Familles GRATTON de CHAMBELLAN (St Domingue) - SACCARDY (Saint-Domingue) - BAILLY (Toulon) - GUILLEMOT du LENY - CAUVET (Saint-Domingue)

Des corrections ou compléments ? mel lemarois - Vous êtes libre de piocher dans ces travaux. En échange je vous demande de citer vos sources et dans la mesure du possible de partager également vos travaux.

La page d'origine est https://www.lemarois.com/jlm/data/r27gratton.html

Sommaire:


GRATTON de CHAMBELLAN (St Domingue)

Sources: Fernand Beaucour, Un fidèle de l'empereur en son époque, Mathieu-Alexandre SARI (1792-1862) - Thèse Histoire Moderne, Lille III, Paris, 1972 [la plus complète étude sur les Chambellan et la plus grande partie de cet écrit] - AN Colonies E68 Dossier Jean-Louis-Charles Etienne Gratton de Chambellan - Notes de Raymond de Verduzan, Lherm, 1992 - Edouard Delobette, Ces Messieurs du Havre. Negociants, commissionnaires et armateurs de 1680 a 1830, Thèse Université du Havre, 2005 – dépouillements gghsm Le Havre – Renseignements de Serge Berloin (à partir des registres protestants de St-Martin de Ré)

Voir:
- revoir dossier E68 –
- Dossier d'indemnisation: GRATTAN-CHAMBELLAN in The Saint-Domingue Newsletter july 2003 15/3 (SIG)
- Henri Amphoux, essai sur l'histoire du protestantisme au Havre et dans ses environs, 1894, page 425 “Jacques Graton, lieutenant de marine”
- Archives de la Marine dossier sur Graton

I. Jacques GRATON+av1700 x Renée CHAMBELLAN / CHAMBELAN +av1714 d'où
2. Jacques de GRATON [? °5.4.1659 Saint-Martin de Ré (17) (B Protestant 1659-1668 vue 05/86) transmis par Serge Berloin) lieutenant et capitaine de brulot « Au Havre, pendant la guerre de Succession d’Espagne, Jacques Cochard ou (Cochart) et Jacques Graton commandent 2 frégates du roi pour attaquer les bâtiments anglo-hollandais sur les côtes d’Afrique. Prévue pour 6 mois, la campagne de la Dryade de 42 canons capitaine Jacques Graton s’interrompt au bout de 3 mois de mer » x 12.4.1714 Le Havre, St-Francois Marguerite LEROY fille de Nicolas LEROY et +Louise LEROUX d'où
a. Jacques-Nicolas GRATON °2.3.1709 Le Havre, Notre Dame (p: Chambellan GRATON et Marie LE ROY)
2. Estienne GRATON ° 12.02.1662 St-Martin de Ré (17) (B. Protestant 1659 - 1668)
3. Moyse °25.04.1663 St-Martin de Ré (17) (B. Protestant 1659 - 1668 vue 38 / 86)
4. Hester °21.08.1664 St-Martin de Ré (17) (B. Protestant 1659 - 1668 vue 51 / 86)
5 Renée °22.02.1669 St-Martin de Ré (17) (B.M.S. 1668 - 1685 vue 42 / 445)
6 Chambelan °18.04.1670 St-Martin de Ré (17) (B.M.S. 1668 - 1685 vue 79 / 445) qui suit II.
II. Chambellan de GRATON °v1671 +av1720 [alias? Jacques-Chambellan GRATON) [ou son frère Jacques ? signalé comme « nouveau converti » au Havre en 1699, capitaine corsaire « Nouveau Converti » il est détenu avec son équipage en captivité en Angleterre en 1703 Il ravage en 1708 les postes de traite anglo-hollandais en Afrique]. [30 ans en 1701, lieutenant de fregate, 40 ans en 1711] x1. 22.10.1700 Le Havre (Notre Dame) Marie LE ROY (Marie-Anne) 31 ans née au Havre fille de Nicolas LE ROY +av1700 et Louise LEROUX x2. 13.11.1711 Le Havre Notre Dame Catherine LE CHIBELIER 21 ans fille de Jean LE CHIBELIER bourgeois et marchand du Havre et Louise LEMAISTRE, (elle x2. 21.9.1719 Gonneville (Seine-Maritime) Etienne PERIER lieutenant général des Armées Navales, gouverneur de la Lousiane, mort à Morlaix avec postérité) d'où du second lit
1. Jacques GRATON °29.9.1712 Le Havre, Notre Dame (p: Jacques GRATON et Louise LEMAISTRE)
2. Jean-Louis °12.12.1713 Le Havre, Notre-Dame qui suit III
III. Jean-Louis GRATTON marquis de Chambellan sgr de Villoger °12.12.1713 Le Havre, Notre-Dame (p: Jean LE CHIBELIER et Marguerite LEROY+23.2.1769 Ouanaminthe Il fit une carrière militaire commencées en qualité d'Enseigne (15 septembre 1726). En mars 1727 sous les ordre de Mr Deperrier l'ainé, commandeur général de la Louisianne il fut reçu à la compagnie de Goury. Sur la fin de cette année il fut envoyé à "St Augustin de la Fleuride, province espagnole", voyage très pénible et très périlleux qu'il fit pour moitié à pied, pour moitié par mer, pour le service de la colonie. Il se trouva dans ce voyage à la défense du fort de Ste Marie où il reçut une blessure au genoux. Au retour de cette mission il fut employer à faire les fonctions d'aide major de la place de la Nouvelle-Orléans jusqu'à ce que la Cour pourvut à cette emploi.
En janvier 1730 avec 200 hommes il avait été envoyé combattre les Natchez, les Carrois et les Jazoux qui avaient surpris, égorgé et détruit l'établissement que nous occupions chez les dits Natchez. La même année, le roi ayant repris ce pays à la Compagnie des Indes, il fut confirmé dans son grade d'enseigne et y continua son service. Le 11 décembre 1730, avec les troupes de la compagnie et le second de la marine il repartit combattre les mêmes peuplades puis, en janvier 1731, il fut envoyé au secours d'une peuplade alliée attaquée par les mêmes, celle des Touilka. Le 21 octobre 1731, il partait au secours du Fort de Natchitocha, attaqué par les Natchez, des Carrois et des Jazoux. Il fut envoyé, le 27 janvier 1732 chez les Tchakta, peuplace alliée pour les maintenir dans l'alliance et empêcher que les Anglais ne les attirassent à eux, les Tchakta étant la nation la plus considérable du pays; il fit alors la guerre, aux Chicacha qu'il poursuivi. En février 1733, il reçut l'ordre de revenir à la Nouvelle Orléans.
Ayant demandé son changement pour Saint-Domingue, il arrivait au Cap en 1734. Il partit prendre le commandement d'une compagnie au Fort-Dauphin, puis en 1739 on le trouve exerçant les fonctions d'aide-major au Cap. il fut nommé Capitaine Aide-major au Fort-Dauphin en 1750 et reçut la Croix de Saint-Louis le 15 décembre 1756.
L'appréciation que Chastenoye, Gouverneur Général des Isles françaises de l'Amérique donnait de lui au Cap, le 25 décembre 1760, au bas de ses états de services , était la suivante: "très bon officier, rempli de talens et de zèle". Dalcour, son beau-père, auquel Chambellan avait adressé ses états de services, était alors en France et, de Montargies, écrivait en faveur de son gendre, le 16 février 1761.
Possède une habitation dans le quartier du Port au Prince (300 carreaux de terre cultivée par 150 nègres) et une place(?) à Ouanaminthe. A cause d'ouragan et de tremblements de terre ils laissent des dettes à sa mort x1. Marie-Elisabeth de SACCARDY x2.1759 (Cap ?) Marie de LALANDE DALCOUR °1806 ca1806 Paris fille d'Etienne de LALANDE DALCOUR conseiller au Conseil Supérieur du Cap et Anne TRUDEAU d'où
du premier lit:
1. Anne GRATON de CHAMBELLAN °bapt 5.9.1749 Ntre Dame de l'Asumption, Fort Dauphin, Saint-Domingue + 27.03.1829 Morlaix x 9.9.1770 (pub Morlaix, St Martin) Mathieu LE DALL de TROMELIN d'où postérité
du deuxième lit:
1. Marie Louise Elisabeth GRATON de CHAMBELLAN °v1754 +3.5.1769 15ans Fort Dauphin
2. Marie-Elisabeth GRATON de CHAMBELLAN +1882 x 7 janvier 1782 Paris (La Madeleine) Hyacinthe, Philémon de LA VAISSIERE de VERDUZAN °21.5.1755 qui émigra fut titré vicomte sous la Restauration en 1828, et mourut le 2 février 1834 d'où postérité
3. Jean Louis Etienne °29.10.1760 Fort Dauphin (psse St Joseph) qui suit II.
4. Marie-Louise GRATON de CHAMBELLAN °v1768 +Fort Dauphin à l'age de 15 ou 16 mois

