'anne Dauvergne, veuve de Nicolas Chambon, commissaire examinateur au Chatelet, et de Jean Poussepin, procureur au Chatelet, sœur de Marie d'auvergne, et à la requête de Nicole Choupy, procureur au Chatelet, procureur de Jean Janvyer, capitaine au château de Toulon, neveu et héritier du défunt (SIV, MC/ET/XIX/277).
iii Pierre de la Tour, contrôleur ordinaire de la chambre du roi et contrôleur ggénéral des tailles de la généralité de Paris, et son épouse, agnès Costeblanche, se font un don mutuel le 2 juin 1581 (SIV, MC/ET/LIX/4). Le même Pierre de la Tour, est dit bourgeois de Paris, conseiller du roi, et ancien contrôleur des eaux et forêts de France le 30 avril 1580 (SIV, MC/ET/LIX/3), et conseiller et secrétaire du roi le 20 juillet 1581 (id, LIX/4).