IV. Jean Louis Etienne GRATTON marquis de Chambellan sgr de Villoger °29.10.1760 Fort Dauphin (psse St Joseph) +1791 cadet gentilhomme 29 octobre 1777, sous-lieutenant 1778. Il avait été placé par le Comte de Broglie au régiment de Bresse puis habitant quartier Dauphin (St Joseph). Il appartient à la Loge de l'Amitié depuis 1780. A son mariage il avait pour biens 63 têtes de nègres, négresses, négrillons ou négrilles lui appartenant de son chef, ainsi que35 têtes de nègres et une place située au quartier d'Ouanaminthe dépendant de la succession de son père. Après leur mariage, les jeunes époux restèrent quelques temps dans la région du Cap, dans l'entourage de Mr de Belzun, cet oncle, et d'un ami très cher du jeune marié, le Chevalier du Grès, Capitaine de Dragons, demeurant sur ses terres de Jaquezil, au quartier du Trou. Puis laissant son épouse attendre son retour dans la famille du Chevalier du Grès ou dans celle de son oncle, le Marquis de Chambellan partit en juillet 1788 pour Jérémie, afin d'y préparer leur installation. Un jeudi matin, il s'embarquait au Cap et prenait terre quelques jours plus tard le dimanche 20 juillet vers les deux heures aprés-midi, à Jérémie.
De là, gagnant l'intérieur du pays, il se rendait au Quartier de la Grande-Rivière de Jérémie, chez Mme de Lavalette sa belle-mère, pour régler les affaires d'intérêt de son épouse, puis alla voir également l'oncle Bordes.
En Août, Chambellan repartit satisfait, pour rejoindre sa femme. Pendant les mois de novembre et de décembre 1788, il effectua au Cap les démarches que nécessitaient leurs affaires; puis vers la fin de Janvier 1789, il y revint s'y embarquer, cette fois avec sa jeune épouse pour aller s'installer à la Grande Rivière de Jérémie.
Dans l'île, les routes étaient insuffisantes (il en est de même encore aujourd'hui) et c'était par mer que l'on se déplaçait pour aller du Cap à Jérémie.
Dans le souci de donner quelques conseils à son ami le marquis de Chambellan, au moment où il partait avec son épouse pour aller s'installer dans cette autre partie de l'île, le Chevalier du Grès lui écrivait le 27 janvier 1789 les lignes de recommandations suivantes, extraites de sa lettre et qui évoquent la toute jeune Marquise de Chambellan sous l'angle le plus aimable; "Souviens toy, mon cher frère que ta femme est jeune et jolie, qu'elle est sage et douce comme un mouton; elle t'aime et beaucoup".
A Jérémie, Chambellan cultivait du café.
x 23.4.1788 Saint Jean Baptiste du Trou Louise Helene CHAPDU [pc Maitre Griffaud notaire à Fort Dauphin ret. Au quartier du Terrier Rouge, le 22.2.1788]. Louise Héléne se remarie le 2 Juillet 1795 à Pierre BAUDOUIN de SAINT-GEORGES.
D'une nature affectueuse, douce et sensible, Madame de Chambellan paraît avoir été heureuse avec son mari,; les lettres qu'il écrivait à sa jeune femme au cours des mois de juillet à décembre 1788 lorsqu'il effectuait les voyages à Jérémie en témoignent. Après la mort de son mari alors qu'ils se trouvait semble-t-il à la Jamaïque, Madame de Chambellan continua à demeurer à la Grande-Rivière de Jérémie, près de sa mère et de son oncle Bordes, y élevant ses enfants tout jeunes, aidée dans l'administration de son habitation par l'un de ses frères.
L'Ouest et le Sud de Saint-Domingue, en particulier le Quartier de Jérémie était relativement calme comparé au Nord de l'Ile ou s'affrontait les Anglais et les républicains. Ce fut sans doute cette situation qui permit à Madame de Chambellan de pouvoir revenir et se maintenir dans ses plantations; le Quartier de Jérémie demeura dans le calme jusqu'à l'évacuation des Anglais. En avril 1794, Mme de Chambellan put ainsi, sur son habitation faire construire une grande case de cinquante six pieds de long sur trente-trois pieds de large par Danel Vuigne et Jacques Dupuy charpentiers en ce quartier. En fin de 1794, Madame de Chambellan rencontrera Pierre Baudouin chevalier de Saint Georges, plus tard Baron de ce nom; dans une lettre datée de Bellevue, le 10 décembre 1794, qu'il lui adressait peu après cette rencontrer, le Chevalier de Saint-Georges exprimait à cette "aimable pase" tout ce qu'il avait apprécié en elle: "cette égalité de caractère, cette bonté, cet enjouement" et se déclarait "enchaîné tout à fait"; joignant l'utile à l'agréable il lui proposait un jeune homme, émigré du Cap, comme susceptible d'administrer son habitation, au cas où son frère ne pourrait plus le faire sous l'obligation de s'occuper de celle qu'il possédait lui-même et dont le travail devait l'absorber.
Le Chevalier de Saint-Georges poursuivit ses assiduités et Madame de Chambellan, se laissant aller à une nouvelle inclinaison, se remaria avec lui le 2 juillet 1795, devant le Révérend Père Rochanson, curé de la paroisse du Cap-Dame-Marie.
Né le 14 septembre 1774, au Cap Français, paroisse de Saint-Louis, le Chevalier de Saint-Georges avait servi au Régiment du Port au Prince où il était entré en 1788; il était pasé à Jérémie au service des Anglais et fut fait Capitaine Aide-Major des Milices de Jérémie. d'où
1. (Aglae) Louise Augusta Hélène ° Jérémie, psse Saint Louis probablement début 1789 +vers novembre 1820 à Cuba x 4.3.1805 La Havane (Cuba) Nathanaël FELLOWES °22.1.1780 Boston fils de Cornelius et Sarah WILLIAMS, et veuf de Julia HISVON, propriétaire de plantations de café près de La Havane. Il se remaria à Roxbury, près de Boston, Massachussets, USA le 9.10.1825 avec Lucy LAMBERT. d'où
a. une fille °v décembre 1805 morte de pleurésie, à La Havane vers mai 1806, à 4 mois
b. Elay °v mars 1807 x Philadelphie 12.10.1824 Thomas Harrison SAUL
c. Clara °fin 1807 ou début 1808
d. Nathanaël °v1810
e. Pauline °v mars 1812
f. Mathilde °10.8. (1814?)
g. Louis °v1817
2. une fille
3. Louis °1791 postume, +1823 philadelphie apparemment sans postérité.


A relier:
- Jacques CHAMBELLAN de GRATON pretre habitué de cette paroisse le 2.10.1737 qui marie Romain-Jacques Le Maistre, Eglise Notre Dame de Grace
- Jacques GRATTON de CHAMBELLAN vicaire général citation in Répertoire des visites pastorales de la France, CNRS, 1977 p 216

Autres:
Registres Protestants de La Rochelle (CG Aunis et Saintonge):
I. Pierre GRATON +av1682 x Judith BROSTEAU d'où
1. Moïse GRATON, de Royan (17) x 27.9.1682 La Rochelle Protestants Marie BONNEAU fille de + Jean et + Marguerite CHENNEAU

I. Moïse GRATTON +av1683 x Jeanne FREDUREAU d'où
II. Moïse GRATTON, de Royan 17 x 31.1.1683 La Rochelle protestants 17 Marie PECHE fille de + François et Esther DUMEAU

1610 - Johanne GRATON x 26.6.1610 La Rochelle Protestants Johan LAGNEAU
1631 - Andrée GRATON x 29.7.1631 La Rochelle Protestants Etienne RIBOULEAU
1631 - Jacques GRATTON x 11.2.1631 La Rochelle Protestants Jehanne BACHELOT
1634 - Nicolas GRATTON x 10.1.1634 La Rochelle Protestants Anne DOUIT
1639 - Jehan GRATTON x 3.6.1639 La Rochelle Protestans Magdeleine TAILLANDEAU
1658 - Daniel GRATON x 3.2.1658 La Rochelle protestantsAnne ARDOUIN


de Serge Berloin:

Union Faulconnier. Société historique de Dunkerque [puis Société historique et archéologique de  Dunkerque et de la Flandre maritime]... Bulletin...
Auteur : Union Faulconnier (Dunkerque, Nord) Edité en 1905 : Page 40 et suivantes

Journal de navigation de M.de Saint Pol, 1703.(Archives de la Marine,B425,f°309).

Dès le 19 avril , de Saint Pol reprenait la mer. Je ne saurais mieux faire qu'en empruntant le récit de cette
nouvelle croisière, à la relation de de Saint Pol, me bornant à retrancher les répétitions ou les détails surabondants:

N'ayant l'honneur que de commander les frégates l'Adroit et le Milfort (2), l'une de trente, et l'autre de  quarante canons, j'ay conceu qu'il ne m'estoit  pas possible de pouvoir rien entreprendre d'utille pour la service du Roy.
La Driade, de quarante canons, armée en course, commandée par le sieur Gratton, capitaine de brûlot, étant relâchée dans la rade de Dunkerque,  je l'engagé à se joindre à moy, aussi bien que deux corsaires flamans de chacun douze canons.
Et scachant que la Reyne-d'Espagne d'Ostende, de quarante canons, commandéepar M. Bustanbust, estoit  preste à partir, je
lui envoyé un exprès... et luy mandé que s'il voulait se joindre à moy je ne partirais de la rade de Dunkerque que d'un vent  favorable...
De Saint Pol sortit de la rade de Dunkerque le 19 avril, à quatre heures, et fut rejoint le lendemain
par la Reine-d'Espagne, accompagnée d'une petite frégate de douze canons.

(2)Capitaine  Damas de Marillac.


La répartition des prises faites par l'escadre pendant sa courte croisière, du 19 au 23 avril 1703, ne fut
effectuée que le 15 février 1704. Le procès-verbal de cette opération (4), dressé par le lieutenant-général de
l'Amirauté à Dunkerque, fournit des détails intéressants sur l'Adroit et le Milfort, et donne les noms des
bâtiments pris ainsi que ceux des corsaires français qui suivaient l'escadre.
L'Adroit avait une longueur de quille de cent dixneuf pieds. Il était armé de vingt pièces de canon de
douze livres de balle, de dix-huit pièces de six, et de quatre de quatre livres. Son équipage était de deux
cent soixante-dix-neuf hommes et de quinze mousses. Le Milfort avait une quille de cent trois pieds cinq
pouces, vingt-deux canons, deux mortiers de huit livres, quatre canons de quatre, avec cent soixante-six
hommes d'équipage et dix mousses. Les corsaires français étaient : la Driade, la Reined'Espagne,
la Notre-Dame-de-Montaigu, la Palme-Couronnée, l'Espérance.

Les bâtiments ennemis capturés étaient : le Salisbury, le Marchand-de-Moscou, le Jean, le Bording, la Fortune,
le Saint-Pierre, la Bonne-Espérance, le Robert, Jean-le- Cigne, le Samuel et l'Elisabeth.
Le produit net à partager fut arrêté à 423.259 #16£ 7d. dont 89.582#13£ 9d- pour l'Adroit et 58.490# 11£ 3d. pour le Milfort.


<<Revue de Bretagne, de Vendée & d'Anjou
Auteur : Société des bibliophiles bretons et de l'histoire de Bretagne, Nantes Edité en 1896 P. 110 & 111

Parmi les officiers du grand corps, il y en a qui ne voient pas d'un bon oeil ces capitaines corsaires, qui semblent effacer leur valeur sous leurs succès. Tout justement, il y a au mouillage de Groix1, au moment où le Sans-Pareil se dirige vers le Port-Louis, un bâtiment d'assez piètre mine, qui, ironiquement, l'appelle à la voix, laisse croire qu'il n'est qu'un pauvre corsaire de Bayonne, et brusquement hisse la flamme de guerre et l'appuie de 2 coups de canon.
Cest un navire du Roi, l'Entreprenant, commandé par M. de Feuquières ! L'officier de marine, à la vue d'un vaisseau de meilleure mine que le sien, commandé par un tout jeune homme qui, naïvement peut-être, a fait preuve de quelque orgueil en sa conversation de bord à bord, s'abandonne à un mauvais mouvement : il ordonne à Duguay Trouin de monter à son bord, le questionne avec insolence, essaie de le pousser à bout, va jusqu'à le menacer « de lui faire donner la cale », le supplice ignominieux et cruel réservé aux plus détestables matelots2.

Une semblable aventure avait donné lieu en 1691 à une plainte des armateur» de Saint-Malo contre un autre officier de marine, le sieur Gra ton, qui avait poussé les choses plus loin et fait donner la cale à un de leurs capitaines.
Les officiers de marine ne pouvaient s'habituer à voir dans un capitaine corsaire autre chose qu'un matelot, et ils estimaient qu'en cas de manquement ils avaient tous droits de leur infliger le dur chatiment qu'on pouvait ordonner contre un simple matelot.
M. de Graton, aussi bon officier, en fut quitte pour un blâmé.
c Versailles 15 août 1691 (A M. Desclouzeaux)
Je vois par un placet présenté par les armateurs de Saint-Malo qu'ils se plaignent des mauvais traitements que
le sieur Graton a fait à un de leurs capitaines auquel il a fait donner la cale sous prétexte que pour le saluer il avait tiré un coup (de canon) à balle.  J'en ai rendu compte au Roy et comme cette violence a esté très désagréable à Sa Majesté, elle veut que vous en fassiez une sévère réprimande à cet officier, et que vous luy expliquiez que sans les bonnes relations qu'elle a eu de luy il auroit esté cassé sur le champ... » Pontchartrain. Arch, de  l'Intendance.





SACCARDY (Saint-Domingue)
alias SACHARDIE, SACHARDI, SACARDY, SACARDIE

Source: dépouillement CG Finistère, http://www.francogene.com - base Roglo - Archives Nationales - Dictionnaire Biographique du Canada (http://www.biographi.ca/FR/ShowBio.asp?BioId=34635) - Anne Blanchard, dictionnaire des ingénieurs du roi, 1981 - Mémoires de la Société archéologique de Touraine, 1905 - http://www.stratisc.org/pub_peterarti_16.html et inventaire Caran
voir: Col D2C 222
voir: Blanchard: dictionnaire des ingénieurs militaires (de Moulceau)

I. Jacques de SACCARDY +av1647 écuyer sr de Belleau, de Villeau et Mauny receveur général des domaines de Marmoutiers 1616, gouverneur pour le roi en la ville de Bonneval, fermier général de l'abbaye de Marmoutier 1629 x1. Aimée DUBOSCHET +13.12.1624 Tours, Saint-Radegonde [marraine le 13.12.1625, d'un fils de de Jacques fils de Tristan COLOMBEAU et Catherine LUNEAU)] x2 20.4.1626 Tours, Ste-Radegonde et pc F. Chatonnet 19.4.1626 Anne PAVÉE (alias PAVIN / PANEE), mariage en présence de Anne BELUCHE sa mère, Gilles MARGONNE ec sr de Nozé cousin de l'épouse, Gabrielle de SACCARDY) d'où du premier lit
1. Emmanuel de SACARDY escuyer sieur de Villeau
2. François de SACCARDY chanoine de l'église Saint-Martin de Tours 1647, prieur de Hornoy en Picardie
3. Gabrielle de SACCARDY marraine en 1633
du second lit
4. Anne de SACCARDY °25.8.1629 Tours, Ste-Radegonde (parrain: François de SACCARDY abbé de Saint-Hilaire, prieur de Notre-Dame, marraine Gabrielle de SACCARDY) [cf Mémoires de la Société archéologique de Touraine, 1905 page 275, 348, 349, 350]
5. Vincent ou Jacques °26.9.1630 Tours, Sainte-Radegonde (p: Vincent de FIORAVANTI écuyer docteur ès droits, conseiller secrétaire du Roi et de la Reine-Mère, m: Marguerite de SACCARDY) qui suit II
6. Edmée de SACCARDY (SACHARDIE) °11.2.1632 Tours, Sainte-Radegonde
7. Madeleine de SACCARDY °12.3.1633 Tours, Sainte-Radegonde
8. Jacques de SACCARDY °1.12.1634 Tours, Sainte-Radegonde
9. Charles de SACCARDY °2.4.1645 Tours, Sainte-Radegonde (ondoyé)
d'un lit
10. Marie de SACCADY +26.10.1641 Tours, Sainte-Radegonde décédée à Mony, paroisse St-Georges
II. Vincent de SACCARDY °26.9.1630 Tours, Sainte-Radegonde mort en mer, inhumé le 7 mai 1691 à Amboise, St Florentin (en service) sieur de Casantin et de Mony. Employé comme ingénieur, département de la guerre, à une date inconnue. A Dole en Franche-Comté en 1675. Ingénieur en premier à Landrecies en 1683. ingénieur général du roi de France, envoyé au Canada en 1689 pour dresser les plans de défense de l'Acadie et améliorer le fort de Port-Royal dans la baie Française - actuellement baie de Fundy. Il y passa deux années pleines de péripéties, dépassant à plusieurs reprises les instructions qui lui avaient été données. Fait prisonnier par les Anglais. Liberé, rentré en France en 1691. directeur des fortifications de Landrecie. Il a laissé des cartes de l'Acadie et des mémoires intéressants dans lesquels il traite de maintes questions relatives à cette colonie. Plusieurs de ses cartes portent la signature de son fils, qui travailla avec lui et devint garde de marine à Rochefort, puis ingénieur et commandant d'une frégate. mort à Amboise « décédé en cette ville en revenant du service du roi » x 8.7.1670 Mauregard (77) (AD77 image 81) Catherine BASSIER °v1640 +av1713 fille de Claude BASSIER et Catherine GOHARD (ou de GOHARD) » (mariage « par permissio de msgr le curé de St-Sulpice du Fauxboug St-Germain de Paris signer de Pousser et après avoir . en .. et après avoir recu en bonne forme les bulles apostoliques pour la dispense du 3 degré de consanguinité ensemble la fulmination desdites bulles par Monsieur l'official de Paris signé Gaudin plus la dispense des bans et des fiancailles obtenues de Monseigneur de Paris le 20 avril dernier signé Hardou d'où
1. Gilles-Gabriel qui suit III.in archevèque de Paris et scellé de son .. après (...) »
2. Sébastien de SACCARDY / de SACARDIE °v1679 Dole (39) +1735 chevalier, nouveau garde de la marine à Rochefort en 1 janvier 1692 – enseigne à la Martinique 1.9.1696, resté garde marine, aide d’artillerie au Havre en avril 1708 - sous-lieutenant de galiote et d’artillerie au Havre de novembre 1712 à 1715, puis capitaine d'infanterie à Saint-Domingue en septembre 1725, demeurant aux Havre depuis 9 ans à son mariage x 5.6.1713 Le Havre, Notre-Dame (AD76 image 8/61) Catherine-Marie BAILLY °v1691 Toulon (alias Marie-Catherine-Elizabeth), demeurante au Havre depuis 3 ans, fille de feu Claude BAILLY écrivain principal des vaisseaux du roi et feue Elisabeth AUGIAS, nièce de Claude-Bénigne BAILLY d'où
a.? (hypothèse) Marie-Elisabeth de SACCARDY x Jean Louis GRATTON marquis de Chambellan sgr de Villoger +23.2.1769 Ouanaminthe d'où une fille née en 1749 à Fort-Dauphin, Saint-Domingue
b. Marie-Charlotte de SACCARDY (Marguerite-Charlotte SACCARDY) +4.5.1775 La Croix des Bouquets, St-Domingue (f°146 image 13), de Saint-Louis du Sud (St Domingue), décédé sur son habitation sciez à la Grande Plaine x 26.2.1748 La Croix des Bouquets, Saint-Domingue (image 12/13) Philippe-Nicolas de CAUVET °13.7.1720 La Croix des Bouquets, St Domingue +20.5.1772 Paris, rue Chapon au Marais (iad 22.6.1772 XLIV-501 [H6700], tution 13.6.1772 Y4965A [R17880]) capitaine des troupes détachées de la marine, commandant pour le roi dans les quartiers de Mirebalais et du Cul de Sac, chevalier de Saint-Louis, dt à St Domingue, habitant à la Grande Plaine du Cul de Sac 1751 où il a une habitation avec « les nègres, négresses, bestiaux » fils de Philippe CAUVET en son vivant ingénieur en chef de cette colonie et capitaine d'infanterie et Charlotte GRIVELLÉ A l'inventaire après décès l'épouse demeure en son habitation du cul de sac d'où au moins dont 5 héritiers en 1772 (cf généalogie Cauvet)
III. Gilles-Gabriel de SACCARDY (alias Giles Gabriel, Gabriel, Jean-Gabriel) sieur de Casantin et de Mony (Monny/Mosny), escuyer °13.12.1671 Loudun, paroisse Saint-Pierre, baptisé au Grand-Moutier de Fontevrault le 11.6.1673 +28.6.1731 Brest à 60 ans (procurations pour l'émancipation et tutelle de ses enfants mineurs AD29 B1799 [J6021]) 29 ans en 1703 capitaine de flute, ingénieur du roy, habitant Brest depuis 3 ans en 1703. capitaine sur les vaisseaux du roi et ingénieur de la marine 1704, Accompagna son père au Canada et l'aida à lever de nombreuses cartes. Après la mort de celui-ci, garde de la marine à Rochefort 17.10.1689. Ingénieur et capitaine de flute 1.1.1696, Arrivé à Brest en 1700 comme ingénieur de la marine et capitaine de flûte. Peu après capitaine de brûlot 1.11.1705. Ingénieur ordinaire du département des fortifications à 45 ans en 1716 à 600 livres. Retiré très vite des contrôles du corps du génie; ingénieur de la marine, chevalier de Saint-Louis. Signa de nombreuses cartes qu'il avait établies au Canada. S'occupa des fontaines de Rochefort x 3.7.1703 Brest les Sept Saints (et pc 28.6.1703, inventaire après mariage 16.5.1704 AD29 B1693 [J6011]) Marguerite MAREC (MARECQ) dame de Casanty, majeure fille de + Rolland et Renée HUBERT (témoins au mariage: Claude MAREC sa tante, Thomas DU MESNIL de la CHAIZE BERARD, escuyer lieutenant de compagnie France de la Marine, Françoise-Nicole PLOUÉ femme du sr de LA FONTAINE capitaine de flute, Françoise LESCOBEC veuve COUGOURDE chirurgien, Catherine BROUNE jeune fille) d'où « plusieurs enfants parmi lesquels un fils qui sollicita vainement son admission sur « l'emploi des ingénieurs ».
1. Pierre de SACCARDY °18.5.1704 Brest les Sept Saints (p: Pierre GUERISSEAU Sgr Du Magnou chevalier, chef d'escadre des armées navales du Roy, commandant au port de Brest, m: Marie-Gabrielle de GOUSILLON veuve de Jacques de HOIRE capitaine des vaisseaux du Roy) +12.5.1715 Brest les Sept Saints
2. Claudine-Susanne de SACCARDY +4.2.1711 Brest les Sept Saints
2. Emmanuel-Jean de SACCARDY °27.1.1712 Brest les Sept Saints (p: Emmanuel Vigreux du Tertre chevalier de L'Ordre de Saint Louis capitaine des vaisseaux du Roy, m: Jeanne du Boishardy, épouse du Sieur La Cassiere Grellet, signatures: Anne et Marie Marée Françoise Renée Drillet A. Faujour // patronymes SAUERDIE? / MAREE)
3. Anne-Perrine de SACARDIE °9.2.1714 Brest les Sept Saints (p: Pierre NAVARRE maistre chirurgien, m: Anne BELIER épouse du sieur FAUJOUR, signe A.Bleir Faujour, signatures: Dubreuil, Demarrée)
4. Jean-Baptiste-Eléonore de SACCARDY °18.4.1715 Brest les Sept Saints (p: Claude de SACCARDY, m: Marie-Marguerite MARREC) +27.12.1715 Guipavas (29) (témoins Gabriel Pasqui son nourricier)
5. Jean-Louis-Anne de SACCARDY +21.1.1723 Crozon (29) à 2 mois fils de Gilles capitaine de brulot chevalier de l'ordre de Saint-Louis, de Brest-St-Louis, en nourrice chez Laouenan
5. Un des enfants « chevalier de Saccardy, fils mineur fait une procuration pc 9.6.1732 devant Roger notaire à Paris pour la tutelle (AD29 B1799)


Selon L'impot du Sang de d'Hozier (1878):
Saccardy (le chevalier de), sous-lieutenant de galiote et d'artillerie aux colonies, mort à Saint-Domingue le 4 septembre 1725. 

- Fond marine d'Ancien régime aux AD: SACCARDY, officier de vaisseau sur les navires du roi °v1677 de Franche-Comté +1735

A relié:

I. Gabriel SACARDI dit de BILAYRE officier et ingénieur de la marine à Rochefort x Anne SEMUR d'où
1. N. SACARDI de BILAYRE °décembre 1698 +10.1.1699 Saint-Christophe (17) à 18 jours (série communale image 179/204). « le pere a signé quoi qu'il n'ait pas assisté à l'enterrement », sa mère a assisté à l'enterrement.

I. François de SACARDIE capitaine de brulot et page de la grande duchesse Marguerite Marie d'où
1. Prigent-Gabriel de SACARDIE +1.1.1709 Plougastel-Daoulas, lieut-dit Langristin (témoins: François de GOUSABATZ et Anne-Marie LE DOUGUET sieur et dame de Chefdeville)

(inv somm série B cour de Brest, p 201 et p 222):
- AD29 B1693 Apposition de scellés, inventaires et vente de meubles fait en la paroisse Saint-Louis de Brest, et ses treves concernant Gilles-Gabriel de SACCARDY sr de Cazanty/Casentin et de Mony capitaine de vaisseau et ingénieur de la marine (alias capitaine de brulot et ingénieur ordinaire du roi, chevalier de St Louis, originaire de Touraine, et Marguerite MAREQ son épouse (1700-1706)
- AD29 B1799 procuration pour les tutelles et émancipation des enfants mineurs de Gilles-Gabiel SACCARDY


- Nicolas de SACCARDY ecy sr de Belleau et Marie de SACCARDY parrain et marraine en décembre 1635 à Tours, Ste-Radegonde.
- Marguerite de SACCARDY (SACHARDI) +24.2.1640 Tours, Sainte-Radegonde, inhumée dans l'église devant le grand autel
1624 - François de SACCARDY, protonotaire du Saint-Siège, prieur commendataire du prieuré Notre-Dame des Champs de 1623 à 1628, seigneur de ce lieu de Juvisy [abbé Le Boeuf, histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris, tome4, d' 1883)


1647 - Décharge par Antoine de Monroussel, notaire au chatelet et Radegonde TREILLAULT sa femme à François de SACCARDI chanoine de l'église Saint-Martin de Tours, et à Anne PAVÉE veuve de Jacques de SACCARDI convention et décharge ET/XVIII/9 17.7.1647 pc Nicolas Cartier [H6800]. et inventaire des obligations de François de CACCARDY Antoine de MONTROUSSEL 19.7.1647 [H6808], Il est question d'une transaction passé par devant d'Orléans et Hervy le 18.3.1645 et ratifiée par Anne PAVEE Guyonniers notaire à Tours le 30? mars 1645 et par le sieur Belleau pc Duran Colliot notair à Notonville? (Tours baré) le 10 avril 1645.
Dans l'inventaire des obligations:
- il y a:lettre obligatoire de la somme de 1000 livres pasé par de St Vaast et Pouterin notaire au chatelet le 7.3.1626 ete la ratification faite par ledict sieur prieur pc Chattonne notaire royal à Tours le 13.4.1626 avec un exploict de commandement faict par Picart sergent le 20.4.1627
- lettre obligatoire de 800 livres passé pc Nourry et de St Vaast notaire le 8.2.1627 et ratification faicte par ledict prieur pc René Luillier et François chatttonnet notaires royaux à Tours le 27.2.1627 avec un exploict de commandement faict par ledict Picart sergent le 20.4.1627
- item une aultre lettres obligatoires passé par devant Nourry et Pouterin notaire le 28.6.1627 de la somme de 1818 livres un sol et ratification pc Chattonet 22.7.1627
- lettre obligation pc Nourry et Pouterin notaire le 29.6.1627 et ratification pc Chattonet le 22.7.1627
- obligation pc Pouterin et St Vaast le 1.3.1628,
- obligation Pouterin et St-Vaast le 27.7.1628 et ratification par la damoiselle de Sacardy et le sieur prieur le 23.9.1628 pc Chatonnet notaire à Tours avec laquelle est attaché un transport facit par ledict deMonroussel à Marye DOUIN de la somme de 2087 livres restant le 1.6.1639 accepté la ladite Douin pc Charles et Nourry notaire le 27.6.1639 et retrocession le 22.8.1642 pc Nourry et Ricordeau notaires portant cession fait par ledict DeMonroussel à Me René FOUCHER dun acte de déclaration le mem jour passé pardevant lesdits notaires fait par ledict Fouscher au proffit dudit deMonroussel et de Catherine Demonroussel sa fille et acte de déclaration faite par ladite Catherine DEMONROUSSELLE à présente famme de Nicolas CARTIN notaire dudit transport au profit dudit Demonroussel passé par devant Quarré et Guillard notaire le 20.2.1643
- obligations et mémoires escripts au bas pc 27.2.1631 pc Poutrel et de Saint-Vaast et 12.12.1631 Nourry et de Saint-Vaast par ledict François de SACARDY
- obligation pc Poictevin et St-Vaast 4.5.1632
- obligation pc Huart et St Vaast le 8.2.1633 faicte par ledict François de SACARDY et frere Jacques RAMBOURG? prestre religieux et sous-célerier en l'abbaye de Marmoutier
- obligation pc Borcier et St Vaast par ledict de Saccardy prieur le 8.2.1634 grossoyé le 30.4.1639 par ledict Boucet à cause du deces de St Vaast
- obligation pc de St Vaast et Demonroussel le 14.9.1633 au profit de Barthelemy MARTIN de 400 livres ratifié par ladite Pavée et ledit de Sacardy prieur le 29.9.1633 pardevant ledit Chatonnet acquité par ledit Demonroussel audict Martin par quittance escrite au marge deladite obligation le 19.3.1634.
- 16 pieces attachés ensemble, la premiere est un transport fait par Mr Alexandre de VAUDESUIR? grand prieur de France abbé de Marmoutier à Me Louis GORILLIZ? de la somme de 900 livres à prendre sur ledict deffunt Jacques de SACARDY receveur général de ladite abbaye passé pardevant de St-Vaast et de Monroussel notaire le 3.10.1625, signifié par Picart sergent le 13.2.1626, la deuxieme est une déclaration faite par ledit GORILLON on proffit dudict Demonroussel soubz leurs serinyer? rimez le 6 audit mois et an de la somme de trois mill livres faisant partie des neuf mil livres, la troisieme est une quitance faicte par Estienne LE TAIN tailleur? et vallet de chambre du sieur Grand? prieur ayant droict .. déclaraction dudit Gorillon de la somme de deux mille livres signé Le TAIN, de SACCARDY, de St Vaast et de MONROUSSEL du 13 fevrier 1626 au bas de laquelle est un ... du 26.3. audict, la quatrieme quittance .., (etc) et la seizieme et dernière est une promesse de la somme de sept vingt dix livres faite par ledit deffunt Jacques de SACARDY aus sieur CHAFOT? secrétaire du sieur grand Prieur le 14.10.1626 acquiter le 27.12.1626
- deux pieces attachés ensemble, la première est une coppie d'une promesse faite par ledite Demonroussel audict Boullanger de la somme de 5000 livres le 26.7.1628 et du recu des payements faicts par ledict Demonroussel audit Boullanger de ladite somme au bas de laquelle coppie est le recepissé dudit de SACARDY pere en date du 19.7.1629 a l'original a luy baillé de ladite coppie par ledit Demonroussel et la deuxieme est une coppie collationné par Quarré et Lorimier notaires le 18.6.1639 aux originaux .. mains dudict Lorimier notaire par ledict Demonroussel d'une promesses par luy faicte le 3.2.1629 par Msgr LE MAISTRE sieur de Bellejambe? de la somme de 4000 livres qui esté .. ... avoir baillé sa promesse pour servir? deffunct de SACARDY audict Boullanger le 26.7.1628
- 14 pieces attachés ensemble la premiere est une promesse dudict deffunct de SACARDY de la somme de 20 livres en datte du 15.10.1626 etc., etc. et promesse juin 1633 du meme
- (...)
- item six piece attacher ensemble qui sont missives et promesses de Nicolas de SACARDY et de son frère cordellier des derniers guildedict de Monroussel leur a prester parapher parledict Demonroussel par ...
(...)
... present messire François de SACCARDY conseiller et aumosnier du roy prevost de Pytigny? chanoine de l'église Saint-Martin de Tours dt de présent à Paris logé rue du Fourg en la maison ou pend pour enseigne la ville de ...

AD37 H286 - seigneurie de Mauny (inv som) - (...) Marché entre Jacques de Saccardy, écuyer, sieur de Belleau, fermier général de l’abbaye de Marmoutier, et Armand cardinal de Richelieu, abbé de Marmoutier, qui lui abandonne la propriété de Mauny, près Marmoutier, à la charge de relever les bâtiments, construire un pressoir, planter le plus de vignes possible, lui en payer le quart des fruits et 10 sols par arpent des terres qui n’auront pas été plantées, 1629. ― Marché entre ledit Saccardy et 9 à 10 vignerons, qui s’engagent à planter en vignes les terres de Mauny, pour 175 livres l’arpent, 1630. ― Transaction par laquelle les moines abandonnent à François de Saccardy et à sa belle-mère, veuve de Jacques, les gravanches qu’ils avaient fait planter en l’île de Marmoutier, le long du fleuve, et ceux-ci renoncent à la possession de 2 ou 3 arpents de taillis, près Mauny, et promettent de payer les rentes de 12 chapons, 12 poulets et 10 sous, plus les quarts sur les vignes de Mauny et la moitié des fruits sur le lieu de Cassentin, 1647. ― Bail de la métairie de Cassentin, par Jacques SACCARDY, à Mathieu Ruer, 1641. ― Plans et arpentage des vignes et dépendances de Mauny, contenant 29 arpents 45 chaînées, et 6 arpents de gravanches. ― Visite des vignes et dépendances de Mauny, par Michel Potonnier, huissier, qui constate la négligence des détenteurs, 1650. ― Foi et hommage et dénombrement du fief et seigneurie de La Salle-Saint-Georges, près Marmoutier, rendus par les chanoines de l’église métropolitaine de Tours, à Jacques Levasseur, marquis de Beaumont-La Ronce, 1659. ― Procèsverbal des dépenses, revenu et valeur des lieux de Cassentin, Mauny et les Gravanches, dressé par Louis Daragon, notaire et arpenteur, en 1681. ― Estimation des biens de Mauny et de Cassentin, faite par Jean Taschereau de Baudry, à la requête de demoiselle Thérèse de Castagnolle, héritière de Françoise LEFRANC, veuve de François de CASTAGNOLLE, écuyer, capitaine de cavalerie, poursuivant la criée des biens saisis sur Vincent et Anne de SACCARDY.

- Instruction sommaire pour les religieux de l'abbaye de Marmoutier-les-Tours contre la damoiselle de Castagnolle et les héritiers SACCARDY (arrerages de rentes) - Ms 3996 in Catalogue de la Bibliotheque communale de la ville d'Amiens tome II. « recueil de pièces pour l'histoire de la Touraine in folio piece 10)
- « SACCARDY (Jean-Gabriel de), » Innovations techniques dans la Marine, 1641- 1817mémoires et projets reçus, 1990 Archives Nationales page 389
- SACCARDY (Marguerite, Charlotte de), veuve de Philippe, Nicolas CAUVET, ancien
commandant au quartier de Mirebalais i Saint-Domingue, 2632. ... (Arrêts du Conseil du Roirègne de Louis XVI : inventaire analytique des , 1978 page 337)
- Aimée DUBOSCHET femme de nh Jacques de SACCARDY est marraine de Jacques fils de Tristan COLOMBEAU et Catherine LUNEAU (avec Antoine VIRET) cf Mem soc archélogique du Finistere page 348), le 14.2.1625)

BNF PO1602
« 7.7bre 1674 - Louis par la grace de Dieux roy de France et de Navarre à Tours. Ceux qui est présentent ... .. salut scavoir faisons que comme de la sentence donnée par nostre bailly de Touraine on son lieutenant à Tours le vingt trois avrail mil six cent soixante sept entre Vincent de SACCARDY, Charles de SACCARDY et Pierre CHEUNIN? curateur à l'absence de Anne SACARDY héritière de Marguerite de SACCARDY religieuse professe au couvent de nostre dame de Gueilly, ledit Vincent de SACCARDY se disant héritier universel de la dite Marg. de SACARDY ayant repris l'instance aulier? de deffunct Jacques de SACCARDY sieur des Mauny son curateur demandeur suivant les exploitz des trois octobre mil six cent soixante deux et dix huit fébvirer mil six cent soixante trois. Le premier desquels dudict jour trois octobre contenant saisie faite à la requeste dudict deffunct Jacques de SACCARDY sur Charles de SACARDY audict nom et curateur des Jouet? de huict arpents de vigne faulte de payement de demye année de quatre cent quatre vingt deux livres dix sols de rente à prendre sur lesdittes vignes, et le second dudict jour dix huict fébvirer mil six cent soixante trois contenant demande dudict Jacques de SACARDY aducit nom acquet? daultant que par les contracts et partages à luy communiquez arrest a execution selon sa forme à rendu de ce faire luy donnons pouvoir donné à Paris en nostre parlement le septiesme septembre l'an de grace mil six cent soixante et quatorze et de nostre regne le lieut? deuxieme.

Par jugement et .. de Nostre dit cour
(+ un texte au dos difficile à lire)

MAR C/1/161 dossier Saccady (Microfilm)

Jean-Gabriel de SACCARDY l'ainé, seigneur de Casantin
- ingénieur en Canada 1.6.1689
nouveau garde marine à Rochefort 17.10.1689
controlé à Rochefort 27.4.1690
ingenieur et capitaine de flute 1.1.1696
capitaine de brulot 1.11.1705
ingénieur à 600£ 1716
mort à Brest 28.8.1731

SACCARDY, le jeune « originaire de Franche-Comté »
nouveau garde marine à Rochefort 1.1.1692
cons..? 26.5.1692
enseigne à la Martinique 1.9.1696
resté garde marine
aide d'artillerie au Havre 23.4.1708
sous-lieutenant d'artillerie 25.11.1712
cap à Saint-Domingue 11.9.1725
mort 1735?

Dossier Marine (AN Fonds Marine C/7/291) [R17822]

Saccardy (de) capitaine de brulot entré au service et 1689
et son fils Ingénieur en chef de la marine à Rochefort +1753

- Saccady (de) sous-lieutenant d'artillerie (Le Havre 1721). en 1696 sur l'Aigle commandé par Mr de Romegon Blenac il reçut 3 balles dans la jambe gauche, à l'abordage d'un galion de 50 canons. Au siège de Barcelone en 1714 il fut aussi blessé au genou droit d'un éclat de bombe, en présence de Mr le marquis de Praslin, lesquelles blessures ne l'émpêchent pas d'agir, quoiqu'il soit sorti plusieurs esquilles de sa jambe, mais il dit en être incommodé dans les mauvais temps.
- en 1725 le sous-lieutenant d'artillerie Saccardy, il est pourvut d'une compagnie d'infanterie à St-Domingue sur sa demande. Il sert dans la marine depuis 36 ans. En 5.3.1726, il s'est rendu à Rochefort pour s'embarquer sur le vaisseau du roy, Le Heros destiné à St-Domingue. « ce voyage lui a couté considérablement par la perte de quelques hardes qu'il avait embarqué à Nantes, et le séjour qu'il est obligé de faire à Rochefort d'où le vaiseau ne doit partir que fin mars. Il demande une gratification.
- en 1730 capitaine d'une compagnie franche détaché de la marine en garnison au Fort Saint-Louis: le sr DULENY (sieur du LENY) habitant du Cap qui en détenu depuis 18 mois au fort Saint-Louis par l'intercesssion de ses parents pour des coups de jeunesse non caractérisé, mais le sieur STABELTON son tuteur et beau-frère irlandais de nation luy a fait mettre comme il demande m'a fille en mariage. Et que le contrat en a été fait chez Monsieur de BRACH notre gouverneur, je vous demande en grace monseigneur de m'acorder un ordre pour que la justice luy soit rendue et que le sieur STABELTON luy rende ses comptes sans aucun delay. [R17822]. Il demande aussi une enseigne pour son fils.

[R17822] 1753. La mère et la soeur de feu sr de SACCARDY mort depuis 2 mois à Rochefort ou il servait en qualité d'ingénieur en chef de la marine demande une pension « elles se trouvent aujourd'hui sans aucune ressource et réduites à la plus triste situation ». «  ses ancêtres ont occupés des emplois de distinction et ont servi pendant 98 années en qualité de capitaine dans les régiments d'Artois et de Modene. Le sr de SACCARDY a commencé à être employé en 1732 au port de Brest où il aresté jusqu'en 1743 qu'on l'a fait passé à Rochefort.
- Elève ingénieur 1.10.1732, 1733 sert au port de Brest, en 1734 il fut chargé de desser le devis de réparation des chemins pour le transport des bois de construction destinez pour Brest. En 1736 il fut employé à lever le plan de la tour d'Ouessant et examiner les moyens de rendre les feux de ladite tour utiles à l'atterage des vaisseaux
1740 fait sous-ingénieur, en 1743 il reçut son brevet de sous-ingénieur et ordre de passer au port de Rochefort. devint ensuite 1746 ingénieur ordinaire. en service jusqu'en 1752. Qu'il est mort d'une maladie longue et violente qui a pu être attribuée à la corvée qui lui fut imposé en 1745 a l'occasion de la relache des escadres de messieurs Piosin et de La Jonquière (avec plein de malades)

service de son père, le sieur de Saccardi:
en 1689 fait garde de la marine
1690 embarqué sur le vaisseau l'Indien au combat de la Manche où il fut estropié au bras, ce qui en justifie son application au genie et sa capacité par certificat de M. Begon intendant de la marine et de Mr de Perrinet son commandant.
en 1692 embarqué sur le vaisseau le Vermandois à la prise du vaisseau Espagnol le St-Jean ou commandant la mousqueterie sur la dunette il fut blessé aux cuisses, garda néanmoins son poste pendant tous le combat et fit ralentir le feu de l'ennemy.
En 1693 embarqué sur le vaisseau le Gerré campagne de la Martinique ou étant il fut tiré du dit vaisseau pour service d'ingénieur à la deffence de cette colonie attaqué par les anglais. Il y paya de sa personne et de ses talents avec autant d'utilité que de distrinction.
en 1702 embarqué sur le vaisseau le Prince de Frise qui essuya un comba aux Isles de Ste-Marthe ou le sr Saccadi servit avec distinction.
Capitaine de brulot 1.11.1705

BAILLY (Toulon)


I. N. BAILLY d'où
1. Claude qui suit II
2. Claude-Bénigne BAILLY ca1713 témoin au mariage de sa nièce au Havre en 1713
II. Claude BAILLY +av1708 écrivain principal des vaisseaux du roi x Elisabeth AUGIAS / AUZIAS d'où
1. Jean-Baptiste BAILLY °Toulon écrivain du roi entretenu en ce port de Rochefort, y demeurant depuis 5 ans x 16.7.1708 Rochefort, Saint-Louis Madelaine LA BRETECHE (signe LABERTECHE) fille de Jean-Baptiste LA BRETECHE premier canonier vice-amral entretenu en ce port et Claire BARBERAUD (signe BARBEROU?) (et pc Tayau 30.6.1708)
2. Catherine-Marie BAILLY °v1691 Toulon (alias Marie-Catherine-Elizabeth), demeurante au Havre depuis 3 ans x 5.6.1713 Le Havre, Notre-Dame (AD76 image 8/61) Sébastien de SACCARDY / de SACARDIE °v1679 Dole (39) +1735 chevalier, nouveau garde de la marine à Rochefort en 1 janvier 1692 – enseigne à la Martinique 1.9.1696, resté garde marine, aide d’artillerie au Havre en avril 1708 - sous-lieutenant de galiote et d’artillerie au Havre de novembre 1712 à 1715, puis capitaine d'infanterie à Saint-Domingue en septembre 1725, demeurant aux Havre depuis 9 ans à son mariage d'où postérité

Toulon:
Table 1691
AUGIAS Joseph b 33
AUGIAS Isnard? S 94
AUGIAS Jacues B 111
AUGIESE? Marguerite S 114

Table 1697
table page 746 (bapteme Pierre Bernard bap page 2
AUGIER(AS?)) Thomas mariage

tables page 767
(page 2: bapteme Christine Arnière)
- Augias François Bapteme page 81
- Augia Joseph bapteme page 119
- Augias Charles mariage page 152

GUILLEMOT du LENY
alias GUILLEMOT de VILLEBOIS

aliance avec les Saccardy

source: base pierfit, roglo, joelrilat

I. N. GUILLEMOT frère de Pierre GUILLEMOT capitaine commandant de la plaine nord du Cap 1743 d'où
1. Marie-Marguerite GUILLEMONT du LENY alias GUILLEMONT du LENY alias GUILBON du LENY x1. Gautier-Valentin STAPLETON +16.1.1746 Nantes, St-Nicolas, St-major de cavalerie du régiment de Mr de Saint-Paulet, de la Petite-anse, quartier du cap-français 1725 x2. 17.4.1747 Nantes (44) (109/136 v52) Guillaume-François DEPREEZ de la BOURDONNAYE d'où
a. Marie-Anne STAPLETON °2.2.1724, bapt 3.1.1725 Nantes (44) (GG56) x 18.6.1743 Nantes, St-Nicolas François LECHAT des LANDES sieur de la Chevalier d'où
a1. Marie-Françoise LECHAT des LANDES °1.11.1744 Le Mans (72), Ntre Dame de la Couture
b. Marguerite-Vierge STAPLETON °24.4.1726 Nantes (44)
c. Louis-Claude STAPLETON °28.6.1731 Nantes (44)
d. Jean-François-Joachim STAPLETON °30.12.1733 Nantes (44) +19.9.1781 Nantes 544)
2. sr du LENY qui aurait épousé une fille du sr de Saccardy

- Dans le dossier SACCARDY: en 1730 capitaine d'une compagnie franche détaché de la marine en garnison au Fort Saint-Louis: le sr DULENY (sieur du LENY) habitant du Cap qui en détenu depuis 18 mois au fort Saint-Louis par l'intercession de ses parents pour des coups de jeunesse non caractérisé, mais le sieur STAPELTON son tuteur et beau-frère irlandais de nation luy a fait mettre comme il demande m'a fille en mariage. Et que le contrat en a été fait chez Monsieur de BRACH notre gouverneur, je vous demande en grace monseigneur de m'acorder un ordre pour que la justice luy soit rendue et que le sieur STAPELTON luy rende ses comptes sans aucun delay. [R17822]. Il demande aussi une enseigne pour son fils.

source, plusieurs arbres sur GeneaNet:
I. Jean GUILLEMOT sire de la Villebiot °1640 Vannes (56) maitre chirurgien x 10.1.1667 Guérande Marguerite ALNO / Marguerite ARNAUT d'où
1. François GUILLEMOT de VILLEBOIS °3.3.1681 Guérande, St-Aubin etc. aide de camp du tsar Pierre le Grand (cf biographie http://bretonsderussie.over-blog.com/article-5206312.html)
2. Pierre GUILLEMOT de VILLEBOIS °1683 Guérande vit en 1735 à St-Domingue, Haiti capitaine d'artillerie x Madeleine FLEURY d'où
a. Madeleine-Françoise-Perrine GUILLEMOT °1737 Rennes (35)
3. Nicolas GUILLEMOT +1731 Paris
4. Jean GUILLEMOT réside à St-Domingue 1731
5. Jacques suit suit II
6. Michelle GUILLEMOT +1724 x Joseph LE ROUX
II. Jacques GUILLEMOT seigneur du Leny réside à St-Domingue en 1731 et y a 3 enfants x 11.11.1699 Saint-Domingue Michelle MORIN fille de Jean MORIN et Yvonne LE BALLAN d'où
1. Marie-Louise GUILLEMOT du LENY de KERGOUET x 8.9.1737 Cap-François, Saint-Domingue Bernard d'USTOU seigneur de Saint-Michel °4.5.1697 Huos (31) +20.1.1766 Saint-Michel (31) d'où
a. Stanislas-Bernard-Pierre d'USOU °16.7.1739 Saint-Domingue +12.9.1803 Cazères (31) x 25.6.1764 Cazéres (31) Suzanne BAZON de MONTBERAUD d'où postérité cf arbre Pierre de Montbrun, petrus47
2. Marie GUILLEMOT du LENY de KERGOET x 1723 Pierre de GILLY d'où
a. Marie-Louise-Victoire de GILLY °1733 +18.12.1818 x Joseph-Roger de ROQUEMAUREL d'où postérité (cf base Alain Canal, allan3)
b. Marie-Antoinette de GILLY x 11.8.1744 Joseph-Jean-Bernard d''USTOU d'HUOS +12.10.1778 d'où postérité (cf arbre Yves Maylié, ymaylie)


DU LENY. Capitaine de milices au Cap (1714), sans renseignements. (Moreau de St-Remy)



CAUVET (Saint-Domingue)

famille alliée aux Saccardy

source: CAOM registres paroissiaux en ligne, ghcaraibe.org, Archives Nationales, Pierfit, roglo

I. Philippe CAUVET en son vivant ingénieur en chef de cette colonie et capitaine d'infanterie x Charlotte GRIVELLÉ d'où
1. Marie-Thérèse CAUVET soeur dudit deffunt décéd, épouse de Mr le vicomte de BÉON
1. Charlotte CAUVET x René-Hector BOUCHAULT du BOURY écuyer chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, lieutenant du roy honoraire et habitant de la grande plaine d'où
a. Suzanne BOUCHAULT du BOURY x 16.10.1753 Saint-Domingue La Croix des Bouquets (image 13) Mathias-Henry de MOULCEAU +17.7.1780 écuyer chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, ingénieur du roy en chef à Saint-Domingue, natif de Douai, paroisse St-Jacques, habitant de Port-au-Prince 1753, servit d'abord dans l'infanterie. Ingénieur (1737), capitaine (1747), Chevalier de Saint-Louis (1748), participa aux sièges d'Ypres et de Fumes (1744), d'Ostende, Nieuport et Ath (1745), de Bruxelles et d'Anvers (1745), de Berg op Zoom (1747) de Maestricht (1748). Passa à Saint-Domingue en 1750. Directeur général des Fortifications (1772). Brigadier d'infanterie (1778), il mourut le 17 juillet 1780 fils majeur de Camille de MOULCEAU écuyer ingénieur en chef du Quesnoy et de Henriette ….
2. Philippe-Nicolas qui suit II
II. Philippe-Nicolas de CAUVET °13.7.1720 La Croix des Bouquets, St Domingue +20.5.1772 Paris, rue Chapon au Marais (iad 22.6.1772 XLIV-501 [H6700], tution 13.6.1772 Y4965A [R17880]) capitaine des troupes détachées de la marine, commandant pour le roi dans les quartiers de Mirebalais et du Cul de Sac, chevalier de Saint-Louis, dt à St Domingue, habitant à la Grande Plaine du Cul de Sac 1751 où il a une habitation avec « les nègres, négresses, bestiaux » A l'inventaire après décès l'épouse demeure en son habitation du cul de sac d'où au moins dont 5 héritiers en 1772 x 26.2.1748 La Croix des Bouquets, Saint-Domingue (image 12/13) Marie-Charlotte de SACCARDY (Marguerite-Charlotte SACCARDY) +4.5.1775 La Croix des Bouquets, St-Domingue (f°146 image 13), de Saint-Louis du Sud (St Domingue), décédé sur son habitation sciez à la Grande Plaine fille de Sébastien de SACCARDY / de SACARDIE +av1748 chevalier, en son vivant capitaine d'infanterie et Marie-Catherine-Elizabeth BAILLY
1. Jean-Philippe-Louis CAUVET °7.4.1748, bapt le 20.8.1749 La Croix-des-Bouquets, Saint-Domingue (image 7/22, p: Jean-Baptiste LE LIEVRE conseiller honoraire au conseil supérieur de Léogane et habitant de la paroisse Daquin?, représenté par monsieur sou? Jean-Baptiste LE LIEVRE son fils capitaine de cavalerie de la meme paroisse et marraine Marie-Louise CAUVEL DESGOTZ, signatures: CAUVET DESGOTZ, SACCARDI, CAUVET, LE BAILLEUL, DUBOURG, LE LIEVRE, CAUVET). non cité en 1772
2. Antoine-Charles CAUVET °17.6.1750 bapt 28.5.1751 La Croix des Bousquets (Saint-Domingue) (image 4 et 6) +9.7.1775 La Croix des Bousquets (Saint-Domingue) (f°150 image 16) mousquetaire de la seconde compagnie, décédé sur son habitation scize à la grande plaine, agé de 25 ans
3. Catherine-Charlotte CAUVET °5.11.1754, bapt 4.11.1754 La Croix des Bousquets (Saint-Domingue) (image 6 f°68) avant son mariage elle est émancipée sous l'autorité de Mr Gouraud x 2.9.1775 Saint-Domingue, La Croix-des-Bouquets (f°154 image 20) Arnold-Victoire-Martin O'GORMAN écuyer mousquetaire de la garde du roi, aide de camp du comte d'Argout, colonel d'infanterie, habitant du Cul de Sac (Saint-Domingue). En 1778 il produit ses titres en vue d'obtenir des lettres de reconnaissance de sa noblesse d'extraction. En 1814 admis au secours du gouvernement, il réside à Paris d'où
a. Louis-Arnold-Ursule O'GORMAN °8.7.1776 Saint-Domingue, bapt le 24.8.1776 La Croix des Bouquets +20.2.1814 Saint-Omer (59) capitaine 1809-1811 participe aux campagnes d'Espagne, décédé alors commandant d'un grand dépôt de corps d'armée à Saint-Omer x 2.11.1805 Marie-Mélanie de SIMORRE d'où
a1. Charles-Théodore-Alfred O'GORMAN
b. Henri-Gaston-Marthe O'GORMAN °9.2.1778 Saint-Domingue, bapt en avril à La Croix des Bouquets
4. Louis-Mathieu CAUVET °27.9.1756, bapt 29.11.1756 La Croix des Bousquets (Saint-Domingue) (f°88 img 10) garde marine en 1772 à 16 ans
5. Antoine-Guy-Nicolas CAUVET °25.3.1758, bapt 8.8.1758 La Croix des Bousquets (Saint-Domingue) (f°106) +23.7.1775 La Croix des Bousquets (Saint-Domingue) (f° 1/151 img 17) officier au régiment de Rochefort, mort la nuit dernière sur l'habitation des héritiers de ce nom, âgé de 18 ans
6. Sophie de CAUVET °8.5.1766 bapt le 6.9.1766 La Croix des Bousquets (Saint-Domingue) (f°92, img 16) +23.7.1775 La Croix des Bouquets, Saint-Domingue (sic à vérifier) x pc 9.5.1778 Nantes (« présentée à L.M le 16.3.1783 cf Gazette du 21) Guillaume-Joseph de BEAUMONT de VERNEUIL +1796 capitaine des vaisseaux du roy, participa à l aguerre d'indépendance américaine d'où postérité [cf généalogie Woelmont tome 3]

A la tution des enfants CAUVET/SACCARDY tution 13.6.1772 Y4965A [R17880], coté mère:
- Suzanne-Charlotte DUBOURY (signe Duboury de Mouleau) épouse de Mtre Mathias-Henry DUMOULEAU chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis dt à Paris rue du St … paroisse St-Eustache cousine germaine maternel
- comme ami Louis-Antoine LE FEBVRE écuyer ancien capitaine de cavalerie et chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, demeurant à Chaillot, faubourg de la Conferme? paroisse dudit lieu
Il est question
- des scellés apposés par Mtre Duchesne commissaire au châtelet
- de la succession de Marie-Thérèse CAUVET soeur dudit deffunt décéd, épouse de Mr le vicomte de BÉON, , de laquelle succession comme objet principal dépendoit une habitation àSaint-Domingue qui a été vendue pour 800.000 livres
- plus dans le compte qui est a rendre par Mtre Mathias DUMOULEAU chevalier de Saint-Louis et De Charlotte DUBOURY sa femme de l'administration qu'ils ont eu des biens de ladite de de BEON depuis son déces

La Croix des Bouquets:
témoins parrain/marraines
1748: p: Jean-Baptiste LE LIEVRE conseiller honoraire au conseil supérieur de Léogane et habitant de la paroisse Daquin?, représenté par monsieur sou? Jean-Baptiste LE LIEVRE son fils capitaine de cavalerie de la meme paroisse et marraine Marie-Louise CAUVEL DESGOTZ, signatures: CAUVET DESGOTZ, SACCARDI, CAUVET, LE BAILLEUL, DUBOURG, LE LIEVRE, CAUVET)
1751 - p: Jean-Philippe-Louis CAUVET, fils à msr CAUVET au nom et par procuration pour Mtre Antoine de CAFFARO écuyer ancien major pour le roy à Saint-Louis et habitant dudit quartier, marraine Thérèse CAUVET épouse de monsieur de CAFFARO (signe: CAUVET, de SACCARDI CAUVET, DUVIER COUSTARD, Catherine COUSTAD, CAUVET, CAFFARO, CAUVET DESGREY, Olivier de VIEUXCHATEL, COUSTARD
1754 - p: Ector BOUCAMT DUBOURG? écuyer chevalier de l'ordre royal et militaire de St-Louis, ancien major de cette colonnie, habitant de la grande plaine dit cartier du Cul de Sac, m: Angélique-Agathe COUSTARD représentant mademoiselle Elisabeth-Catherine SACARDI épouse de monsieur CHAMBELLAN capitaine d'infanterie aide? major pour le roy au Fort-Dauphin cartier du Cap-François en cette colonie) (t: Boutraud?, de Boury, angélique-Agathe COUSTARD, CAUVET, SACARDIE CAUVET, CAUVET CAFARO, SOISSAN NOAILLES, Sedieres Olivier de Vieux-Chatel, J Noailles, Duvivier Bourin?, Louray?
1756 - p: Mathias-Henry du MOULEAU écuyer chevalier de l'ordre de Saint-Louis, habitaat de cette paroisse par procuration de messire Jean-Louis CHAMBELLAN capitaine d'infanterie aide major du Fort-Dauphin, m: Charlotte-Suzanne DU BOURY épouse dudit sieur de Mouleau, (p: Saccardi Cauvet, Dubourg et Mouleau, Catherine Cautard, Olivier du Vieux-Chatel, le chevalier de Sonet?, Coustard, Cottard, Dumouleau?)
1758 - p: Mr Gui? COUTARD par procuration de Pr Philippe-Antoine CAUVET frère de l'enfant actuellement en France, m: Catherine-Charlotte CAUVET soeur (
1766 - p: Mathias DEMOULEAU chevalier de l'ordre royal et militaire de St-Louis, habitant de cette paroisse, m: Françoise MERCERON épouse Charles-Léon MOTMANS? de BELLEVUE conseiller au conseil souverain de Port-au-Prince et habitant de ce quartier, (signatures: Merceron de Montmans, Demouleau, Saccardi Cauvet, Cauvet, Laboury de Mouleau?, Bigot Droüillard, Catherine Cauvet, Mahut?, Jouette, Nrouillard, Nicolas Dumoulsau, Jouette, Agathe Coustard, Catherine Coustard, Jeanne Droüillard, Anne Mahiet, Descher)

également:
1772 - CAUVET Marguerite 1 / 77 négresse libre +4.10.1772 décédé hier sur l'habitation de Beon?
1775 - CAUVET (veuve) Charlotte SAVARDI J / 146 t: d'Orien, Greffin, Trochon deHoriere
1775 – Antoine-Charles CAUVET +9.7.1775 La Croix des Bousquets (Saint-Domingue) (f°150 image 16) mousquetaire de la seconde compagnie, décédé sur son habitation scize à la grande plaine, agé de 25 ans (présent Gouraud, D'Orien, Geffin, Muzart, le chevalier d'Anticarmareta)
1775 - Antoine-Guy-Nicolas CAUVET +23.7.1775 La Croix des Bousquets (Saint-Domingue) (f° 1/151 img 17) officier au régiment de Rochefort, mort la nuit dernière sur l'habitation des héritiers de ce nom, âgé de 18 ans (signature: d'Orien, Le Roy, le chever d'Anticarmareta, Gouraud, Drouillard Gouraud,)
1775 - CAUVET Catherine-Charlotte & ORGORMAN 12 / 154 (signe; C.C.Cauvet, O Gorman, Guyot d ela Mirau.., Marquise de Vaudreuil, Gorman de Vignier, Gormand Lemellier?, Cauvet, Caignet, Le Meillieur, Bizotou de La Motte témoin, d'Orien témoin, Le Roy témoin, Descluche témoin, Louise Dailleboust st- Vilmé, M. Lemeilleur, Coustard, Drouillard Goureaud, Gouraud, L Bourdon, Notman? marg.. Bizoton de Lamorte, chevalier d'Anticamareta, Vignier Duretieil?, Merceron, Bourdon)

Au mariage CAUVET/SACCARDY 1748: témoins: Gabriel NICOLAS conseiller procureur général du roy au conseil supérieur, Charles-René chevalier du COUDRO major pour le roy du quartier du favé?, Edmé? GUYOT ancien ingénieur du roy, signatures: Charlotte de SACCARDIE, CAUREL, DESGOTZ, NICOLAS)


Arrêt de surséance en faveur de Mathias Henri de Moulceau, directeur général des fortifications à Saint-Domingue, et de Charlotte Suzanne Bouchaud Du Boury, son épouse, pour leur permettre de payer les dettes de la succession du père de Charlotte Suzanne Du Boury, tout en gardant l'habitation léguée, située à Saint-Domingue (n° 47). (22 mai 1778)
Cote de référence
FR ANOM COL A 16 F° 392

Arrêt qui déboute Lallemant d'Apré de son opposition à l'arrêt de surséance du 22 mai 1778, obtenu par Mathias Henri de Moulceau, directeur général des fortifications de Saint-Domingue, et par Bouchaud Du Boury, son épouse (n° 24). (26 mars 1779)
Cote de référence
FR ANOM COL A 17 F° 95

Actes et pièces pour Mre Mathias de Moulceau,... directeur général des fortifications en l'isle Saint-Domingue, et dame Charlotte-Suzanne du Boury, son épouse, demandeurs, contre M. Bourgeois de Boynes, ministre d'Etat, défendeur, 1776 (http://books.google.com/books/about/Actes_et_pi%C3%A8ces_pour_Mre_Mathias_de_Mou.html?id=O6ziSAAACAAJ)

Nomination du sr du BOURY à une commission de capitaine à Saint-Domingue en 1730:
http://anom.archivesnationales.culture.gouv.fr/ir?c=FRANOM_00019,1.04.1340


Demoulceau, Mathias Henri, brigadier d'infanterie et directeur général des fortifications à Saint-Domingue, mort le 16 juillet 1780, sa femme née Charlotte Suzanne Bouchaud Du Bourg (1771/1786) (FR ANOM COL E 119)